AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Info : N'oubliez pas de mettre une date à vos rps. C'est plus simple pour suivre la chronologie !
Partagez | 
 

 [Niallàn - Percy] Esclave pour quelques heures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
– Invité –
(#) [Niallàn - Percy] Esclave pour quelques heures  Ven 4 Mai - 17:20




Niallàn & Percy

Esclave pour quelques heures


D'un geste sec et précis, Percy essuya la lame de son épée sur la chemise d'un... quel était son métier, déjà ? Oh, juste : elle s'en fichait. Il n'était plus, à présent, qu'un tas de chair et d'os qui nourrirait les animaux sauvages et dont le sang ferait pousser des fleurs morbides. Il avait été redoutable et la guerrière avait mit du temps à le tuer sous le regard inquiet de ses hommes à qui elle avait ordonné de le lui laisser. Pour honorer sa pugnacité, elle glissa deux doigts dans la plaie béante qui ouvrait son ventre et traça des traits sanglants sur ses yeux déjà peints d'orange.

Les Kadaari ne s'étaient cette fois pas aventurés loin pour trouver des adversaires et n'étaient partis qu'à trois : Percy et deux de ses hommes les plus vaillants et fidèles. C'était pour cette raison qu'ils avaient eu plus de mal que d'ordinaire à abattre les réticents et que l'un d'eux, le dernier à être tombé, avait réussit à enfoncer un poignard dans l'épaule de Sagrän, la jument de Percy, qui était à présent au sol, essoufflée et au bord de l'inconscience.

"Il lui faut un guérisseur. T'en connais un, petit ?

La guerrière s'adressait à un enfant d'à peine sept ou huit ans, le fils d'un cadavre encore chaud. Intelligent, il avait refusé de se ranger aux côtés de son père et avait choisi de survivre avec les Kadaaris, de devenir d'abord un esclave et puis un membre à part entière du clan. Il hocha la tête timidement, ce qui satisfit Percy.

"Radjak, accompagnes-le. S'il essaye de s'enfuir ou n'importe quoi, tranches-lui la gorge.

Elle prononça ces derniers mots en fixant le gamin droit dans les yeux et y lut avec délectation une peur innommable. S'il était aussi intelligent qu'il l'avait prouvé plus tôt, il ne ferait pas de bêtise et ramènerait la soigneuse sans attirer l'attention d'autres guerriers. Le duo parti sur le champ, laissant Percy et le second Kadaari seuls. Il monta la garde pendant qu'elle s'efforçait de stopper l'hémorragie de la bête, jurant que s'il revenait trop tard ou sans guérisseur, le petit mourrait dans d'atroces souffrances...

   
CODE BY TIC TAC


Dernière édition par Percy le Lun 7 Mai - 21:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 173
Inscrit le : 02/05/2018
Crédits : Fassophy
Célébrité : Georgia Hirst
Niallàn
– clan : sengoli –
clan : sengoli
(#) Re: [Niallàn - Percy] Esclave pour quelques heures  Lun 7 Mai - 12:04

- Attend ! Pas si vite !

Mobilisant toutes ses forces, Niallàn courait à en perdre haleine derrière le jeune garçon. Ce devait être une journée tranquille. Elle était partie de Moroni depuis deux jours pour explorer les frontières, se faire connaître des habitants, vendre ses services. Elle aimait ce côté itinérant dans son quotidien, sans doute parce que la moitié de sa vie avait été passée sur les routes. Sans qu’elle ne se l’avoue vraiment, elle aurait voulu entamer à nouveau un long voyage, sans destination précise, pour toucher du doigt et du regard les frontières du « monde connu », là où la civilisation cédait le pas à la nature sauvage… Et bien d’autres dangers qu’elle imaginait à peine. Ce goût de l’aventure lui manquait.

Sans beaucoup s’éloigner de chez elle, c’était justement ce qui l’attendait aujourd’hui. Bien qu’elle ne le sache pas encore.

Ils étaient au milieu de nulle part. Niallàn ignorait s’ils avaient franchis la frontière ou s’ils étaient en Sengoli. Son cœur palpitait furieusement, affolé par la course comme par un délicieux et terrifiant frisson d’excitation. Quand l’enfant était venu à elle, réclamant ses services après avoir probablement erré un moment, son sang n’avait fait qu’un tour. Bien que de nature méfiante, elle avait aussitôt suivi le garçon, son esprit élaborant déjà des solutions pour soigner un cheval blessé. Ils s’étaient considérablement éloignés de toute forme d’habitation. Elle fronça les sourcils. L’homme qui accompagnait l’enfant, qui n’avait pas décroché un mot depuis le début, ne la mettait pas à l’aise. Elle ne reconnaissait pas son accoutrement et son expression impassible n’arrangeait pas son sentiment. Mais elle ne pouvait décemment pas refuser d’apporter son aide à un animal blessé. C’était son devoir. Son cœur se serrait à la pensée que le cheval pouvait mourir avant qu’elle ne parvienne jusqu’à lui.

- Va moins vite ! Où m’emmènes-tu ? Hey !

Niallàn tendit le bras, réussit à se saisir de l’épaule de l’enfant et l’obligea à ralentir. Il s’arrêta de bonne grâce. A bout de souffle, elle regarda finalement où ils avaient atterri. Un homme et une femme se tenaient non loin. Cette dernière se trouvait agenouillée près de la monture. Une forte odeur de sang emplit les narines de la jeune soigneuse. Elle se raidit. Quelque chose n’allait pas. Ses yeux se posèrent sur un premier cadavre, gisant près de ses pieds. Elle sut d’emblée qu’il s’agissait d’un Sengoli.

- Eh merde…

Blême, la bouche sèche, elle eut un mouvement de recul. Partagée entre une terreur sourde et la honte de s’être fait bernée aussi facilement, elle commença à envisager que le cheval blessé appartenait à un ennemi de Sengoli. Et qu’elle s’était faite piégée comme une débutante.

Si je survis… Faites que cette histoire ne revienne jamais aux oreilles d’Eurydice, sinon j’en entendrai parler toute ma vie !

_________________
crow
" Que craignez-vous gente dame ?
- Une cage. Rester derrière des barreaux jusqu'à ce que l'usure et l'âge les acceptent et que toute forme de courage ait disparu irrévocablement. "
Le Seigneur des Anneaux, les Deux Tours
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Niallàn - Percy] Esclave pour quelques heures  Ven 11 Mai - 20:58




Niallàn & Percy

Esclave pour quelques heures


Le temps s'écoula à une lenteur agaçante pendant que le sang coulait de l'épaule de Sagrän. Le gosse mettait un temps fou à trouver sa guérisseuse et, si Percy n'avait pas envoyé Radjak avec lui, elle aurait cru qu'il s'était fait la belle pour sauver ses fesses. Mais son guerrier était un homme loyal et pas du genre à se faire semer par un môme, elle lui faisait donc confiance pour le mener à la soigneuse ou revenir avec sa tête. En attendant que les gens arrivent, Percy maintint la pression sur la blessure du mieux qu'elle pouvait tandis que son compagnon surveillait les alentours. Heureusement, aucun ennemi ne vint à leur rencontre, aucun bruit ne se fit entendre dans les environs et seul un écureuil osa s'approcher.

Après plus d'une demi-heure d'attente, des bruits de pas précipités se firent finalement entendre. Le môme arriva en premier, la guérisseuse épuisée sur ses talons. Radjak était dernier, surveillant les arrières des deux Sengolis. En quelques secondes, la femme comprit où elle était et qui étaient les trois guerriers. Son regard s'attarda sur le cheval blessé puis, horrifié, sur les cadavres de ses compatriotes.

"Hé ! C'est par ici que ça se passe ! Mon cheval est blessé et y parait que t'es soigneuse, à moins que le morveux ait menti ?

Sur ce, elle planta son regard menaçant dans celui, effrayé, du gamin. Il recula d'un pas vacillant et heurta rudement Radjak qui, sur un signe de Percy, plaça une lame sous sa gorge. Si ça ne suffisait pas à motiver la Sengoli, elle ne voyait pas quoi faire de plus.

"Soigne mon cheval ou il crève, tu piges ?

A présent, tous les Sengolis connaissaient la réputation des Kadaaris et commençaient à les craindre. Tous savaient à quel point ils étaient impitoyables, cruels et prêts à tout pour envahir l'Alliance. Si quelqu'un ne les prenait pas au sérieux, il mourrait immédiatement et tout le monde savait ça. Même la petite guérisseuse devait avoir compris que sa vie était en grand danger depuis qu'elle avait accepté de suivre le gamin.

   
CODE BY TIC TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 173
Inscrit le : 02/05/2018
Crédits : Fassophy
Célébrité : Georgia Hirst
Niallàn
– clan : sengoli –
clan : sengoli
(#) Re: [Niallàn - Percy] Esclave pour quelques heures  Lun 14 Mai - 16:22

Inutile de se mentir : Niallàn était terrifiée. Elle sentait la rage commencer à affluer dans ses veines, tel un feu liquide mais il se heurtait à la gangue de glace qui enserrait son cœur. Un seul faux pas et ils étaient morts, le gamin et elle. Il n’y avait pas d’échappatoire. Elle aurait été seule, peut-être aurait-elle pu se laisser aller à une explosion de colère comme elle en faisait parfois. Un éclat de rébellion lui permettrait peut-être de se débarrasser de ne serait-ce qu’un des étrangers mais elle doutait d’y survivre. Au moins mourrait-elle la conscience tranquille.

Hélas, au-dessus de cette rage bouillonnante, cette avidité d’en découdre et de venger autant l’affront fait à son intelligence que celui fait aux Sengolis morts sans honneur, il y avait cette terreur sourde qui paralysait ses muscles. Il y avait le garçon. Elle ne pouvait pas se permettre une folie tant que sa vie était en jeu. Il était maintenant sous sa responsabilité, qu’elle le veuille ou non. Niallàn se trouvait prise au piège, dans tous les sens du terme. De plus, après mûre et froide réflexion, elle-même tenait trop à la vie. Il était hors de question de mourir aujourd’hui.

La femme semblait être le chef de ces trois lascars. Niallàn fit quelques pas prudents dans sa direction. Dans ces yeux gris cerclés d’un orange fauve, la soigneuse n’y lisait aucune pitié, aucune faille. Même le regard d’un loup affamé se montrait plus expressif. Le cœur battant à tout rompre, Niallàn marcha, raide comme une planche, jusqu’au cheval. Sans accorder un regard ni aux trois guerriers ni au gamin, elle s’accroupit près de la bête. Elle savait qu’elle risquait de perdre son sang-froid si elle leur prêtait trop d’attention.

- Chut, tout va bien, reste calme, là, se mit-elle à murmurer en une litanie incessante à l’oreille du cheval.

Elle caressa son flanc, ses doigts effleurant les longs muscles durs sous le pelage tâchés de poussière et de sang et calcula mentalement le rythme des battements de cœurs qui résonnaient sous sa paume. De son autre main, elle ouvrit sa besace et se mit à fouiller à l’intérieur. Elle en retira une boule de linge propre, ses aiguilles, une petite bobine de fil et un pot fermé contenant un onguent. Sans accorder un regard à l’étrangère, la jeune soigneuse desserra enfin les lèvres, demandant froidement :

- Donnez de l’eau à boire à votre cheval.

C’était autant une manière d’écarter la jeune femme que de tranquilliser l’animal. Ce dernier avait perdu beaucoup de sang. Il ne devait surtout pas tomber dans l’inconscience. Niallàn croisa son regard affolé, y lut sa propre peur et dut se forcer à recouvrer un peu de maintien. Si l’animal sentait sa peur, il n’arriverait pas à se calmer.

Niallàn s’affaira aussitôt. Elle commença par glisser délicatement un doigt dans la blessure pour évaluer les dégâts. Le cheval eut un soubresaut à ce contact mais elle le maintint au sol d’une main sur le cou. Elle déroula un peu de fil, fait à partir de tendon animal, l’attacha à une de ses aiguilles les plus aiguisées – qu’elle avait préalablement nettoyée dans un linge humide – et débuta son ouvrage. Lorsqu’elle eut fini de recoudre la plaie, elle épongea le sang, appliqua une couche d’onguent végétal puis enroula le tout dans du tissu propre pour éviter le contact avec l’air et les saletés extérieures. Sa tâche achevée, au bout de longues minutes, Niallàn rangea ses affaires, se redressa et dit, du ton le plus neutre possible :

- Laissez sa jambe au repos aussi longtemps que possible pendant la cicatrisation. Il faudra changer son bandage tous les jours et nettoyer la plaie tant que ça n’aura pas bien cicatrisé. Il est probable qu’il boîte toute sa vie… A moins qu’il ne soit muté, auquel cas je ne peux pas prévoir s’il boitera ou s’il guérira complètement.

Les créatures mutées l’avaient toujours fascinée. On avait encore bien des choses à apprendre d’elles.

La jeune Sengoli coula un regard vers le garçon menacé par une lame. Pour l’instant, tous les deux étaient vivants et en un seul morceau. Maintenant que Niallàn avait apporté les premiers soins au cheval, elle n’était plus d’aucune utilité. Et le garçon non plus. Elle aurait pu faire durer le processus, gagner du temps, peut-être même tenter de poignarder la femme au regard de fauve. Elle sentait le contact froid et rassurant de son couteau de chasse contre sa cuisse. Mais à quoi bon ? Elle n’avait aucune chance d’en réchapper. Et elle n’avait pas le droit de faire défaut à l’étalon blessé. Elle releva les yeux et adressa, malgré l’intention initiale de faire profil bas, un regard brillant de défi à la cheffe de la troupe.

- Puis-je m’en aller maintenant ?

Si ces étrangers étaient semblables aux rumeurs que la soigneuse entendait, ils les tueraient tous les deux, le gamin et elle. C’était en tout cas ce qu’elle-même ferait à leur place. Les laisser en vie ne les avançait à rien, pas plus que les massacrer d’ailleurs mais c’était une précaution non négligeable.
Quoiqu’avec un peu de chance, Niallàn pouvait espérer s’enfuir et peut-être emmener le garçon avec elle.

_________________
crow
" Que craignez-vous gente dame ?
- Une cage. Rester derrière des barreaux jusqu'à ce que l'usure et l'âge les acceptent et que toute forme de courage ait disparu irrévocablement. "
Le Seigneur des Anneaux, les Deux Tours
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
 
[Niallàn - Percy] Esclave pour quelques heures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: