AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 12
Inscrit le : 06/06/2018
Kariban
– –
(#) Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-  Jeu 7 Juin - 16:31



– Kariban –
Clan : Citadelle, originaire de Sengoli – Rôle : Maître d'armes d'Augias – Âge : 37 ans
Allégeance : lui-même surtout et Augias un peu Feat : Jason Momoa



Caractère & Physique :


Nombreux sont ceux qui décrieraient Kariban comme un machiste opportuniste, misanthrope à l'ego surdimensionné à qui l'on ne peut rien dire, et c'est bien parce que c'est le cas. Aussi surnommé "Caribou", c'est indéniablement une forte tête, une bête à cornes capable de foncer sur le premier qui lui lance un regard de travers, un esprit caractériel rempli de malice qui ne se retiendra pas de vous jouer de mauvais tours afin de rire aux éclats. Mais aussi à l'inverse d'une colère montante lorsque vous lui tendrez à votre tour un piège. C'est également un grand penseur, non pas forcément un grand stratège mais il dispose d'une rationalité à toute épreuve lui permettant d'anticipé des actes aussi bien au combat qu'à la taverne, des tactiques sournoises pour l'emporter sur son ennemi sans aucun remord, seul la victoire compte pour lui. Des techniques de charme dont il garde le secret afin de mieux pouvoir se vanter de ses conquêtes multiples. Car en bon séducteur mais aussi bon guerrier, la vie lui a toujours sourit et il lui sourit en retour en ne cessant de s'auto-acclamer d'un ton ironique. C'est un charmeur invétéré depuis toujours et un regard suffit en général pour trouver sa proie, de plus, se riant de l'échec il n'est pas contre prendre des risques et ne cesse de répéter qu'il faut essayer pour réussir. Pourtant il n'est pas un romantique, au contraire il s'identifie à un animal brutal et beau à la fois, un animal qui donne envie de s'en approcher malgré le danger qui en fait sa réputation, c'est au risque de se faire mordre que l'on se prend de sympathie pour lui. La confiance qu'il peut vous donner se jugera par votre simple capacité à oser vous en approcher et avoir le courage d'aller plus loin que cette carapace d'acier qui recouvre ses sentiments. L'émotion n'a pas sa place dans l'esprit du maître d'arme, la faiblesse doit être mise à l'écart et jamais il n'osera avouer de l'amour ou de la tristesse au risque d'avoir l'air faible ou plus atroce, de perdre cet amour qui finalement n'est qu'un trésor cadenassé et caché sous terre.

Kariban est large d'épaules peut-être même impressionnant de part sa musculature et il en est fier, sa force est certaine, de sa grande taille il surplombe et regarde de haut les passants qui lui passent sous le nez. Son visage est perpétuellement marqué d'un air félin, un regard perçant dont l’œil gauche est marqué au sourcil d'une cicatrice. Un sourire mesquin étire ses lèvres et dévoile toutes ses dents, presque irritant, aussi acérées qu'un prédateur. Ses yeux marrons tâchés d'émeraudes se confondent avec sa crinière ondulée qui enveloppe son visage aux traits forts comme peut le témoigner son nez bossu qui semble avoir enduré de nombreuses fissures. C'est d'ailleurs ce visage marqué de blessures qui accentue sa nonchalance légendaire, acteur des coups d'épaules distribués aux plus faibles par pur moquerie afin de les charrier sans vraiment prendre gare à blesser les victimes de sa force. Sa poigne, elle, est aussi dur que son mental, une force redoutable qui coule dans ses veines et un courage militaire à toute épreuve. Il ne se permettrait pas de rater un entrainement journalier dans le but de garantir ses acquis, cependant à l'égard des autres il n'est que peu strict et ponctuel, un esprit semblant égaré hors du temps qui vie au jour le jour dans le simple but de faire ce qu'il lui plait quand il le veut, et c'est avec le sourire qu'il vous ignorera vous et vos dires car finalement seul son confort et celui d'un cercle très fermé de proche lui importe.


Ce qui s'est passé dans ma vie :


Il y a dans l'histoire de tous, ces événements qui perturbent le cours normal de la vie. Ces épreuves qui forment le caractère de l'individu et qui peut aussi l'éloigner du bon chemin.
Je suis fils du clan Sengoli, la montagne a toujours était pour moi un défi à relever, une amie redoutable, mon entraîneur. Ma considération pour cette immense amas de roche était tel que je ne cessais de m'obstiner à vouloir la gravir. Mon ego qui fait aussi ma force apparût très tôt alors que mon seul objectif à cet âge était de dominer cette montagne, la voir sous les pieds et pouvoir rire d'elle face à ma puissance et ce avant même de savoir qu'il en était le devoir d'un apprenti guerrier. Je suis né dans ces traditions vieilles de plusieurs millénaires que conte les livres anciens. La succession familiale du trône me plaisait mais ne me paraissais pas juste, les idées qu'ils partageaient cependant et qu'ils enseignaient afin de vivre en commun m'ont été inculqués grâce à ce clan, vivre uni et dans la convivialité.
Aussi loin que je m'en souvienne, ma maison de pierre et de bois, excentrée, surplombait légèrement Moroni qui était collé au Lac. Mon père était un rôdeur aguerri, aucune piste ne pouvait lui échapper, aucun animal ne pouvait passer à côté sans se faire remarquer, c'était également un excellent pêcheur et pour couronner le tout, un très bon ami d'Harlan. Il n'était pas rare à cette époque de les voir s'entraider pour améliorer les conditions de vie du peuple, toujours présents afin de soutenir les plus démunies, ils se donnaient cœur et âme à la tâche pour vivre ensemble.
A cette époque, je n'étais encore qu'un enfant turbulent qui aspirait à devenir un grand guerrier dont on chanterait les exploits de guerre. Mon père ne s'occupait pas beaucoup de mon petit être, je n'étais pas assez sage et attentif à ses explications à son gout, je crois qu'il m'en voulait d'autant pour la mort de ma mère à ma naissance ainsi que mon choix de vie aspirant à la gloire des champs de batailles. Il était plus aux côtés d'Harlan que de moi, et la jalousie qui entravait mon cœur à cette époque me conduisit dans l'individualité et la violence. Très tôt j'appris donc à pêcher en observant mon père de loin, je ne cessais de me battre face aux autres garçons du village tel un animal qui cherche sa place dans la chaîne alimentaire et rapidement ma réputation se dégrada.

Le grand jour s'ouvra à moi tel un cadeau, m'étant entraîné depuis toujours à gravir la montagne, l'épreuve des guerrier me paru familière, cependant, j'aurai espéré que mon père m'apprenne à attraper les oiseaux sacrés pour en retirer une plume. Si cet homme si bon était-il avait eu plus le temps de s'occuper de l'apprentissage de son fils plutôt que d'aider la mère bergère à la poitrine opulente, je n'aurais pas passé autant de temps assis bêtement sur une roche à réfléchir au meilleur moyen d'attraper un animal volant. C'est finalement au bout de plusieurs heures et avec de la chance que je tira mon épingle du jeu, un oiseau blanc qui passait au dessus de moi fit tomber une plume au sommet d'un sapin au bord du précipice.
C'est avec le sourire que j'accepta ce défi, me craquant les doigts, le courage ne me manquait pas à défaut de l'expérience, j'empoignais les premières branches et me hissa de toutes mes forces pour grimper au sommet de l'arbre afin de récupérer cette insignifiante et néanmoins divine plume.
Mon succès fût couvert de triomphe à mon arrivé et me valu le sourire de mon père que je ne voyais que rarement. Il semblait fier de moi mais ne voulait pas le montrer, sa présence se faisait pourtant sentir jusqu'au traditionnel tatouage qui témoignait de ma renommée en tant que guerrier.

-An 126.
J'avais 20 ans, du sommet de la montagne, la vue se décuplait pour observer au loin, mais l'ouïe était également toute attentive aux nombreux échos provenant de Moroni. Ce jour-ci, des cris violent résonnèrent et ricochèrent contre les parois de pierre de la montagne, ma concentration se figea un instant alors que mes poils se raidirent lors des fracas de lames qui brisaient le silence de la montagne. Ces coups furent tel une poussée d'adrénaline dans mon corps, je craignais le pire et m'ayant le temps de réfléchir je m’élança pour la course la plus risquée de ma vie. Je dévalais alors la montagne d'un pas effréné, mes bottes en cuir frappaient de toute ma force sur la roche pour ne pas glisser alors que mes mains s’effritaient sur les bord coupant des pierres fraîches et humide du sommet rocheux. Les épines des arbres un peu plus bas s'enfonçaient dans mes mains lorsque je freinais ma course en me jetant de tout mon poids contre des troncs plus massifs que moi. Plusieurs minutes passèrent, à bout de souffle, à peine capable de respirer, les bras griffés par la nature, je me rattrapa de justesse en arrivant aux portes de la ville alors que les bruits de lames avaient cessées depuis déjà quelques secondes. C'est avec crainte que je découvrais, pour la première fois, la mort. Harlan était là, étendu au sol, gisant dans son sang, se tenant une plaie violacée qui ne cessait de croître autour d'une plaie béante. Mon père, lui, pleurait toutes les larmes de son corps aux côtés de son plus fidèle ami. Ravalant ma salive, cette scène me pétrifia alors que l'assassin se tourna vers moi, son épée encore à la main dont les perles de sang glissaient le long du côté tranchant de son arme tel mes goûtes de sueur sur mon visage. En regardant mon père il s'exclama alors "Kariban, fils de Seto, j'ai eu vent de ta fougue au combat et de ta hargne envers Harlan, je t'offre un poste dans mes armées, l’acceptes-tu ?". Mon cœur s'embrasa, je tomba à genoux à bout de souffle face au regard de mon père, ses prunelles étaient menaçantes, noires, sanguines.. Mais qui était-il pour me dire quoi que ce soit, il ne m'avait jamais prit sous son aile depuis la mort de ma mère, il compensa cette perte avec son ami plutôt qu'avec son fils et ma colère grandissante lors de ma réflexion me fit faire le mauvais choix "J'acceptes".
Mon père se releva sans un mot, il me fixa doit dans les yeux avant de s'en aller par la porte principale. Quelques secondes plus tard à peine j'entendais des cris de bébé et puis, plus rien. Le peuple en cercle, s’échangea des regards, le ton monta, les insultes ne tardèrent pas à suivre, les coups, le sang, les cris, un homme m'attrapa par la gorge avant que je lui brise les os, un autre m'insulta de traître à qui je répondis sur le même ton, suivit par un homme qui le frappa de toute sa force. L'armée ne tarda pas à intervenir pour calmer la population, deux soldats m'attrapèrent, ma colère prit le dessus sur ma détresse et c'est avec ferveur que je brisa le nez d'un des soldats d'un coup de tête avant d'être sonné par d'autres hommes d'armes d'un coup de manche à l'arrière de la tête.
Au cachot pendant deux jours, Sendakan en personne vint me sortir de ce trou et m'offrit un repas ainsi qu'un poste dans l'armée sous ses ordres. Il me promit de me faire monter en grade si je servais ses intérêts, que ma fougue lui serait très utile dans sa campagne, c'est autour d'un verre et après avoir trinqué que ma vie bascula à ses côtés.  

Les années passèrent, Sendakan se prit d'affection pour moi, était-ce par mes prouesses au combat ou par simple manipulation vis à vis de mon père. Ce dernier d'ailleurs n'était jamais revenu, je n'entendu plus jamais parlé de lui tandis que mes grades en temps que militaire ne cessaient de grimper. Avec le temps, Sendakan et moi étions finalement devenus proches, je remportais de nombreuses victoires pour lui, je gagnais plus que bien ma vie mais n'étais que peu présent pour en profiter, ma vie se résumait à combattre et payer des filles de joies.

-An 148
Toute l'armée reçue une lettre expéditive, nous devions rentrer, la campagne était finie et Sendakan était mort, sur le trône régnait une femme, du nom de Skylar. Cette nouvelle ne m'étonna pas vraiment, Sendakan me payait bien mais il n'était qu'un profiteur et un manipulateur.
Lorsque je franchis les portes d'entrées de Moroni, accompagné des soldats sous mes ordres, je déposa le pied à terre, fit face à la nouvelle souveraine et tandis que mes hommes plissèrent le genoux, je restais de marbre, j'en avais assez. Je l'observa un long moment, elle fit de-même, je ne savais pas comment réagir, la guerre m'avait épuisé, j'avais envie de repos et il était hors de question de me rapprocher à nouveau d'un souverain aux idées sombres, dans le doute, je fis le choix de partir. Détachant mon plastron sans quitter une seconde les yeux de cette femme, mes gants, mes bottes, mon pantalon et mes dessous furent déposer au sol. Mon corps marqué de cicatrices, d'ecchymoses et de brûlures à peines cicatrisées soutenaient mon regard sombre et mes narines gonflées sous l’essoufflement qui me firent prononcer que quelques mots alors que je me tenais nu face à la régicide. "J'en ai assez". Tournant le dos à Skylar, je fis face à mes hommes en jetant ma ceinture et mon épée au sol, traversant d'un air déterminer mon régiment qui s'écarta à mon arrivée jusqu'à sortir de la ville, je ne leur laissa que mes traces de pas dans la terre comme souvenir.

Je n'avais plus vu mon père depuis près de quinze ans, partant à sa recherche, je savais qu'il n'apprécieraient plus les individus, il se terrerait quelque part dans la forêt. Traversant alors toute la région à pied. De Moroni à Saniva où j'ai eu l'occasion d'acheter des vêtements à une vendeuse étrange.. De payer un gît pour la nuit, puis, le lendemain c'est tout naturellement que je me dirigea jusqu'à la frontière Orketa.

Perdu à la lisière d'un forêt, je me doutais de la présence de mon père dans ces bois sombres et meurtrier. J'avais déjà eu l'occasion de me battre ici, j'ai volé la vie de nombreux Hommes et c'est avec un pincement au cœur que mon oreille droite réagit
"TUEUR" entendais-je en cherchant d'où provenait ce son, "Tu n'es pas le bienvenu, soldat". Mon corps se tortillait à la recherche de ces menaces, me mordant la lèvre l'espace d'un instant pour me souvenir des massacres qui avait été commis à cette frontière sous mes ordres, des hommes et des femmes qui avaient perdus la vie par ma bêtise passée, je me doutais bien qu'il m'était impossible de me racheter et c'est lorsqu'un Tomahawk effleura mon oreille que je décida d'assumer mes actes. Je ne prononça pas d'excuses mais simplement que mes intentions étaient pacifistes, que je n'étais plus Sengoli et que je recherchais mon père, Seto. Osant faire un pas de plus, une piqûre dans le cou m'arracha un rictus avant de me faire somnoler puis tomber au sol.
Je me réveilla finalement quelques heures plus tard au bord d'une route de campagne.

Errant à la recherche de mon père pendant quelques mois, je ne le retrouva jamais mais fût la rencontre d'une femme à la Citadelle. Aruméri, une combattante de tempérament qui, je ne sais comment,  avait entendu parlée de mes exploits mortuaires et désirait me recruter à la formation d'un apprenti. Elle me parla d'une cause qu'elle défendait et de coutumes propres à la Citadelle et à l'Alliance, qu'il me fallait me racheter de mes actes passés et que malgré la tête de con que j'étais, je savais me battre. Je lui répondais que je me moquais de ses convictions, et que si j'acceptais d’entraîner le gamin c'était pour l'argent. Suite à quelques insultes et politesses échangées, et n'ayant pas d'autres avenir en vu, j'accepta sa requête afin de former Augias.
Aujourd'hui nous travaillons toujours ensemble à la formation du petit pour un avenir brillant et sombre à la fois. Aruméri est toujours une casse-pied mais elle a un but bien précis, un objectif à atteindre et je vois en elle ce que je n'ai pas réussis à conclure.


Les possessions de mon personnage :


-Une petite maison de pierre et de bois dans la Citadelle, lui procurant ce qu'il faut pour vivre et disposant notamment d'une pièce dans laquelle sont rangées de nombreuses armes, armures, mannequins. Une cuisine et un salon qui fait également office de chambre dans laquelle il est rarement seul.

-Une Bourse bien remplie à sa ceinture et de nombreuses autres enterrées aux quatre coins de la ville.

-Une réputation qui le précède et le sourire aux lèvres.

-Une hache courte toujours attachée à sa ceinture à côté d'une dague qui lui sert généralement à trancher des morceaux de viande.


Pour aider le staff :


▬ L'avenir de mon personnage si je viens à partir/disparaître du forum :  j'autorise le staff à tuer mon personnage // j'autorise le staff/les membres à le pnjiser // j'autorise le staff/les membres à le mettre en pré-lien //

Pour la liste des avatars :
Code:
JASON MOMOA <span class="pris">▬</span> pris(e) par <a href="LIEN DE LA FICHE" class="nomduclan">Kariban</a>

Pour la liste des métiers :
Code:
<a href="http://www.earth-and-ashes.com/t1129-faites-ce-que-je-dis-pas-ce-que-je-fais-kariban#13889" class="Citadelle">KARIBAN</a> - Maître d'armes

Pour la liste des prénoms :
Code:
<span class="clan">Kariban</span>


Dernière édition par Kariban le Sam 9 Juin - 17:51, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Inscrit le : 05/06/2018
Crédits : Ava© praimfaya | Sign© Beylin | Gifs© Tumblr
Célébrité : Hannah New
Multi-comptes : Nagga & Ligeia

Jacey
– clan : kadaari –
clan : kadaari
(#) Re: Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-  Jeu 7 Juin - 16:35

Bienvenue avec ce joli scéna huhu

_________________
smile and pretend
acts as one of their
and their fall will be magnificent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34
Inscrit le : 28/07/2017
Crédits : avatar par Chaussette
Célébrité : Zhang Ziyi
Aruméri
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-  Jeu 7 Juin - 23:02

krkr danse copain copain 2 wee copain 2 perv

Officiellement bienvenue à toi ! coeur Je suis vraiment contente que le scénario t'ait plu et ai hâte d'en lire plus, ce début de fiche est déjà prometteur perv

Encore une fois, n'hésite pas à me MP si tu as la moindre question ou besoin de détails pour ta fiche ! superman

_________________
PEACE WITHOUT JUSTICE IS TYRANNY
© FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1178
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : (c)
Célébrité : Poppy Drayton
Multi-comptes : Skylar, Danika, Noomie & Isaak

Akeela
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-  Jeu 7 Juin - 23:39

Bienvenue parmi nous coucou

Prendre Kariban c'est un bon choix, c'est un personnage qu'on a hâte de voir en jeu . J'aime beaucoup le début de la fiche, ça promet pour la suite ! Bon courage pour terminer l'histoire en tout cas, n'hésite pas à le dire si tu as besoin de quoi que ce soit coeur

_________________
akeela
The liberties of our country, the freedom of our civil constitution, are worth defending against all hazards: And it is our duty to defend them against all attacks.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 167
Inscrit le : 01/05/2018
Crédits : frimelda.
Célébrité : ivana baquero.
Multi-comptes : drasko.

Madaline
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-  Sam 9 Juin - 16:35

KHAL DROGO. :slide:
oulala, cet excellent choix de perso. sisi et ta fiche. krkr bienvenue parmi nous en tout cas, j'ai vraiment hâte de voir le trio kariban/aruméri/augias en jeu. et je viendrais sans doute avec drasko pour un lien, comme il a fait partie de l'armée de sendakan, on pourra sûrement se trouver quelque chose. gna quoi que avec madaline aussi je suppose. ENFIN BREF, je viendrais dans ta fiche de liens quoi qu'il arrive. perv

_________________
blood is the seal of your devotion.  ♒︎  You’re always gonna be afraid even if you learn to hide it. Fear is like a companion. A constant companion, always there. But that’s okay. Because fear can bring us together. Fear can bring you home. Fear makes companions of us all.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Messages : 32
Inscrit le : 04/05/2018
Célébrité : Courtney Eaton
Calypso
– clan : pankara –
clan : pankara
(#) Re: Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-  Mer 13 Juin - 8:38

Bienvenue parmi nous krkr copain 2

_________________
La mer ne se vante pas d'être salée •
La mer pesante, ardente et libre qui tient la terre en équilibre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 118
Inscrit le : 02/05/2018
Crédits : Fassophy
Célébrité : Georgia Hirst
Niallàn
– clan : sengoli –
clan : sengoli
(#) Re: Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-  Mer 13 Juin - 10:49

Mrrrrooooow bienvenue krkr
Il y a de plus en plus de Sengolis dissidents dites-moi XD
Bon courage pour ta fiche ! Hâte de voir ce perso en jeu !

_________________
crow
" Que craignez-vous gente dame ?
- Une cage. Rester derrière des barreaux jusqu'à ce que l'usure et l'âge les acceptent et que toute forme de courage ait disparu irrévocablement. "
Le Seigneur des Anneaux, les Deux Tours
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
avatar
Messages : 54
Inscrit le : 17/06/2018
Crédits : autumnleaves
Célébrité : travis fimmel
Multi-comptes : aucun

Novak
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-  Hier à 0:34

bienvenuuue coeur

_________________

don’t waste your time looking back. you’re not going that way. power is always dangerous.it attracts the worst. and corrupts the best. the world is changing and we must change with it ragnar lothbrok
Revenir en haut Aller en bas
 
Fais ce que je dis, pas ce que je fais -Kariban-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Hors jeu : Viens peupler la Terre ! :: Les habitants qui peuplent nos terres-
Sauter vers: