AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Promenade avant l'aube ► Madaline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 1130
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : (c)
Célébrité : Poppy Drayton
Multi-comptes : Skylar, Danika, Noomie & Isaak

Akeela
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Promenade avant l'aube ► Madaline  Jeu 10 Mai - 23:52


akeela & madaline6ème mois, an 150. Cela fait un peu plus d’une semaine maintenant que la réunion des chefs de clan est terminée et que tous sont rentrés sur leurs terres respectives. Même Skylar a repris la route il y a quelques jours pour retourner dans sa capitale afin d’assister à la fête annuelle du clan Moroni. Akeela aurait bien aimé pouvoir la suivre et retourner voir les montagnes, plutôt que de rester à la Citadelle et de faire avec la tension ambiante qui règne au sein de la ville depuis plusieurs jours. L’arrivée de la délégation kelownienne pour la réunion a causé quelques soucis au sein de la Citadelle mais maintenant que tous sont rentrés sur leurs terres, c’est déjà un peu mieux. Néanmoins, la tension n’est pas vraiment retombée du côté de ses conseillers et des gens qui la côtoient, dont la plupart continuent de penser qu’elle est devenue folle à vouloir faire entrer un clan belliqueux au sein de l’Alliance. Au moins, ils ont le mérite de le penser tout bas et de ne pas le crier sur les toits comme a pu le faire Rylian, le conseiller venu d’Orketa, lors de la réunion. Mais Akeela n’en démordra pas, pour elle c’est une bonne idée et cela ne pourra apporter que de bonnes choses à tous. Certes, pas dans l’immédiat, mais sur le long terme et elle sait que Karrah fera tout pour son clan.

La réunion étant terminée, Akeela a d’autres choses à préparer, notamment la seconde édition de la fête de l’Alliance qui doit avoir lieu le mois suivant. Comme précédemment, Ménélas a proposé de prêter ses terres à l’Alliance pour accueillir les festivités et elle lui en est reconnaissante. Elle ne pensait pas devoir s’occuper de cela, elle avait presque oublié cette fête pourtant instaurée par Dastan il y a cinq ans. L’Alliance va fêter son dixième anniversaire et en tant que troisième Ipa – et première fille à ce poste – Akeela se doit d’organiser cela comme il se doit. C’est ce que Dastan aurait voulu. Elle a surtout l’avantage d’avoir pu assister à la première édition et d’avoir vu ce que le jeune homme souhaitait pour l’Alliance et pour les festivités, ce qui va grandement l’aider pour cette édition-là.

Mais les suites de la réunion, la préparation des festivités et toutes les choses propres à la Citadelle commencent à l’épuiser et Akeela en oublie cette promesse faite à Kalevi et à Madaline, celle de ne plus sortir seule de la ville pour aller chasser. Elle a envie de se retrouver seule dans les terres qui entourent la cité et de profiter du lever du soleil, comme elle aime tant le faire depuis qu’elle est arrivée dans cette ville il y a maintenant cinq ans.

Alors, comme elle en a l’habitude, elle se lève bien avant l’aube et enfile des vêtements plus discrets que ceux qu’elle porte habituellement, le tout surmonté d’une cape dont elle rabat la capuche pour ne pas être reconnue. Mais à cette heure-ci, la garde est bien moins présente et Akeela sait où elle doit passer – et à qui elle peut se référer pour le faire tranquillement – pour sortir de la Citadelle sans être suivie. Elle sort avec Hasufel, qui est toujours bien heureux d’aller se dégourdir les jambes, et avec son arc attaché dans son dos. Elle n’a pas pour ambition d’aller chasser aujourd’hui mais elle garde quand même son arme à portée de main, consciente des dangers que présentent parfois les terres alentours. Après tout, la dernière fois qu’elle est sortie ainsi seule, elle a bien failli se faire dévorer par une panthère. Après presque deux bonnes heures à vadrouiller à quelques lieues de la ville, Akeela s’arrête pour monter dans un arbre et observer le lever du soleil qui ne devrait plus tarder. Même si elle vit à la Citadelle depuis cinq ans à présent, elle n’en oublie pas pour autant qu’elle est une Orketa de naissance et qu’elle aime la nature. Les arbres en particulier, qui lui manquent parfois. Hasufel est tranquillement en train de brouter au pied de l’arbre et ne semble pas être surpris d’avoir été tiré de son box avant même le lever du soleil.

_________________
akeela
The liberties of our country, the freedom of our civil constitution, are worth defending against all hazards: And it is our duty to defend them against all attacks.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
Inscrit le : 01/05/2018
Crédits : noralchemist.
Célébrité : ivana baquero.
Madaline
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Promenade avant l'aube ► Madaline  Ven 11 Mai - 12:48

promenade avant l'aube
akeela & madaline.

Un bruit sourd contre le bois, et mué sur tes lèvres un grognement inaudible – dans un froissement de draps tu t’agites, pantin de rêves brumeux, avant qu’un second coup ne vienne fracasser la porte. Arrachée au sommeil, tes doigts se glissent sous l’oreiller, caressant du bout des ongles l’acier froid des lames dissimulées la veille, te redressant à peine dans ta couche, les lippes scellées dans un silence de mort, les opales scrutant la noirceur oppressante de la pièce. La porte s’ouvre enfin dans un coup de botte – l’air siffle, une lueur vacille dans un rayon de lune et le craquement est sinistre, alors que l’une de tes lames s’enfonce dans le bois tendre, à quelques centimètres du visage de l’intrus. Un rire étouffé, vibrant de nervosité cependant, et cette voix qui susurre tandis que tu te tiens prête à jeter la seconde dague. « Tu m’as loupé Madaline. » Un souffle nait contre tes lippes, tandis que tu cherches à tâtons à allumer une chandelle – une fois la lueur de la flamme éclairant la pièce, tu jettes au nouveau venu un regard agacé. « Je ne pouvais pas mieux atteindre ma cible ; la prochaine se fichera entre tes deux yeux, si l’envie de prenait de venir me réveiller de nouveau. » tu pestes en t’extirpant des draps, si peu vêtue que l’homme laisse couler ses prunelles vers le sol, mal à l’aise. « Que me vaut le plaisir de te voir de si bonne heure ? » que tu lâches, amère et ensommeillée, tandis que tu te saisis de quelque vêtement à te mettre sur le dos. Un coup d’œil par la fenêtre – le jour ne tarderait guère à se lever, et déjà les dernières lueurs des étoiles se mourraient. « « L’Ipa a quitté la cité… » qu’il commence, hésitant – tu cesses alors tout mouvement, lui intimant silence à travers une œillade noire et froide. « À quoi bon la flanquer d’un garde du corps s’il est pas foutu de la surveiller. » tu maugrées en enfilant une cape, t’harnachant de tes poignards et disparaissant dans la nuit.

Les premières couleurs de l’aube peignent le ciel de pastel lorsque tu poses de nouveau pied à terre, attachant la bête empruntée aux écuries de la Citadelle à une branche basse. Tu n’as pas eu à chercher bien longtemps – habituée aux sorties nocturnes de l’Ipa tu savais désormais où la trouver lorsque personne ne parvient plus à lui mettre la main dessus. Tes doigts caressent la tempe de Hasufel un instant, tandis que de tes onyx ombrageux tu cherches Akeela parmi les feuillages. Sans un mot, tu te hisses parmi les branches, la maudissant de toujours venir se fourrer dans les endroits les plus inaccessibles – arrivée à sa hauteur, tu te laisses couler à ses côtés et vrilles ton regard sur l’horizon de sang.

L’astre entamera bientôt sa course et le spectacle qu’offre le lever du soleil est à couper le souffle. Subjuguée par la beauté qu’offre le monde, tu restes un moment silencieuse, laissant à Akeela tout le loisir de profiter de ce moment pour lequel elle a pris tous les risques. Car malgré votre surveillance accrue de l’Ipa – surtout avec le tumulte des dernières réunions politiques et l’euphorie de la fête de l’Alliance en approche – celle-ci échappait sans cesse aux regards affutés de son garde attitré, lui glissant entre les doigts telle volute de fumée. Tu n’en voulais pas à Kalevi – après tout Akeela était-elle une jeune femme maligne et douée pour se faire la malle sans que personne ne s’en aperçoive, toi-même t’étant faite, à plusieurs reprises, avoir par son petit manège. D’un côté, tu ne pouvais que comprendre son besoin de grand air – son rôle d’Ipa était éreintant et parfois la vie à la Citadelle devenait oppressante pour une si jeune femme aux responsabilités bien trop grandes. De l’autre, tu ne pouvais t’empêcher de grincer des dents lorsque tu apprenais qu’elle avait encore disparu, d’autant plus au beau milieu de la nuit. Sans doute ne se rendait-elle pas compte des risques encourus, sans doute ne mesurait-elle guère les conséquences que pouvaient avoir ses escapades, seule dans les terres dangereuses de l’Alliance. Mais tu avais beau la rabrouer, elle n’avait que faire de tes remontrances.

De longues minutes s’étaient écoulées lorsque tu laisses enfin échapper un soupir désapprobateur. Vos prunelles se croisent, et tu n’as nul besoin de parler, tu sais qu’elle a comprit que sa conduite était inconsciente. Si seulement elle en avait quelque chose à faire – son sourire espiègle n’arrive désormais plus à te berner, tu sais qu’elle secourra la tête lorsque tu te décideras à lui faire la morale, faisant mine d’être désolée sans vraiment entendre tes paroles, et qu’à la première occasion elle réitérera. Alors tu abandonnes l’idée de lui remonter les bretelles – Kalevi se chargera bien mieux de cet aspect là. « Je m’inquiète pour toi tu sais, quand tu disparais sans un mot. » tu murmures simplement, espérant remuer en elle quelque chose de plus personnel qu'avec de simples accusations sévères et dures.

Spoiler:
 

_________________
blood is the seal of your devotion.  ♒︎  You’re always gonna be afraid even if you learn to hide it. Fear is like a companion. A constant companion, always there. But that’s okay. Because fear can bring us together. Fear can bring you home. Fear makes companions of us all.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1130
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : (c)
Célébrité : Poppy Drayton
Multi-comptes : Skylar, Danika, Noomie & Isaak

Akeela
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Promenade avant l'aube ► Madaline  Jeu 17 Mai - 0:08


akeela & madalineD’aussi loin qu’elle se souvienne, Akeela a toujours apprécié regarder le lever du soleil. Enfant, elle le faisait avec son père qui n’hésitait pas à la sortir du lit bien avant l’aube pour l’emmener chasser avec lui aux alentours de leur petit village. Elle n’a jamais été du genre à trainer au lit à cause de cela, parce qu’elle aimait ces petits moments passés juste avec son père, sans sa mère et sans sa petite sœur. Elle a gardé l’habitude de regarder le lever du soleil aussi souvent qu’elle le peut, quand c’est possible. Et elle doit bien avouer que le point de vue qu’elle a trouvé aujourd’hui est l’un des plus sympathiques qu’elle ait utilisé jusqu’ici.

Un souffle de Hasufel au pied de l’arbre lui fait pencher la tête et elle aperçoit la silhouette bien connue de Madaline. Alors elle grimace et se redresse, plantant à nouveau son regard sur l’horizon tandis qu’elle entend la jeune femme monter à l’arbre. Akeela sent venir la remontrance, celle à laquelle elle a quasiment toujours le droit lorsqu’elle revient enfin à la Citadelle après ses sorties en catimini. Elle sait qu’ils ont raison, qu’elle ne devrait pas sortir comme ça toute seule et risquer de se mettre en danger, mais c’est plus fort qu’elle. Elle a appris à apprécier la Citadelle et ses habitants, à faire avec ses nouvelles responsabilités d’apprentie puis d’Ipa, mais cela ne l’empêche pas d’avoir envie de souffler un peu de temps en temps. Mais si Akeela s’attend à se faire enguirlander, Madaline se contente de s’installer à ses côtés et reste silencieuse, ce qui lui fait légèrement froncer les sourcils. Peut-être que la chef de la garde attend le bon moment pour l’attraper par le col et la secouer comme un prunier, mais pour l’instant elle se contente juste de regarder elle-aussi le lever du soleil. Alors Akeela pose aussi ses yeux sur l’horizon et observe ce spectacle dont elle ne se lassera jamais.

Le murmure de Madaline la sort de sa contemplation. Peut-être que cette fois il n’y aura pas de remontrances mais qu’elle essayera de la faire culpabiliser. C’est moche comme technique, mais ça fonctionne un peu sur Akeela qui baisse légèrement la tête en l’entendant. « Je ne fais pas ça dans ce but, crois-moi. » Elle préfèrerais que Madaline ne s’inquiète pas pour elle, que Kalevi non plus, mais c’est plus fort qu’eux. Akeela est pourtant suffisamment grande pour savoir se défendre elle-même, elle l’a déjà prouvé à de nombreuses reprises, mais tous deux continuent à s’inquiéter à chaque fois qu’elle s’aventure au-delà de la cité. Bon, il faut aussi avouer qu’elle a récemment failli se faire croquer par une panthère et que sans l’intervention de Ménélas ce jour-là, elle ne serait sans doute plus là pour y repenser. « Mais si je vous disais que je souhaite quitter la Citadelle pour un moment, vous ne me laisseriez jamais sortir seule, n’est-ce pas ? J’ai toujours quelqu’un dans le dos et, parfois, j’aimerais pouvoir respirer un peu. » Même si elle adore ses gardes du corps, bien évidemment.

_________________
akeela
The liberties of our country, the freedom of our civil constitution, are worth defending against all hazards: And it is our duty to defend them against all attacks.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
Inscrit le : 01/05/2018
Crédits : noralchemist.
Célébrité : ivana baquero.
Madaline
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Promenade avant l'aube ► Madaline  Sam 19 Mai - 16:04

promenade avant l'aube
akeela & madaline.

L’horizon se peint doucement aux couleurs d’ocre et de sang et les premiers rayons ne tardent guère à réchauffer ta peau. Un instant tu clos tes paupières, te remémorant les nuits glaciales du désert et les dangers que représentait le lever du soleil de Shisayo – ton corps porte encore les stigmates de brûlures, bien dissimulées sous les pans de cuir lassé, cicatrices éternelles d’une vie balayée, que tu refuses désormais de contempler. Lorsque tu rouvres les yeux, l’astre s’est déjà élevé au dessus de l’infini, et les plaines alentours semblent reprendre vie avec le jour qui point doucement ; les dernières étoiles s’éteignent, et bientôt la lune se mourra-t-elle à son tour.

Arrachée à la contemplation de cet époustouflant spectacle par le devoir que tu es venue accomplir, tu accroches tes onyx sur le visage de l’Ipa – les sourcils froncés, le regard perdu au loin, tu sens bien la jeune femme frustrée par ta présence à ses côtés. Et lorsque ses prunelles se détachent de l’horizon, elle baisse la tête, évitant ton propre regard empli d’inquiétude. Évidemment qu’elle ne cherche pas à emplir vos cœur d’angoisses, ni à toi, ni à Kalevi, ni à aucune autre âme vouée à sa protection – toujours est-il que lorsque l’un de vous s’aperçoit de son absence, le palpitant s’affole, la gorge se serre, et pendant un instant les plus noires pensées emplissent les esprits, allant jusqu’à imaginer le pire. Nombre de fois où tu l’as crue capturée par un dissident de quelque clan ou pire, tuée par une bête ou un fou opposé à son pouvoir – tes nuits sont parfois sans sommeil, animées de cauchemars, tes peurs qu’il lui arrive malheur prenant le dessus sur toute raison. Tu ne supporterais pas que quoi que ce soit de mauvais lui arrive, à elle qui t’avait sauvée jadis. Sans doute estimais-tu que tu lui devais la vie et que la sienne valait tellement plus que ta pauvre existence.

Mais jamais tu ne pourrais l’empêcher de voler de ses propres ailes – jamais tu ne pourrais l’enfermer dans une cage dorée à la Citadelle, la condamnant à une triste vie menottée à ses responsabilités. Tu comprenais son besoin d’évasion, son sentiment d’étouffer en ville – t’avais vécu la même chose, presque dix ans en arrière, lorsque tu avais décidé de fuir le désert, et tu serais bien incapable de lui infliger telle sentence. Alors sans doute fallait-il trouver un compromis, un terrain d’entente qui permettrait tant à Akeela tant à la garde de ne plus s’inquiéter. « J’entends bien ce que tu me dis, et je comprends ce sentiment qui t’anime, mais… tu commences, marquant une pause pour peser tes mots Avec toutes ces choses qui se passent en ce moment, ces changements qui planent dans l’air, on ne peut pas se permettre de jouer sur ta sécurité. »

Un instant tu hésites, attrapant ta lèvre inférieure entre tes dents et serrant les poings contre tes cuisses. Et finalement tu estimes que si ce n’est pas toi qui le lui dit, personne d’autre ne le ferrait, alors tu te lances, cherchant son regard de tes prunelles ombrageuses. « J’entends les murmures Akeela, ces gens qui chuchotent que tu as perdu la tête, et que laisser une chance aux barbares de Kelowna conduira l’Alliance à sa perte. Et je sais que tu les as entendus aussi. Bientôt l’on commencera à douter de tes choix, et il en faudra peu pour qu’une révolte éclate – que ferons-nous alors, lorsqu’en plus des kelowniens il faudra affronter des dissidents de ton propre peuple, si nous ignorons où est passée l’Ipa ? » Le souffle court, tu laisses la jeune femme s’imprégner de ta longue tirade. Elle sait d’ors et déjà ce que tu penses de la probable entrée du clan du nord dans l’Alliance. Déjà, deux ans plus tôt, tu avais montré quelque retenue lorsque Sengoli avait rejoint les autres clans – et aujourd’hui encore tu te méfiais d’eux. « Comprends-moi Akeela, loin de moi l’idée de vouloir te faire suivre à chaque pas que tu feras – mais au moins dois-je savoir où tu te trouves lorsque tu décides d’échapper un peu à la Citadelle. Jamais je ne t’obligerais à rester entre ces murs, et je sais que je ne pourrais pas t’empêcher de sortir. Mais je te le demande, s’il te plaît, averti quelqu’un de tes escapades, et je te promets que je ferais en sorte que personne ne te suive. » Le compromis était lancé, c’était désormais à elle d’en décider l’issue.

_________________
blood is the seal of your devotion.  ♒︎  You’re always gonna be afraid even if you learn to hide it. Fear is like a companion. A constant companion, always there. But that’s okay. Because fear can bring us together. Fear can bring you home. Fear makes companions of us all.
Revenir en haut Aller en bas
 
Promenade avant l'aube ► Madaline
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: La Citadelle-
Sauter vers: