AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Info : N'oubliez pas de mettre une date à vos rps. C'est plus simple pour suivre la chronologie !
Partagez | 
 

 Far from home / Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 62
Inscrit le : 15/08/2018
Crédits : Ella
Célébrité : Mackenzie Foy
Ilanah
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Far from home / Libre  Ven 24 Aoû - 22:01


Far from home


Libre - Début du 8ème mois de l'an 150

Ila avait fini de panser Belle, fatiguée par une longue journée de marche à tirer la caravane. C’était le premier jour de la petite Askhadi à la Citadelle et tout ce qu’elle avait pu entendre sur le sujet n’égalait pas ce dont elle était alors la spectatrice. En arrivant, l’agitation de la grande capitale l’avait arraché à un sommeil bien mérité, puis ses protecteurs, un couple de commerçants ambulants, s’étaient arrêtés devant une auberge. Ils devaient résidés dans l’une des chambres à l’étage le temps de leur séjour avant de retourner dans leur clan. Ila ne comprenait pas tout aux affaires qui avaient conduit Rigel et Buck jusqu’ici, mais elle n’avait eu d’autre choix que de les suivre. Et c’était toujours mieux que d’assister au spectacle de son clan en ruine et meurtri. C’est après avoir goûté aux célèbres petits pains de l’aubergiste, dénommée Rosa, qu’elle était partie à l’écurie pour soigner la jument. Désormais, c’était sa seule et meilleure amie et elle en prenait le plus grand soin. Elle aimait se serrer tout contre elle et lui murmurer à l’oreille des histoires mille fois entendues durant son enfance. Dans ces instants précieux, elle n’avait plus peur. Elle n’était plus triste. Juste pour quelques secondes.

L’aubergiste l’avait serré si fort contre elle qu’Ila sentait désormais comme si elle était tombée dans une cuve pleine de parfum. Une effluve qui donnait un air déplacé à sa silhouette et ses allures juvéniles et qui avait provoqué un écart chez la jument. Pourtant, celle-ci n’avait pas tardé à retrouver sa docilité pour se laisser dorloter par sa petite humaine. Pour tout dire, elles ne se connaissaient pas depuis si longtemps, mais dans cette minuscule partie du monde, elles formaient leur propre duo. Offrant une dernière caresse à l’animal, Ila entreprit ensuite de nettoyer la brosse quant un bruit lui parvint depuis l’extérieur. Les voix étaient fortes et il lui sembla que deux personnes, ou peut-être plus, étaient en train de se disputer. Rigel lui avait dit de faire vite. Elle avait même ajouté sur la route qu’elle devait constamment rester prudente. En se remémorant ses paroles, la fillette commença donc à s’inquiéter. Avec Belle, elle ne risquait rien ? Elle déglutit, rangea vivement le matériel dans sa petite sacoche et s’approcha doucement de la sortie. Les voix se firent plus fortes et une véritable bagarre semblait commencer.

Ila regarda autour d’elle pour chercher une autre sortie. Alors, son regard tomba sur un magnifique cheval. En arrivant, elle ne l’avait pas tout de suite remarqué. Il se tenait bien droit dans un box à l’écart et ses yeux étaient rivés sur elle. Hypnotisée, Ila s’avança d’un pas avant d’hésiter. Elle tourna son visage vers la porte, haussa les épaules et fit demi-tour. Après tout, elle avait bien encore quelques minutes. Et puis, elle ne pouvait pas sortir sans se retrouver au milieu d’une vilaine affaire de toute façon. Elle s’avança vers le dit-box, se mit sur la pointe des pieds tout en tendant une main vers l’animal inconnu. « Oh ! Bonjour toi. » Il resta immobile. C’était étrange. Ila se pencha un peu plus en avant. « Quoi, tu as peur des câlins ? » Elle entrait progressivement et confortablement dans son petit univers à elle. Un imaginaire qui disparaissait petit à petit depuis l’attaque lors de la fête de l’Alliance mais qui refaisait parfois surface. « Je peux te raconter une histoire si tu veux ? » Elle posa sa sacoche au sol et commença à marcher de long en large dans l’écurie. Belle devait aussi en profiter. « Les histoires mettent toujours du baume au cœur. » Plus la bagarre se faisait rageuse au dehors, plus elle haussait la voix.

Elle était en train de reconstituer un combat à l’épée avec un ami tout autant imaginaire que l’arme quand un bruit de pas la stoppa dans son jeu. Quelqu’un arrivait. Rigel lui avait dit d’être prudente. Sans réfléchir, Ila entra dans le box du cheval inconnu, qui était alors le plus proche, et se recroquevilla dans l’un des coins. Arrachée brutalement à ce qui lui permettait d’oublier brièvement ses inquiétudes et le décès de son père adoptif, elle se sentit infiniment seule et vulnérable. Elle n’aimait pas ça. Pas du tout. Elle se dit alors que ce n’était pas le spectacle qu’elle devait offrir. La personne qui venait d’entrer la trouverait sans peine de toute façon. Alors, elle se redressa et songea à sortir la brosse de Belle pour jouer les garçons d'écurie et faire mine de s'occuper du cheval. Trop tard, elle avait laissé sa sacoche devant le box... Ressentant peut-être son anxiété, le cheval se mit à frapper le sol avec ses sabots. Ila tentait de le calmer et se retrouva finalement bloquée entre lui et le mur. Les bruits de pas, eux, venaient de s’arrêter. La petite Askhadi cessa de respirer et ferma les yeux. Pas sûr que cela lui permette de passer inaperçue pour autant…


(c) Earth & Ashes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Inscrit le : 13/05/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Ben Barnes
Multi-comptes : Karrah

Kalevi
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Sam 25 Aoû - 14:16

Presque un mois s'est écoulé depuis qu'ils sont rentrés de la fête de l'Alliance. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas joint à une bataille et la simple idée qu'Akeela ne soit blessée a été un gros problème dans la concentration du guerrier. Une chance, ils s'en sont sortis tous les deux. De retour chez eux, dans la sécurité des rituels de la citadelle, Kalevi s'est remis tranquillement de ses blessures. Même s'il a eu la désagréable surprise de retrouver le raton laveur qui de toute évidence s'est embarqué clandestinement dans l'un des sacs du gardes... A cette exception près, tout pourrait aller bien. Mais l'ambiance a été plutôt lourde entre Akeela et lui. La conversation presque inexistante s'est restreinte à des consignes de sécurité et à des choses relatives à la gestion de la citadelle. Et Kalevi le sait, ils doivent en parler. Ils ne peuvent pas continuer à taire le sujet. Cette nuit passée là-bas n'est pas une erreur, elle ne devrait pas l'être. C'est donc poussé par cette volonté de rompre enfin le silence que le garde s'est mis à la recherche d'Akeela. Et comme d'habitude, elle n'était pas là où elle aurait dû être.

Le voilà donc à parcourir toute la citadelle pour la trouver. Bien sûr, comme d'habitude, il se contente de faire une ronde. Hors de question de laisser entrevoir qu'Akeela est introuvable. D'autant plus qu'elle est probablement avec les conseillers, reste à savoir où. Kalevi finit par entrer dans une écurie, attiré par les voix qu'il entend de l'autre côté du bâtiment. Il s'apprête à le traverser pour aller calmer les esprits qui s'échauffent quand il entend l'un des chevaux s'agiter. Il s'arrête, et pose la main sur le pommeau de son épée tout en avançant. Et au lieu de découvrir un assassin tapis dans l'ombre c'est une fillette qu'il trouve. Kalevi fronce les sourcils. Il ne l'a jamais vue auparavant. Il ne connait pas tout le monde, car à la citadelle nombreux sont ceux de passage, mais le garde connait bien les voyageurs habitués et les habitants de la capitale de l'Alliance. Et cette fillette-là, il ne l'a jamais vue.

Il entre dans le box de l'animal et le fait reculer un peu le calmant de quelques caresses pour éviter qu'il ne donne un coup à l'enfant dans la panique. Puis il pose son regard sur elle et demande : « Qu'est-ce que tu fais-là ? Pourquoi tu te caches ? ». Sa voix est calme et posée, douce. Il ne veut pas l'effrayer. Mais à la voir comme ça, les yeux fermés et le souffle coupé, en entrant dans le bas il n'a pas eu trop de mal à comprendre qu'elle se cachait. Il écarte l'animal du bras et s'approche pour s'accroupir devant elle avec un sourire : « Tu ne risques rien ici... La citadelle fourmille de gardes qui sont là pour s'assurer qu'il ne t'arrive rien ». Il lui sourit un peu dit : « Je m'appelle Kalevi. Et toi ? ». Il faut qu'il trouve qui est cette enfant pour la reconduire auprès de ses parents. La conversation avec Akeela devra attendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Inscrit le : 15/08/2018
Crédits : Ella
Célébrité : Mackenzie Foy
Ilanah
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Sam 25 Aoû - 18:18


En entendant les pas approcher, Ila trembla de la tête aux pieds. Elle aurait tellement aimé pouvoir contrôler sa peur et se montrer plus courageuse, mais les cris au dehors ne faisaient que l’accentuer. Sa respiration se fit plus saccadée et les battements de son cœur s’accélérèrent. Et si c’était une brute épaisse qui apparaissait ? Une comme celle qui avait enlevé la vie à son papa ? Elle essaya de se concentrer. Les pas étaient plus feutrés et prudents que ceux d’un vulgaire guerrier kelwonien. Elle les entendit pourtant s’arrêter et se rapprocher du box. La chaleur se faisait étouffante dans l’écurie, mais peut-être n’était-ce qu’une impression. Elle croisa les mains sur sa poitrine par pure réflexe, un peu comme elle le faisait parfois pour vénérer les divinités de son clan. Et, oh malheur, elle entendit la porte du box s’ouvrir. Elle crispa le visage et retroussa le nez, fermant un peu plus les yeux. Pourrait-elle échapper à la réalité ? Et si c’était le maître du dit-cheval qui venait pour la réprimander. Pire ! La corriger. Elle sentit finalement le poids de l’animal se faire moins pesant sur elle et les chocs qu’ils provoquaient sur le sol avec ses sabots s’arrêtèrent. Puis une voix. Assez belle. Mais Ila se méfie toujours. En ouvrant les yeux, elle se retint de masquer sa surprise.

« … » Il se tenait là, accroupi devant elle et un sourire aux lèvres. Elle croisa un instant son regard, hébété. Cet homme ne ressemblait en rien à un monstre. Il n’était pas géant, couvert de fourrure et l’expression sur son visage n’avait rien de sanguinaire. Si Ila devait un jour mettre un visage sur les fabuleux guerriers qui bercent ses rêveries et ses jeux, il ferait même parfaitement l’affaire. Mais elle se souvint aussi d’une histoire qu’on lui avait contée une fois. Celle d’un beau jeune homme, un ravissant et charmant jeune homme, qui provoqua la destruction de son village par pur avidité et soif de pouvoir. Alors, Ila se ressaisit, se redressa et recula vers le fond du box, le plus loin possible de l’étranger. Quand il affirma qu’elle ne risquait rien, elle le fusilla du regard. Tous ces gardes dont il parlait, où se trouvaient-ils pendant l’attaque en Askhadi ? Que faisaient-ils quand Elwë était tombé sans même pouvoir se défendre ou quand Priya avait disparu ? Elle posa ses mains à plat sur le bois rugueux du box derrière elle. Ses bottines étaient recouvertes de paille et elle avait conscience qu’elle ne pouvait plus fuir. Il lui barrait le seul accès possible. Un peu plus loin, Belle souffla comme si elle ressentait la détresse de la fillette.

Kalevi. C’était son nom. Ila s’autorisa à nouveau à le regarder. « Je ne me cache pas. Je suis garçon d’écurie et je m’occupe des chevaux. » Le mensonge était sorti tout seul, non sans s’accompagner d’une rougeur croissante au niveau de ses pommettes. Elle ignorait à qui elle avait affaire, ni même que ses longs cheveux soigneusement coiffés par Rigel rendaient peu crédible le fait qu’elle puisse travailler dans une écurie. Elle commença à longer le mur sans quitter Kalevi des yeux. « Et je m’appelle… Enetari ! » Très bonne idée le nom d’une héroïne d’un conte populaire en Askhadi ! Sans compter l’hésitation pour se trouver un nom avec ça. Elle se tourna ensuite et se retrouva le nez contre le mur sale. Elle entreprit alors de l’escalader, espérant pouvoir passer de l’autre côté assez vite et ensuite courir, partir vite ! Elle réussit à attraper le haut du box en sautant, mais se retrouva les pieds dans le vide à tâtonner pour trouver un appui.
(c) Earth & Ashes

HRP : Merci ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Inscrit le : 13/05/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Ben Barnes
Multi-comptes : Karrah

Kalevi
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Sam 25 Aoû - 22:49

Kalevi se présente pour essayer de la rassurer. Elle le regarde avec ses petits yeux méfiants et probablement effrayés, mais Kalevi ne lui en veut pas. D'autant plus qu'au dehors, les gens continuent à se disputer, la colère semblant continuer à monter. L'espace d'un instant, Kalevi se demande ce que font les gardes de la citadelle et veillera à ce que tous en prennent pour leur grade de laisser des disputes dégénérer ainsi dans la ville. Mais pour le moment, il est concentré sur cette petite fille dans le box. Quand il lui dit qu'elle n'a rien à craindre, la fillette recule vers le fond du box. Il fronce un peu les sourcils en la voyant faire. Il ne pensait pourtant pas avoir été menaçant. Cependant, pour le moment il la laisse faire. Il lui pose une question et elle lui répond. Mais le mensonge est mal maîtrisé et plutôt grossier et ça lui tire un sourire amusé. Et lorsqu'elle lui donne son nom, encore une fois, Kalevi a du mal à la croire. Il la regarde escalader le mur avec une certaine adresse il le reconnait. Il s'approche d'elle et pose sa main sur son épaule pour l'empêcher de se laisser glisser le long du mur et il lui dit : « Je ne sais pas qui tu es, mais une chose est sûre, tu ne travailles pas ici. Tes vêtements et tes cheveux sont bien trop propres pour ça... ». Il la regarde et dit : « Alors tu vas me rejoindre de ce côté-là du mur, dans le box » il lui fait un signe pour montrer l'intérieur du box dans lequel il se tient toujours « Et on va tâcher de retrouver ta famille jeune fille, c'est clair ? ». Il la regarde et dit : « Et si tu résistes, je serais obligé de t'envoyer dans les cachots de la citadelle ». Il lui fait les gros yeux, levant un peu le ton pour lui faire comprendre qu'elle n'a pas intérêt à s'enfuir, mais il n'a pas l'air très menaçant. Kalevi sait l'être lorsqu'il le faut et en cet instant, ce n'est pas vraiment nécessaire. Cette fillette a surement une bonne raison d’être là, encore une bonne raison d’avoir peur et il ne peut pas lui en vouloir. Tout ce qu’il peut faire c’est tenter de l’aider. Et en général, il est plutôt doué pour ça. Il lui adresse un sourire doux et l’attend du côté du box. Il ne la force à rien pour le moment, mais si elle n’obtempère pas, il le fera sans doute.


HRP : De rien ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Inscrit le : 15/08/2018
Crédits : Ella
Célébrité : Mackenzie Foy
Ilanah
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Dim 26 Aoû - 12:02


Après une tentative de fuite ratée, Ila resta les pieds dans le vide et fermement accrochée au haut du box. Elle aurait bien lâché, mais le sol se trouvait à plusieurs centimètres et elle avait soudain peur de mal atterrir et de se blesser. D’autre part, l’homme était déjà arrivé à sa hauteur. Elle tressaillit quand il posa une main pourtant bienveillante sur son épaule et s’agita pour repousser son contact. Mais elle avait aussi affaire à un esprit aiguisé et elle le comprit bien vite quand il démasqua sa supercherie. Elle déglutit, incapable de répliquer et les bras de plus en plus douloureux. Ila jeta un coup d’œil à Belle qui ne cessait de les regarder, puis elle ramena son regard désormais gênée sur Kalevi. Il ne tentait plus aucun contact, n’essayait même pas de la retenir de force. À la place, il lui adressa un ordre simple. Elle devait revenir dans le box. Le cheval était désormais très calme, comme si la présence de l’homme avait suffi à l’apaiser. Ila se prit un instant à vouloir lui faire confiance. Si les animaux étaient calmes et sereins, c’est qu’elle pouvait baisser la garde aussi, non ?

Elle plaqua ses pieds contre la paroi extérieure du box et puisa dans ses maigres forces pour se hisser de l’autre côté. Qu’est-ce qui l’avait décidé à faire ce qu’il demandait et à revenir dans le box ? D’un ton qui ne laissait la place à aucune discussion, il avait parlé de retrouver sa famille. Elle avait finalement ressenti sa sincérité et s’exécutait docilement, même si difficilement d’un point de vue purement physique. Elle continuait à se tortiller pour que son corps bascule à nouveau dans le box quand les nouveaux propos du jeune homme suffirent à la stopper dans son élan. Les cachots ? Ila resta immobile, allongée sur le haut de la planche qui servait de mur au box. Ni à l’intérieur, ni vraiment à l’extérieur de celui-ci, elle adressa un regard stupéfait à Kalevi. Il n’avait pas vraiment l’air menaçant ou sérieux, mais… Les cachots ? Ila remarqua enfin l’arme qu’il portait à sa ceinture et s’attarda un peu plus sur son apparence. S’il pouvait l’envoyer aux cachots, il devait être haut placé. Était-ce un garde ? Elle en avait déjà vu et il n’y ressemblait pas complètement. Ou un chef de garde ?

Ila chercha son équilibre, réussit à balancer son corps à l’intérieur du box et se laissa retomber sur la paille. Sa chute avait beau avoir été amortie, elle n’en restait pas moins secouée. Alors que quelques brins dorés voletaient autour d’elle, elle épousseta machinalement ses vêtements. Elle releva ensuite le visage vers Kalevi. « Oh, non ! Pas les cachots ! Rigel deviendrait folle ! » Elle avait réagi sans réfléchi à la simple menace qu’il avait formulée. Elle s’en mordit les lèvres et baissa les yeux. Elle n’était qu’une enfant. Si on lui parlait d’une punition aussi terrible mais qu’elle avait du mal à se représenter par inexpérience, elle pensait forcément à une figure adulte capable de l’en réprimander ou d’en être bouleversée. Toujours postés aux fesses du cheval, qui devait se demander ce que faisait tout ce monde dans son box, il se passa quelques instants avant qu’Ila reprenne ses esprits. « Attendez ! Vous ne pouvez pas m’envoyer aux cachots. Je n’ai rien fait de mal ! » Elle plongea son petit regard perçant dans celui de l’homme. Mais sa prestance suffit à la faire hésiter à nouveau. Elle se rapprocha alors du cheval et prit son encolure dans ses bras. Elle sentit le parfum rassurant de l’animal et leva les yeux vers Kalevi. « … Si ? » Elle ne connaissait pas toutes les lois de la Citadelle. Avait-elle pu faire un affront à quelqu’un d’important ?  
(c) Earth & Ashes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Inscrit le : 13/05/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Ben Barnes
Multi-comptes : Karrah

Kalevi
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Dim 26 Aoû - 18:56

Kalevi n’a pas d’enfant. Il n’en a jamais eu. Mais plus jeune, il veillait sur son petit frère. Alors il se souvient un peu de la façon dont on se comporte avec les plus jeunes. Et il n’est pas de nature brutale ou méchante. C’est un guerrier, mais il n’a jamais été rude. Il s’adresse donc à elle et essaie de gagner sa confiance, ce qui ne l’empêche pas de tenter de s’enfuir. Le garde lève donc un peu le ton, faisant à présent preuve d’une certaine autorité. Il l'enjoint un peu fermement à revenir du côté du box ce qu'elle commence à faire. L'enfant n'a visiblement pas envie de continuer à s'enfuir. Quand il la menace de l'envoyer aux cachots, elle suspend son geste mais finalement, elle revient dans le box, sautant dans la paille. Il la regarde simplement. Il ne sait pas bien ce qui l'a convaincue de revenir, surement pas lui puisque sa première approche l'avait fait fuir. Mais au moins, elle ne quittera pas l'écurie en courant, effrayée et paniquée. Elle frotte ses vêtements et répond rapidement. Il l'écoute. Un prénom est donné et celui-là, il lui semble être bon. Elle voyage avec Rigel, mais Kalevi ne reconnait pas le nom. Il plisse un peu les yeux fouillant dans sa mémoire. Mais pour le moment rien ne lui revient. Elle baisse la tête et il lui laisse un instant avant qu'elle ne reprenne la parole. Elle étreint l'encolure du cheval. Il l'écoute à nouveau et finalement il rit un peu en disant : « Non, tu n'as rien fait de mal. Je voulais juste être sûr que tu restes ici avec moi, c’est tout ». Il lui retire un brin de paille resté accroché à ses vêtements puis dit : « Aller vient, allons retrouver Rigel ». Après une dernière caresse pour l'animal, il sort du box et lui tient la porte attendant qu'elle en fasse de même avant de refermer le box. Il la regarde et demande : « Tu veux bien me dire comment tu t'appelles ? ». Il la regarde avec un sourire puis fait quelques pas vers l'entrée de l'écurie. Au dehors les voix continuent à se disputer. Il soupire, excédé à l'idée qu'aucun garde ne soit encore intervenu. Puis, il baisse son regard sur la jeune fille et lui dit : « On va sortir par-là que je puisse voir ce qui se passe, d'accord ? Mais tu n'as rien à craindre, il ne t'arrivera rien, j'y veillerais ». Mais avant de sortir, il attend qu'elle réponde avant de sortir, pour être sûr que ce plan lui convient bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Inscrit le : 15/08/2018
Crédits : Ella
Célébrité : Mackenzie Foy
Ilanah
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Lun 27 Aoû - 10:53


Ilanah caressa doucement la tête du cheval, se préparant à fuir à tout moment sans vraiment être convaincue que la manœuvre réussisse. Et puis, la perspective de se retrouver dans les cachots l’inquiétait aussi. Son imagination débordante la contraignait aux pires scénarios. Elle ne savait pas à quoi ressemblait une telle prison, mais elle comprenait bien que ce devait être un lieu effrayant. Froid et sale. Sans lumière. Elle déglutit, voyant déjà son couple de protecteurs effondrés et humiliés. Sa tête commençait à lui tourner quand Kalevi vint finalement l’arracher à ses sombres pensées. En l’entendant rire, Ilanah ouvrit de grands yeux et le fixa, hébétée. C’était donc une ruse ? Uniquement pour qu’elle ne s’enfuit pas ? Ce qu’elle avait du mal à comprendre c’était qu’il soit si gentil tout en refusant de la laisser partir. Elle gardait donc une once de méfiance envers le jeune homme et recula légèrement quand il avança une main vers elle. Il voulait simplement retirer un brin de paille de ses vêtements. Ila le regarda avec un air furieux. Mais du haut de ses onze ans, sa mise en garde était plus amusante qu’autre chose très certainement. Elle le suivit finalement à l’extérieur du box et attrapa sa sacoche au passage. Elle la remit sur son épaule et s’arrêta.

Kalevi prenait la direction de la sortie, à l’endroit d’où provenaient les bruits de bagarre. « Je m’appelle Ilanah. Je viens d’Askhadi. » Il ne lui avait pas demandé quel était son clan, mais c’était un peu la présentation de base quand on voyageait hors de celui-ci. Elle attendit avant de le suivre. Elle se demandait toujours qui il pouvait être. Il n’était pas le seul à se poser des questions. Il avait été très malin en la menaçant de l’envoyer aux cachots. Un simple avertissement qui avait réussi à la ramener dans le droit chemin. Ou, du moins, elle l’espérait. Il voulait sortir pour voir ce qui se passait à l’extérieur. Il parlait comme quelqu’un capable de maîtriser la situation et de mettre un terme à l’agitation. Très honnêtement, les éclats de voix ne rassuraient pas Ila. Elle évita de penser à la dernière fois qu’elle avait assisté à un bagarre. La plus sanglante qui soit. Elle s’avança tout doucement avant de s’arrêter à la hauteur du jeune homme. Elle devait sortir et mieux valait être accompagnée d’un adulte. Elle hocha la tête à deux reprises. « D’accord. » Puis, impressionnée, elle releva le visage vers lui. « Vous êtes un garde de la citadelle ? » Elle était déjà admirative à cette simple idée. Si elle savait quel était son véritable rôle, elle aurait sans aucun doute été très fière de sortir à sa suite et de lui avoir parlé. De plus en plus rassurée par la tournure que prenait la situation, elle osa lui poser une autre question qui lui vint soudain à l'esprit. « Vous allez envoyer les messieurs qui se battent aux cachots ? »
(c) Earth & Ashes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Inscrit le : 13/05/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Ben Barnes
Multi-comptes : Karrah

Kalevi
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Sam 1 Sep - 21:45

L'enfant semble se détendre. Kalevi a bien remarqué le regarde assassin qu'elle lui a lancé lorsqu'il s'est permis de retire un brin de paille restant sur ses vêtements mais a choisi de ne pas le noter : ne pas en rire, ne pas s'en offusquer. La petite a bien le droit de ne pas apprécier qu'on la touche. Et qu'elle soit aussi prompte à tenter d'impressionner quelqu'un pour se protéger est plutôt rassurant. Elle ne semble pas manquer de caractère ni de ressources pour tenter de se tirer des mauvais pas. Elle a encore un peu de progrès à faire en matière de mensonge, mais avec le temps elle devrait s'en sortir un peu mieux. On apprend vite dans ce monde, Kalevi ne le sait que trop bien. Il reste calme et souriant et finalement réussit à la faire quitter le box. Elle récupère une sacoche et finalement le suit alors qu'il se dirige vers la porte de l'écurie. Elle se présente. Ilanah d'Askhadi. Une fillette des plaines. Kalevi se demande si elle était présente à la fête de l'Alliance et à quoi elle peut bien avoir assisté. Il s'inquiète de savoir qu'une enfant si jeune puisse avoir assisté à de telles horreurs et s'en énerve un peu, silencieusement. Les kelowniens n'ont vraiment aucun honneur et Kalevi ne peut s'empêcher de penser qu'ils auraient pu éviter cela si Akeela avait été un peu plus raisonnable en attendant que la situation se calme sur leurs terres avant de les accueillir sur les leurs.

Il chasse ses idées et lui présente son plan d'action. Elle écoute tout en s'avançant jusqu'à lui tout en acquiesçant. Elle lui demande s'il est garde de la citadelle puis s'il va envoyer les hommes qui se battent aux cachots. Il sourit un peu et lui dit : « Je suis garde de l'Ipa », ce qui marque une différence assez notable dans son rôle et ses missions même s'il se doute que l'enfant ne comprendra pas forcément, il ajoute avec un sourire malicieux : « Il paraît même que je suis le chef de la garde de l'Ipa, mais tu veux savoir un secret ? ». Il se penche un peu vers elle pour lui parler à voix plus basse : « Parfois, il vaut mieux ne pas trop s'en vanter. Les hommes travaillent mieux quand ils pensent qu'ils sont à l'origine des idées ou qu'ils peuvent donner leur avis ». Il lui adresse un clin d'oeil. Il veut juste qu'elle se sente rassurée. Kalevi n'est pas du genre à se vanter de son grade. Il sait qu'il a forcément plus d'influence qu'un simple garde et qu'il est responsable de tous les autres. Mais pour lui, il vaut mieux être accessible et pouvoir travailler avec ses hommes plutôt que de leur donner des ordres sans jamais entendre leurs voix. Peut-être n'est-ce pas la meilleure technique mais selon lui, cela fait de lui un bon chef. Il rajoute : « Et je ne les enverrais pas forcément aux cachots, tu sais, les hommes ont le droit de se disputer tant que cela ne dégénère pas ». Parfois, les idées s'expriment d'une manière vive. Les commerçants ont souvent des caractères bien trempés et les marchés sont toujours très animés.

Finalement, il l'entraîne jusqu'à la porte et juste avant de sortir lui demande : « Tu veux bien surveiller mes arrières ? ». Encore une fois, il veut juste qu'elle se sente bien et lui montrer qu'elle a aussi de l'importance, d'une certaine façon. Il sort et regarde autour d'eux pour finalement apercevoir deux hommes qui se font face et qui se disputent pour une caisse de marchandise endommagée. Autour d'eux, quelques passants qui vont et viennent s'éloignant des fauteurs de trouble, mais pas de gardes. Il s'approche alors et s'éclaircit un peu la voix : « Messieurs... ». Le voilà bien moins souriant que lorsqu'il a abordé Ilanah. Plus sérieux, plus droit, plus impressionnant. Main posé sur le pommeau de son épée, Kalevi conseille : « Et si vous vous calmiez pour terminer cette conversation plus calmement ? ». Il jette un œil à la caisse pour estimer si la marchandise est abîmée ce qui ne semble pas être le cas. Il regarde les deux hommes à tour de rôle, ceux-ci restant toujours assez tendus. Mais il les connaît Kalevi, les deux marchands sont des habitués et s'ils sont énervés, ils ne sont pas violents, fort heureusement. Il jette un œil à la fillette qui l'accompagne pour vérifier qu'elle est toujours là et qu'elle ne panique pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Inscrit le : 15/08/2018
Crédits : Ella
Célébrité : Mackenzie Foy
Ilanah
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Sam 15 Sep - 12:00


Ses questions en suspens, Ilanah jeta un dernier regard à Belle. La situation avait pris un tournant inattendue. Elle se trouvait maintenant en compagnie d’un garde de la Citadelle et s’apprêtait à aller assister au règlement d’une bagarre. Garde de la Citadelle, c’était déjà un poste impressionnant aux yeux de la fillette, mais quand Kalevi lui expliqua la nature véritable de son poste, Ila ouvrit de grands yeux et le fixa à nouveau de la tête aux pieds. « Garde de l’Ipa… » Il connaissait Akeela, il l’avait vu. Mais quelque chose semblait étrange pour la jeune Askhadi, l’Ipa avait-elle besoin qu’on la garde ? Dans le monde dans lequel elle avait grandi, elle n’avait côtoyé aucune personne d’importance, il lui était donc difficile de comprendre qu’il était plutôt question d’un garde du corps. Elle était trop jeune pour imaginer tous les dangers qui guettaient l’Ipa. Avoir été témoin et victime de l’attaque lors de la fête de l’Alliance n’y suffisait pas. Peut-être ces évènements terribles n’avaient-ils pas réussi à chasser toute trace d’innocence dans son petit cœur. D’ailleurs, quand Kalevi expliqua être chef de la garde de l’Ipa, elle pinça les lèvres pour éviter à sa mâchoire de s’affaisser. La surprise était suffisamment grande pour qu’elle ne se ridiculise en plus.

Il voulait lui dire un secret ? Ila le regarda légèrement intriguée cette fois et hocha la tête. Il dit une longue phrase très intelligente qu’Ila dut se repasser plusieurs fois en tête avant d’en comprendre complètement le sens. Quand il affirma finalement que les hommes qui se battaient n’iraient pas forcément aux cachots car ils avaient tout à fait le droit d’être en désaccord, la jeune fille écoutait à peine ses paroles. Une question lui brûlait les lèvres. Elle se trouvait à côté de quelqu’un qui connaissait certainement bien l’Ipa et elle était à la fois intimidée et très curieuse. Son attitude d’ailleurs avait changé. Elle faisait désormais totalement confiance à Kalevi mais il lui apparaissait aussi encore plus grand et imposant que quelques instants plus tôt. Elle n’en était d’ailleurs que plus gênée de l’avoir dérangé et rentra les épaules. Elle croisa les mains dans son dos et commença à entortiller ses doigts. Une révérence ! Devait-elle faire une révérence ? C’était comme ça dans les histoires des conteurs quand les gens simples rencontraient des nobles. Portée par son imaginaire, Ilanah s’inclina maladroitement.

En se redressant, elle planta son regard dans celui de Kalevi. Cette question qui tournait dans sa tête, elle ne pouvait plus la garder pour elle. « Pourquoi l’Ipa a-t-elle besoin d’être gardée ? Est-ce qu’elle n’est pas sage ? » Mais, déjà, il était temps de sortir. Il lui demanda de surveiller ses arrières, ce qu’elle prit très au sérieux. De toute évidence pour elle, il ne pouvait pas plaisanter. C’était le chef de la garde de l’Ipa et il était habitué à donner des ordres. Elle bloqua sa respiration, souleva sa tunique et tapota la petite dague rangée dans un vieil étui accroché à sa ceinture. Elle la dissimula ensuite sous son vêtement et posa un doigt devant sa bouche avant de murmurer à voix très basse. « D’accord… Moi aussi, je suis armée. » Ce qu’elle ne savait pas, c’était que l’arme en question était quasiment inoffensive. Elle était vieille, usée et aurait bien besoin qu’on l’aiguise. Mais c’était l’une des rares choses qu’elle avait retrouvé dans les ruines de son ancien chez elle. Elle suivit ensuite Kalevi à l’extérieur, aux bruits de la bagarre, elle commença à trembler de la tête au pied. Elle devait suivre les ordres, surveiller les arrières. Peu confiante, elle regarda autour d’eux. Elle pensa alors qu’elle avait oublié de lui dire qu’elle ne savait pas se battre.

Rigel et Buck l’avaient toujours préservé des litiges entre les commerçants. Elle en avait connu quelques-uns dans la boutique de cordonnerie où travaillait son père. Mais le contexte était différent alors. Elle se fondit dans l’ombre diffusée par la silhouette de Kalevi et nota le changement dans son expression et dans sa voix. Elle pencha la tête pour voir ce qu’il en était de la dispute et son regard s’arrêta sur un grand homme imposant et barbu. Le sang d’Ila se glaça et elle se plaqua contre les jambes de Kalevi. Cet homme, il était grand, puissant et terrifiant. Il ressemblait comme deux gouttes d’eau à l’un de ses affreux kelowniens. Ceux qui hantaient toujours ses cauchemars, ceux qui avait écrasé Elwë comme s’il n’était rien d’autre qu’un grain de poussière. Le regard d’Ila s’assombrit et elle glissa la main sous sa tunique pour venir la poser sur sa dague. Cet homme, elle l’associait à tort à ceux de ses cauchemars, à celui qui avait tué son père. Incapable de détourner les yeux, elle continua de le fixer. La raison laissait la place à la douleur, puis la haine. Autour d’elle, elle n’entendit pas les éclats de voix s’arrêter, les commerçants s’excuser auprès du garde de l’Ipa ou, pour d’autres, tenter de plaider leur cause en lui expliquant la situation.
(c) Earth & Ashes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 122
Inscrit le : 13/05/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Ben Barnes
Multi-comptes : Karrah

Kalevi
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Lun 8 Oct - 21:18

La petite semble désormais bien plus en confiance et Kalevi est plutôt heureux de voir qu'elle est calmée et qu'elle ne cherche plus à s'enfuir. Même s'il pense qu'elle ne risque rien dans leur ville, il y a des gens horrible partout. Après tout, Dastan est mort entre les murs de sa propre demeure. Alors autant être sûr qu'elle retrouve sa famille avant de tomber sur un homme qui l'emmènera pour lui faire du mal. Lorsqu'elle lui demande pourquoi l'Ipa a besoin d'être gardée et si elle n'est pas sage, l'homme rit un peu. Ca non, elle ne l'est pas à toujours s'enfuir. Mais il ne le dira pas à la fillette. Cela doit rester le plus secret possible. Alors il répond : « L'Ipa est sage, mais elle a besoin d'être protégée. Parfois, les gens malveillants veulent lui faire du mal ». Ce qui est loin d'être un mensonge. C'est en grande partie pour ça qu'il est là et qu'il mène la garde pour organiser la protection d'Akeela. Il reprend la parole pour expliquer un peu plus : « Pour changer les choses et rendre le monde comme ils voudraient le voir eux. Alors c'est mon rôle de veiller à ce qu'il ne lui arrive rien ». Il ne sait pas si cela aidera la jeune fille à comprendre, mais pour lui cela semble clair.

Ilanah suit ensuite Kalevi à l'extérieur, visiblement apeurée mais prête à assurer ses arrières. Lorsqu'elle se plaque contre les jambes de Kalevi, il ne bouge pas, baisse rapidement les yeux sur elle, mais ne dit rien. Il doit d'abord gérer les deux hommes puis s'occupera d'elle. Les hommes s'expliquent, s'excusent, s'apaisent. Kalevi est satisfait de voir que le litige peut s'apaiser d'une manière pacifique. Les marchands n'ont presque pas besoin qu'ils interviennent pour trouver un compromis qui les satisfait tous et finalement le groupe se disperse chacun retournant vaquer à ses occupations. Kalevi se décale donc et regarde Ilanah en lui disant : « Tu vois.. Il n'y avait rien à craindre. Il suffit juste de leur montrer que quelqu'un est là pour veiller à la tranquillité des lieux pour qu'ils comprennent ». Bon, la Citadelle et les clans pacifiques sont souvent des lieux à part. En Kelowna, Kalevi imagine bien que cela ne se déroule pas comme ça. Il sourit et regarde la fillette : « Et si on retrouvait Rigel ». Vu la façon dont elle l'a appelé, il est presque sur que ce n'est pas sa mère. Alors il demande : « Est-ce que c'est quelqu'un de ta famille ? ». Il fait quelques pas dans le but de regagner le centre de la Citadelle en l'incitant à le suivre d'un signe de tête.

HJ - Pardon pour le délai... cache
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 62
Inscrit le : 15/08/2018
Crédits : Ella
Célébrité : Mackenzie Foy
Ilanah
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Far from home / Libre  Lun 5 Nov - 13:12


Ila n’était pas très au fait des affaires politiques, d’où sa question sur la sécurité de l’Ipa. Il faut dire que, bien que son éducation ait été assurée du mieux possible chez les Askhadis, il restait quelques lacunes. En soi, elle gardait une part de naïveté. Mais, surtout, elle était curieuse. Jamais elle n’aurait pu imaginer se trouver un jour en face de quelqu’un aussi proche de l’Ipa que l’était Kalevi. C’était une chance et un honneur. Alors autant assouvir sa curiosité. Elle l’écouta attentivement, bien que toujours sur ses gardes. Elle ne s’était pas trompée. L’Ipa était bien sage. Comment pouvait-il en être autrement de toute façon ? Elle était un vrai modèle pour toutes les jeunes filles comme Ila. Elle trembla toutefois légèrement quand l’homme lui expliqua que l’Ipa avait besoin d’un protection constante, à cause de potentiels menaces. Ila déglutit et ouvrit de grands yeux. « Ce doit être vraiment très dangereux comme travail. » Elle détailla aussi discrètement que possible Kalevi, décidément de plus en plus impressionnée. « J’espère vraiment qu’il ne lui arrivera jamais rien. » Elle était sincère. Et après ce qu’elle avait vu pendant l’attaque lors de la fête de l’Alliance, elle avait bien des raisons de s’inquiéter pour le sort qui aurait pu être réservé à l’Ipa. Elle s’efforça de chasser ces pensées terrifiantes et le suivit à l’extérieur.

Une fois dehors, Ila serrait toujours son inoffensive petite dague dans sa main droite, bien dissimulée derrière Kalevi. A la vue de l’homme imposant et barbu un peu plus tôt, elle avait complètement oublié la mission qu’il lui avait gentiment confié. Celle de surveiller ses arrières. Même s’il n’en avait, de toute évidence, pas besoin. En cas de soulèvement de la foule ou d’attaque, Ila serait sûrement plus un embarras qu’une réelle aide. Les choses semblaient se passer heureusement plutôt pacifiquement. La jeune Askhadi ne prêta guère attention à l’échange, trop absorbée dans ses souvenirs et effrayée par l’homme aux allures de kelownien. Finalement, la sortant de sa torpeur, la voix du garde la ramena à la réalité. Elle leva les yeux un bref instant vers lui avant de les reporter sur l’endroit où se tenait l’inconnu. Mais, il avait disparu. Elle le chercha du regard. En vain. Elle inspira profondément. Puis, elle prit conscience des paroles rassurantes qu’on lui offrait. « Oui. Mais je pense qu’ils avaient peur aussi. » Elle hocha la tête. « Parce que vous êtes quelqu’un d’important. » Elle tenta un timide sourire. Elle avait un peu peur de le déranger maintenant. Elle décida donc de le suivre quand il proposa d’aller retrouver Rigel et accepta de répondre à sa question. « Non. Son mari et elle m’offrent leur protection depuis... » Elle ne voulait pas parler du décès d’Elwë. Pas se faire plaindre encore, et ne pas raviver davantage ces douloureux souvenirs. « Depuis quelques temps. » Son regard se voila un court instant. « En échange, je travaille pour eux. » Elle découvrait ainsi depuis plusieurs semaines déjà le métier de commerçant, mais aussi la vie de caravanier.

« Ils sont un peu vieux. Mais très courageux. Et ils travaillent vraiment dur. » Elle eut un sourire reconnaissant et affectueux à leur intention. Elle travaillait dur aussi, mais ne manquait de rien. Elle était logée, habillée et nourrie. Buck avait même promis de lui acheter un livre si les affaires marchaient bien à la Citadelle. Ila, qui avait du mal à se repérer, précéda Kalevi en direction d’une rue. « Nous logeons dans l’auberge de Madame Rosa. » Ila avança de quelques pas hésitant, ne sachant pas trop si elle empruntait le bon chemin. « Je dois pouvoir retrouver mon chemin toute seule maintenant. Je ne vais pas vous déranger plus. » Elle s’inclina maladroitement. En vérité, elle ne savait pas du tout où elle se trouvait et comment retrouver l’auberge. Elle n’était pas très rassurée non plus, mais elle avait vu pire. Et alors, elle se rendit soudain compte qu’elle ne rencontrerait peut-être plus jamais pareille occasion. Elle était en face de quelqu’un qui côtoyait des personnalités haut-placées. Et très certainement au fait de la situation politique. Elle rassembla son courage. « Monsieur, est-ce que je peux vous poser une question ? » Son regard était devenu plus intense.
(c) Earth & Ashes


HRP : Pardon à mon tour !
Revenir en haut Aller en bas
 
Far from home / Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: La Citadelle-
Sauter vers: