AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Info : N'oubliez pas de mettre une date à vos rps. C'est plus simple pour suivre la chronologie !
Partagez | 
 

 [Priam - Madaline] long time no see

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
– Invité –
(#) [Priam - Madaline] long time no see  Lun 7 Mai - 18:14

long time no see.
priam & madaline.

Le tumulte de la ville t’étreint, euphorie dansante, caresse mordante d’une citée survoltée. De toute part les éclats de voix t’assaillent, les regards se croisent, les sourires s’échangent – le commerçant braille la fraîcheur de ses plus beaux produits tandis que l’on s’adresse politesses et civilités entre les délégations venues de toutes les terres de l’Alliance. Les clans se sont rassemblés, et avec eux le vacarme assourdissant de retrouvailles fébriles s’est niché dans les entrailles de la capitale. Péniblement tu te frayes un chemin, jouant des épaules à travers cette masse de corps frissonnants, longeant les ruelles d’une Citadelle suintant de vie. Bien qu’autant en joie que le commun de la populace à l’idée de recroiser regard amical, tu te sens oppressée, comprimée par le capharnaüm ambiant – tes doigts cherchent le contact rassurant de tes lames, et tu resserres les sangles de cuir autour de tes cuisses, sur tes gardes. Accueillir tant de monde en ville ne fait qu’accroître ta vigilance, car c’est bien dans les effusions d’euphorie que se trament les pires drames.

Flanquée de deux de tes gars armés jusqu’aux dents, tu écumes les ruelles, piétinant sur les pavés, bousculée de-ci, de-là, interpelée d’un sens puis dans l’autre. La sueur perle à ton front, dégouline le long de tes tempes et t’as le souffle rauque, la gorge sèche. Un regard jeté à tes hommes, un simple hochement de tête, et vous faites demi-tour au cœur d’une artère principale pour faire route jusqu’à une place étroite au détour d’une allée – là, tu jauges l’enseigne de bois gravée avant de pousser les lourdes portes de l’auberge blindée. L’air y est moite, étouffant, chargé des effluves d’alcool qui, après les années, ont imprégné le bois tendre du mobilier – les jacasseries des uns et des autres te vrillent les tympans, beugleries désinhibées, éclats de voix gras entre deux gorgées mousseuses, et tu fronces les sourcils pour essayer de ne pas y prêter attention. Tes prunelles d’onyx se faisant à la semi-obscurité ambiante de la taverne, tu te coules entre les tables, évitant les corps brûlants et titubants, pour venir t’accouder au bar poisseux, agitant les doigts dans l’espoir d’attirer l’attention du patron. Un soupir agacé échappe à tes lippes, et tes iris se perdent dans la contemplation de la salle, dévisageant les trognes rougies par l’alcool des clients, ces ivre-morts bavant dans leur barbe et braillant quelques paroles dénuées de sens. Il en fallait si peu pour que tout dégénère et que, soif étanchée, les soûlards en viennent aux poings – d’autant avec la venue de tous les clans et les enjeux politiques à peine masqués, un mot avait vite fait de dépasser un autre, une pensée rattrapait vite une parole et les divergences d’opinion alimentaient si bien les bastons. Tu priais en silence pour que chacun reste à sa place le temps des négociations entre chefs, et que rapidement tout redevienne calme et paisible dans la Citadelle. Et t’aurais pu rester un long moment, ainsi perdue dans les méandres tortueuses de tes pensées – le patron du bar ne s’étant toujours pas pointé, de surcroît – si ton regard n’avait pas croisé celui d’un visage familier.

Un sourire étire tes lèvres – « Rafraîchissez-vous l’gossier les gars, c’est ma tournée. » que tu leur lances sans même leur jeter un coup d’œil, t’éloignant à grandes enjambées en direction de l’ami aperçu plus tôt. Arrivée à sa hauteur tu tires la chaise d’une table voisine à grand fracas, t’octroyant d’un regard furibond de ton voisin auquel tu n’accordes aucune importance, et te laisses tomber dessus, prenant appui négligemment sur le dossier. « Tu pensais pouvoir te pointer à la Citadelle sans m’croiser Priam ? » tu grinces tout sourire, dardant tes prunelles sombres dans l’azur des siennes. « Ca fait un baille. Scellons nos retrouvailles par un rhum, qu’en dis-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 509
Inscrit le : 27/05/2017
Crédits : ninielsbox
Célébrité : Zach MacGowan
Priam
– clan : pankara –
clan : pankara
(#) Re: [Priam - Madaline] long time no see  Lun 28 Mai - 19:44

Kahina avait raison, Uriah, Ménélas et Skylar serait les plus enclins à accepter l'entrée des barbares du nord au sein de l'Alliance. Les deux premiers risquaient d'être un peu trop positifs et la cheffe des Sengolis a vécu une situation en tout points similaire deux années plus tôt. Après le départ de la conseillère, j'étais resté quelques temps perché au cordage du Ranger en réfléchissant à la réunion qui m'attendait. Finalement, j'avais décidé de me rendre en ville pour prendre la température et évaluer l'ambiance qui règne au sein de la Citadelle.

Attablé au fond de la taverne, la semi-obscurité qui y règne me dissimule légèrement sans pour autant ternir l'éclat bleuté de mes yeux. Une bouteille de rhum à moitié vide devant moi, une herbe à fumée coincée aux coins des lèvres, j'essaie de penser à une manière de faire entendre raisons aux autres chefs de clans.

Un bruit de chaise tiré à côté de moi me sort de mes pensées, soufflant un nuage de fumée mes yeux se posent sur Madaline. Je lui rend son sourire et lève la bouteille dans sa direction.

- Je t'ai pas attendu pour m'enfiler un rhum !

Après avoir pris une gorgée de rhum je pose la bouteille devant la jeune femme puis tire encore une fois sur ma clope.

_________________

     
The King of the Oceans
Priam, chef des Pankaras, peuple de la mer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Priam - Madaline] long time no see  Dim 3 Juin - 19:09

long time no see.
priam & madaline.

Œillade échangée et sourire partagé, Priam lève sa bouteille à hauteur de tes prunelles, visiblement ravi de partager son breuvage bien qu’il n’ait guère attendu ton intrusion pour s’en enfiler quelques lampées. « Le contraire m’aurait étonnée à vrai dire. » tu lâches dans un petit rire, saisissant le bouteille en verre qu’il te tend à la volée tandis qu’il flanque de nouveau son herbe à fumer au coin des lèvres. Tu as toujours connu les penchants de ton ami pour le rhum – après tout était-il d’abord, avant d’être un chef de clan, un homme des mers, un homme du large. Alors tu te désaltères d’une rasade en l’honneur de vos retrouvailles, grimaçant fébrilement alors que la morsure de l’alcool te brûle les entrailles. Dans un fracas de verre tu reposes la bouteille au centre de la table, t’accoudant négligemment contre le bois, et dardant tes opales ombrageuses dans le regard du chef pankara. Il y a si longtemps que vos routes ne se sont plus croisées que tu ne te rappelles plus à quand remonte exactement votre dernière rencontre – était-ce avant que tu ne prennes la tête de la garde de la citadelle, ou bien remontait-ce à plus loin encore ?

Priam était un ami de longue date – d’aussi loin que tu t’en souviennes, il avait toujours été une personne en qui tu avais une confiance aveugle, reconnaissante de la bienveillance dont il avait fait preuve à ton égard, alors que tu n’étais qu’une vagabonde ayant fui la rude vie du désert. Jamais il n’avait posé de question sur tes motivations à quitter ton peuple, ce clan qui n’avait plus été ta famille dès lors que tes parents avaient été avalés par le sable brûlant imbibé de leur sang. Il t’avait prise sous son aile, sans rien demander en retour à part ton amitié réciproque. Le plaisir restait ainsi inchangé à chaque fois que le destin le mettait à nouveau sur ta route, vous retrouvant chaque fois autour d’un verre et des récits de vos aventures respectives. Et pour rien au monde tu n’aurais voulu que cela change. Pourtant cette fois, quelque chose semblait tirer les traits du Pankara, froissant son front tandis qu’il tirait sur son herbe, lâchant d’entre ses lippes volutes de fumée âcre. Alors tu fronces les sourcils, te penchant d’autant plus sur le bois usé de la table qui vous sépare. « J’espère me tromper, mais tu as l’air soucieux Priam. Aurait-ce un rapport avec le rassemblement des clans de l’Alliance ? » que tu lui souffles en jetant des coups d’œil aux alentours, espérant ne guère titiller d’oreille indiscrète.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 509
Inscrit le : 27/05/2017
Crédits : ninielsbox
Célébrité : Zach MacGowan
Priam
– clan : pankara –
clan : pankara
(#) Re: [Priam - Madaline] long time no see  Lun 13 Aoû - 22:47

La semi-obscurité qui règne dans mon coin de la taverne, me permet d'avoir un œil sur l'ensemble de la pièce sans pour autant que l'on puisse me voir. Observer sans être observable, un peu comme sur un bateau lorsque l'on scrute le large avec une longue vue depuis le nid de pie. Même si j'avais l'air perdu dans mes pensées, et je l'étais, j'étais toujours aux aguets et attentif à la moindre chose. Les tensions causées par la réunion des chefs de clans étaient nombreuses et il ne suffisait que d'un mot ou d'un regard pour que cela parte en vrille. Heureusement, la Citadelle possédait une cheffe de la garde prête à intervenir à tout instant. Madaline, tire une chaise à côté de moi et s'empare de la bouteille de rhum que je lui tends puis avale une gorgée sans perdre son temps. Prenant une inspiration, je tire sur mon herbe à fumer, emplissant ma gorge puis mes poumons . Quelques instants plus tard, j'entre-ouvre les lèvres pour laisser s'échapper un filet de fumée qui ne tarde pas à rejoindre le nuage présent au dessus de ma tête. Mes yeux, reportent leur attention sur la jeune femme avant que je ne porte à nouveau la clope à mes lèvres.

- J'ai un mauvais pressentiment à propos de ce rassemblement. Rien que ce rassemblement est une mauvaise idée, il y a trop de clans au même endroit et notre chère Ipa a choisi d'inviter une délégation entière de ... barbares.

Lentement, je secoue négativement la tête en levant les yeux au ciel.

- Elle ne pouvait pas se contenter de leurs représentants, ou de garder cette réunion secrète ?


Lorsque la porte s'ouvre sur un homme en fourrures semblable à celles des kelowniens, le silence avale les rires et discussions d'un seul coup comme si Neptune avait aspirer l'âme de tout ceux présents dans la taverne. Mes yeux le dévisagent et mes doigts cherches d'eux même le manche du poignard planté sur le table. Dans un nuage de fumée mes lèvres articulent insultes et jurons que seule Madaline est en capacité d'entendre.
HRPG:
 

_________________

     
The King of the Oceans
Priam, chef des Pankaras, peuple de la mer
Revenir en haut Aller en bas
 
[Priam - Madaline] long time no see
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: