AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Info : N'oubliez pas de mettre une date à vos rps. C'est plus simple pour suivre la chronologie !
Partagez | 
 

 Don't give up - Isaak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 49
Inscrit le : 24/08/2018
Crédits : Liliana
Célébrité : Gemma Arterton
Multi-comptes : Karrah - Kalevi - Keren - Augias

Priya
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Don't give up - Isaak  Mar 9 Oct - 20:31




Don't give up
An 150, 5ème mois.
Voilà deux semaines qu’elle est là. Coincée dans cette ville horrible, au milieu de tous ces hommes qui ne semblent avoir de respect pour personne à part eux-mêmes. Deux semaines qu’elle endure les regards et les contacts qu’elle ne souhaite pas. Et encore, elle s’en rend compte, dans le fond elle a de la chance. Isaak n’est pas si horrible. Et même si elle ne comprend pas pourquoi et qu’elle est trop fière pour le reconnaitre ouvertement, il la protège. Elle n’est pas épargnée de tout, mais de beaucoup de chose, elle le voit bien. Certaines esclaves sont violées, frappées quotidiennement, brisée par des maîtres sauvages et barbares, sans respect. Mais elle est loin de chez elle, loin de sa famille, personne n’est plus là pour réellement répondre à ses questions. Pour lui offrir des réflexions, la pousser à élargir ses horizons. Sa seule consolation dans tout cela est qu’elle a toujours son matériel de tatouage et que peut-être un jour, elle pourra tatouer à nouveau. Elle a rencontré quelques esclaves aussi, plutôt gentilles comme Danika qui l’a soignée à son arrivée et la petite Taslyn dont Danika prend soin. Priya essaie de ne pas être méchante avec les autres esclaves pour ne pas se faire plus d’ennemi. Mais certaines sont bizarres : elles sont contentes d’être là, se trouvent à leur juste place. Comment peut-on penser cela ? Comment peut-on accepter un tel sort ? Surtout lorsque l’on est maltraité chaque jour. Priya ne peut pas comprendre. Elle a toujours cette volonté de se battre, de garder espoir. Mais cela ne fait que deux semaines qu’elle est là. Peut-être n’aura-t-elle plus la force de le faire quand elle sera là depuis plus longtemps.

D’autant plus qu’elle ne sait pas faire grand-chose. La jeune femme sait à peine cuisiner, à force d’avoir observé sa mère le faire. Pour le reste, elle ne connait pas grand-chose de la vie, elle s’en rend bien compte. Elle se rend utile comme elle peut : trouver de quoi manger, et préparer le repas – tout en tentant d’empoisonner Isaak de temps à autre – même si elle n’arrive pas encore à trouver avec quoi. Elle pourrait laisser de la viande traîner quelque part, qu’elle tourne et la cuisiner, mais de ce qu’elle en sait la viande pourrie a une odeur qui se reconnait, il le verrait surement. Et réussir à mettre la main sur des plantes pour faire un poison sera difficile ici d’autant plus qu’elle n’y connaît rien aux plantes. Et toute tentative d’apprentissage serait surement considérée comme suspecte. Elle n’ose même pas demander à Danika qui est guérisseuse et qui doit s’y connaître. Et puis il y a Kavik, le foutu clébard… Toujours là à la surveiller, avec ce sixième sens prêt à détecter toutes ses tentatives de fuite ou de faire du mal à son maître. Pour l’heure, Priya est occupée penchée sur une bassine pleine d’eau à frotter avec une vieille brosse rêche les chemises d’Isaak devant la demeure dans laquelle elle est désormais prisonnière. Parfois, les hommes qui passent non loin l’invectivent lui suggérant d’aller plus vite ou lui proposant de se dénuder un peu. Mais Priya a froid. Dans ce foutu clan elle passe son temps à être frigorifiée malgré les fourrures qu’Isaak lui a fournies. Les plaines lui manquent. Lorsque Priya termine de frotter une chemise, elle l’essort. Au moins, son sens de l’observation lui permet de savoir comment faire. Elle observe les autres esclaves. Une fois essorée au mieux qu’elle peut le faire avec sa petite force, elle entre dans la demeure pour suspendre le vêtement adressant un : « ça suffit sac à puces » au chien qui lui grogne dessus.
code by bat'phanie

_________________

Quand la maison s'effondre, il faut partir
Recommencer tout, ailleurs et autrement. Actuellement je crois que le Dernier Espoir c'est la fuite. (© BW)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 74
Inscrit le : 27/03/2018
Célébrité : Jordan Patrick Smith
Multi-comptes : Akeela, Skylar, Danika & Noomie

Isaak
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Don't give up - Isaak  Sam 13 Oct - 22:47



Isaak ⎐ Priya

date : 05.150 // lieu : Port-Victoire


Cela fait deux semaines que Isaak est revenu à Port-Victoire après le dernier raid sur le clan Orketa, raid duquel il a ramené une esclave. Ce n’est clairement pas dans ses habitudes de ramener des esclaves et de les garder pour lui tout seul, mais quelque chose chez Priya l’a fait changer d’avis. Depuis deux semaines qu’ils sont revenus, la jeune femme vit désormais à Port-Victoire, même si elle n’a pas franchement l’air de vouloir y mettre du sien. Mais Isaak sait qu’elle finira par se faire à tous ces changements, il arrivera à la dresser comme il a réussi à dresser Kavik lorsqu’il l’a obtenu. Sans y mettre de force, sans jamais frapper l’animal. La petite louve rebelle finira bien par devenir quelque chose de docile, même si ça prend du temps.

Pour l’instant, elle se rend utile comme elle peut, même si Isaak a parfois un peu de mal avec le fait d’avoir quelqu’un qui fait les choses pour lui. Depuis des années le guerrier se débrouille seul pour les tâches quotidiennes - mis à part pour les quelques trucs qu’il laisse volontiers aux esclaves de la ville – mais ça l’amuse de voir Priya faire tout ce qu’il lui demande. Il n’abuse jamais dans ce qu’il réclame, bien qu’il pourrait le faire comme le font certains de ses camarades avec les femmes trouvées dans les autres cans, mais Isaak n’y voit aucun intérêt. Lui préfère mettre des femmes consentantes dans son lit, c’est bien plus amusant par la suite. Mais cela ne l’empêche pas de faire quelques allusions à la jeune femme de temps en temps, pour lui faire peur, parce qu’il sait que la menace fonctionne tout aussi bien.

Isaak passe la porte de sa demeure au moment où la jeune femme prononce quelques mots à l’attention du chien, qu’il laisse toujours avec elle depuis sa capture. Il ne lui fait pas réellement confiance et sait que Kavik gardera un œil sur elle, prêt à lui croquer un mollet ou deux si elle tente de fuir ou de faire une bêtise. « Il s’appelle Kavik. Et à mon avis, il est bien plus propre que toi. » Il s’observe quelques secondes avant de retirer sa veste de fourrures tout en esquissant un petit sourire. « A quand remonte ton dernier bain ? Parce que lui s’est trempé hier soir. » C’est l’avantage de vivre au bord de la mer, de pouvoir faire des bains de nuit dans l’océan même si l’eau est fraiche. Isaak fouille dans son sac qu’il vient d’accrocher près de la porte et en sort un lapin, mort. Prise de la journée. « J’ai ramené de quoi diner. Tu sais ce qu’il te reste à faire. » Ca l’amuse, clairement, parce qu’il pourrait le faire lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Inscrit le : 24/08/2018
Crédits : Liliana
Célébrité : Gemma Arterton
Multi-comptes : Karrah - Kalevi - Keren - Augias

Priya
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Don't give up - Isaak  Ven 2 Nov - 23:28




Don't give up
An 150, 5ème mois.
Priya se permet de persifler sur le chien, car il n'y a bien que sur lui qu'elle puisse lever la voix. Elle a bien vite compris en voyant les marques violacées sur les esclaves qu'elle n'a pas intérêt à provoquer qui que ce soit en ville. Alors elle n'attire pas l'attention sur elle. Elle se contente de faire ce qu'Isaak lui demande de faire et autant que possible ne quitte pas la maison dans laquelle il vit. Elle n'a pas réellement confiance en ces animaux qui sont là dehors, qu'elle entend rire, parler, se vanter. Elle les voit toucher les femmes, les esclaves sans aucune limite. D'ailleurs certains d'entre eux ont déjà essayés de poser les mains sur elle. Quelques-uns lui ont touchés les fesses pour la "jauger" n'hésitant pas à féliciter Isaak de la qualité de sa trouvaille, lui demandant même s'il compte la partager et si elle est aussi talentueuse que son corps est prometteur. Priya déteste ça. C'est à vomir. Et chaque fois que l'un d'eux la touche, elle a de grandes difficultés à réprimer la panique et les nausées qui lui montent.

Mais elle devine qu'elle a de la chance. Ce n'est pas seulement parce qu'elle fait les tâches dont elle a la charge. Parce qu'elle voit toutes ces esclaves se démener chaque jour depuis qu'elle est arrivée et que cela ne les empêche pas d'être maltraitées. Priya trouve cela révoltant. Elle aimerait pouvoir égorger ces hommes, ces porcs. Ces monstres. Quel être humain peut infliger autant de souffrance à d'autres êtres humains ? Comment peut-on considérer qu'un être humain appartienne à quelqu'un de la sorte ? Mais bien sûr, Isaak est toujours là, même quand elle pense qu'il n'est pas là. Et comme à chaque fois que la jeune femme a un écart de conduite, il n'hésite pas à la reprendre, et à l'humilier verbalement. Elle serre les dents tout en accrochant la chemise à la corde tendue à cette intention. Kavik. Elle sait très bien comment l'animal se nomme, mais elle ne voit pas pourquoi elle serait gentille avec cette charogne qui est toujours là guetter ses moindres faits et gestes. Un jour, elle jettera une poignée de poison quelconque dans leurs auges à tous les deux et s'en ira loin de cet enfer. Elle commence à mieux se répérer ici, à connaître certaines personnes. Elle finira par réussir à mettre la main sur une arme, sur du poison. Sur quoi que ce soit qui puisse lui permettre de tuer Isaak. Pourquoi serait-elle empathique avec lui ? Alors qu'il aurait pu la laisser partir...

Elle se contente de lui dire : « Je me lave tous les jours... ». Elle est bien plus propre que cet animal qui est surement truffé de vermine. Priya est une fille de bonne famille, elle a appris les bonnes manières très tôt. La propreté, le respect. L'apparence. Même si elle a aussi passé beaucoup de temps au milieu des chevaux élevés par son père, elle n'en a jamais oublié d'être toujours soignée. Elle le regarde fouiller dans son sac et sortir un lapin mort. Elle ne sourcille pas. Les chevaux élevés par son père n'étaient pas destinés à la consommation, mais lorsqu'il fallait renouveller le troupeaux, parfois ils abattaient les plus vieilles poulinières et récupéraient les pièces de viandes et le cuir pour confectionner des vêtements. Elle s'approche de lui et pose sa main sur l'animal mort. Elle sait ce que c'est, elle a observé les autres esclaves vider des animaux pour les cuisiner. Mais cela n'est pas pour autant que cela ne la répugne pas. Elle ne lui montrera pas cependant. Elle lève un regard dédaigneux sur lui. Puis récupère le lapin et lui donne un coup d'épaule en s'approchant du petit plan de travail pour y déposer l'animal mort. « Est-ce que ça t'a plu ? De tuer ce pauvre animal ? C'est à ça que tu consacres tes journées quand tu ne peux pas tuer d'autres êtres humains ? ». Il aurait pu ramener des légumes, des fruits, n'importe quel aliment végétal. Mais non il a ramené un lapin. Elle attrape le petit couteau de cuisine à peine assez aiguisé pour ouvrir les proies qu'il lui ramène et préparer les repas et éventer le lapin en grimaçant un peu.  
code by bat'phanie

_________________

Quand la maison s'effondre, il faut partir
Recommencer tout, ailleurs et autrement. Actuellement je crois que le Dernier Espoir c'est la fuite. (© BW)
Revenir en haut Aller en bas
 
Don't give up - Isaak
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: Kelowna :: Port Victoire-
Sauter vers: