AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Info : N'oubliez pas de mettre une date à vos rps. C'est plus simple pour suivre la chronologie !
Partagez | 
 

 A la recherche de la plus belle conquête de l'homme...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Inscrit le : 17/10/2018
Uriah
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) A la recherche de la plus belle conquête de l'homme...  Mar 13 Nov - 8:53

An 150, mois 8

Uriah

Ménélas


Les collines ocres de Shisayo avaient laissé leur place, depuis un certain temps maintenant, aux vertes plaines d’Askhadi. Pourtant, l’étalon blanc du désert d’Uriah ne semblait pas le remarquer tant il était régulier dans son petit galop. Appréciant son endurance, le chef de clan ne put s’empêcher de flatter son encolure pour l’encourager sur cette voie. Qu’il était appréciable d’avoir une telle monture ! A la fois vive, agile et résistante. Malheureusement, elle ne convenait pas à tous. Ceux qui ne devaient pas combattre ou passer la plupart de leur temps à cheval ne pouvaient la manier. Elle était bien trop fougueuse pour cela. Non, il fallait des bêtes plus dociles. Costauds mais obéissantes et calmes. Pour cela, rien de mieux que les bêtes de son ami Ménélas. Lui seul pourrait lui trouver un animal qui conviendrait à son fils. Une surprise qu’il avait hâte de pouvoir lui faire. Ce fut donc impatient et ravi qu’il parcourait le chemin séparant Tipaza et Cythère. Une journée entière de cavalcade et une nuit passée sous une tente. Juste de quoi lui rappeler ce que Liberté voulait dire. Seul bémol à l’aventure: Brenna et Aedan n’étaient pas du voyage.

Ce fut donc avec une joie visible et communicative qu’il talonna son cheval pour lui faire prendre de la vitesse afin d’arriver au plus vite, n’hésitant même pas à hurler son contentement dans le vent à la façon Shisayo. Evidemment, il fut bien vite suivi par ses deux gardes du corps qui ne le quittaient pas d’une semelle dès qu’il franchissait les frontières de leur clan. Les entendant ululer à sa suite, il ne put que sentir son cœur se pincer à l’idée que Naveed ne faisait plus parti de sa garde rapprochée.

Un sentiment bien vite balayé par la vision d’une silhouette bien connue à l’horizon, non loin de quelques bâtiments agricoles. Ménélas était déjà là, à l’attendre. Sans doute avait-il entendu leurs cris de joie. En tout cas, cela eut le don de ramener un sourire sur ses lèvres.

D’une main sûre, il guida sa monture, toujours à folle allure, droit sur le chef des plaines vertes et la fit piller devant l’ancien messager, sautant à terre avant même qu’elle ne finisse de caracoler en s’ébrouant fièrement. Une arrivée qui aurait dû être beaucoup plus impressionnante dans les sables de Shisayo que dans l’herbe d’Askhadi.

Aussitôt les pieds à terre qu’Uriah écarta les bras vers Ménélas, arborant un large sourire. Un de ceux qui rappelait l’incandescence du désert. Juste avant de lui donner une accolade virile dont il avait le secret et de le prendre par les épaules, le secouant légèrement pour marquer sa joie de le revoir.

-Ménélas, mon ami !! Quel bonheur de te revoir en si peu de temps. Je vois que l’Esprit du Désert a été clément envers toi et t’as ramené sain et sauf sur les terres de ton clan. J’en suis ravi !, le salua-t-il d'une voix enjouée.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 27
Inscrit le : 10/09/2018
Crédits : Sigyn
Célébrité : Santiago Cabrera
Ménélas
– clan : askhadi –
clan : askhadi
(#) Re: A la recherche de la plus belle conquête de l'homme...  Mar 20 Nov - 21:57

Un large sourire avait étiré ses lèvres lorsqu’il avait entendu les cris de joie des cavaliers Shisayo par dessus le tambourinement des sabots de leurs montures. Il connaissait maintenant bien cette tradition, si typique du clan du désert, si différente de l’attitude des cavaliers d’Askhadi. Le peuple des plaines élevaient des chevaux vifs, mais rustiques, adaptés aux longues routes dans les plaines, rapides pour leurs messagers, mais aussi assez placides pour accompagner les marches lentes des caravanes. Leurs cavaliers en étaient le parfait miroir, talentueux et agiles, pourtant calmes et discrets. Ménélas avait appris à apprécier des différences au fil des années et se réjouissaient de chaque échange de montures entre leurs deux clans, apportant un peu plus de sang à la race des plaines, un peu plus d’égalité à celle du désert.

Il était sorti d’une enclave de bâtiments pour venir à la rencontre d’Uriah, un ami de longue date et chef de clan pour qui il éprouvait un profond respect depuis le premier jour. Leur entente avait toujours été cordiale, et leur collaboration, fructueuse. Chacune de ses visites était une source de réjouissance, et ce sentiment était clairement visible sur le visage de Ménélas lorsqu’il éclata d’un rire sincère pour saluer l’acrobatie de son ami.

« Uriah, ton talent pour la mise en scène s’affine d’année en année ! » Il lui rendit son accolade franche et salua d’un hochement de tête respectueux les gardes du corps. « Et l’Esprit du Désert a été tout aussi prompt à te ramener sur nos vertes plaines, voilà qui me réjouit également ! Viens, conduisons vos chevaux à un point d’eau, et laissons les se rouler dans l’herbe grasse, ils n’ont ce plaisir que trop rarement. » Il ponctua ses paroles d’un regard espiègle tout en désignant de la main la direction du point d’eau. « Ensuite, nous pourrons nous asseoir nous-même et tu me diras tous les détails de l’objet de ta venue. »

En véritable homme de cheval, qui savait que nul n’allait loin sans ménager sa monture, le chef du clan Askhadi encouragea les trois hommes à le suivre tandis que déjà quelques jeunes du clan venaient à leur rencontre, offrant, les yeux brillants, d’aider à de prendre soins des chevaux encore caracolant, malgré leur long voyage. Ménélas prit un instant pour détailler la finesse de leurs robes, leurs jambes fines et si légères pour fouler le sable, et leur allure fière. Si il avait conscience qu’ils ne seraient pas le moins du monde adaptés aux besoins de son clan, il était cependant parfois curieux d’en laisser quelques uns paître dans leurs riches prairies, curieux de découvrir comment ils s’adapteraient. Il n’avait certes pas choisi de devenir éleveur de chevaux, tel que ses parents l’aurait souhaité, mais la fascination coulait néanmoins dans son sang et des années à observer les naissances et les meilleurs croisements produits par sa famille avaient aiguisé son regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 46
Inscrit le : 17/10/2018
Uriah
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: A la recherche de la plus belle conquête de l'homme...  Jeu 22 Nov - 16:46

An 150, mois 8

Uriah

Ménélas


L’homme des plaines lui rendait son sourire et son accolade chaleureuse. Bien évidemment, ce dernier n’hésita pas une seule seconde à lui soumettre quelques taquineries. Une complicité dont Uriah raffolait. Peu de gens étaient naturels avec lui et Ménélas, au même titre que Nukka, le traitait comme l’homme qu’il était et non le chef d’un clan. C’était une bouffée d’air frais !

-Que veux-tu, mon Ami, les grains du sable du temps ne m’épargnent pas alors autant les mettre à profit pour mieux épater les hommes des plaines vertes, lui déclara-t-il avec un sourire désolé mais le regard pétillant de malice.

Prenant la bride de son étalon, il le guida vers le point d’eau désigné et le laissa boire ce qu’il voulait pendant qu’il le débarrassait de sa selle toute en cuir ciselée et pompons multicolores. Bien évidemment, ses hommes n’avaient pas eu besoin de son ordre pour prendre soin de leurs propres montures. Uriah était peut-être un peu moins connaisseur que son homologue mais il mettait un point d’honneur à ce que son peuple en sache assez pour ménager leurs montures et en prennent soin. Après tout, le cheval était un atout guerrier indéniable et ce même en plein désert.

Tendant sa main vers la boucle du filet de l’étalon, il suspendit son geste et se tourna vers son compagnon de conclave.

-Dis moi… Ton étalon n’est pas présent, n’est-ce pas ?... Ni de juments en chaleur ?

Inutile de préciser que les deux animaux ne s’appréciaient guère en temps normal. Sans doute sentaient-ils une certaine concurrence entre eux. Alors si en plus, il y avait des femelles en jeu, ce serait très certainement la guerre entre eux. De plus, s’il était là pour faire du troc, il serait inopportun que quelques fécondations soient faites en catimini. Pour voiler ses intérêts commerciaux, il mit en avant son affection pour son animal, lui flattant l’encolure de la main.

-Je m’en voudrai que ce grand gaillard se prenne un mauvais coup.

Bientôt rassuré sur son sort, il le libéra, suivant les instructions du barbu et ramassa son harnachement pour ne pas le laisser traîner n’importe où. Se laissant complétement guidé par le Maitre des lieux et en profita pour demander des nouvelles de sa famille. Du moins de celle qu’il connaissait plus ou moins.

-Comment se portent les tiens ? Se sont-ils remis de… de l’attaque ? Aedan… le fils de Brenna… en fait encore des cauchemars, lui avoua-t-il en fronçant légèrement les sourcils.

- Te souviens-tu d’elle ? La jolie conteuse de mon clan… Celle qui avait raconté une histoire de sirène à Priam alors du banquet du troisième jour… Et bien, comme cela faisait un an qu’ils étaient sur les routes pour glaner quelques histoires, ils sont venus habiter chez moi… histoire d’avoir un toit sur la tête… Juste quelques jours…

Venait-il de se racler discrètement la gorge ? Etait-il gêné de raconter que son ancienne maitresse dormait chez lui ? Devrait-il préciser qu’ils faisaient chambres à part ? Non que cela le dérangerait de partager sa couche. Brenna avait toujours eu le chic de lui faire tourner le sang. Elle était si sexy, si sensuelle… Mais voilà, il n’avait plus le droit… Si un jour il avait eu des droits sur elle… Il en avait toujours douté.

En tout cas, il n’était pas certain d’avoir choisi le meilleur sujet pour cacher un tant soit peu le sujet de sa visite… Après tout, Ménélas était loin d’être un idiot…


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 27
Inscrit le : 10/09/2018
Crédits : Sigyn
Célébrité : Santiago Cabrera
Ménélas
– clan : askhadi –
clan : askhadi
(#) Re: A la recherche de la plus belle conquête de l'homme...  Hier à 11:07

Ménélas rassura Uriah d’un geste de la tête. Arion était à l’écart, tout comme l’étaient les juments en chaleur. Si les troupeaux n’étaient jamais bien loin de leurs installations, les Askadhis préféraient les laisser paître en toute tranquillité, afin de ne pas perturber l’éducation des poulains par le groupe, et d’assurer que les va-et-vient des caravanes et autres visiteurs ne provoquent pas de fuite inopportunes. Malgré l’apparente liberté des chevaux du clan, il savait que les éleveurs auraient détesté qu’un étalon inconnu ne vienne semer la zizanie dans les croisements soigneusement réfléchis, ou pire, ne viennent blesser leurs meilleurs reproducteurs.

« Ne t’inquiète pas, nos troupeaux sont à l’écart, vos chevaux ne risquent rien. Du moins, tant qu’ils ne décident pas de partir en escapade. »

Il souligna ses mots d’un clin d’œil, mais son ton était resté sérieux, mettant en évidence une légère mise en garde. Ménélas avait confiance en Uriah, mais il savait aussi que des cultures différentes signifiaient un traitement différent de leurs montures, et si il n’aurait jamais douté que des chevaux Askhadi restent proches de l’endroit où on les avaient laissé, il restait prudent quant à la tenue des montures Shisayo. Il indiqua à deux des jeunes aides qui les avaient rejoints de garder un œil sur les étalons tandis qu’il guidait ses visiteurs vers une tente. Une fois à l’intérieur, il leur offrit des infusions tièdes et des gâteaux au miel, purs produits de leurs plaines.

« Le clan se porte bien, mais je ne sais pas si on peut dire qu’ils se sont remis de l’attaque. Nous ne sommes pas un peuple guerrier, de tels événements laissent des marques profondes, et vont continuer à aiguiser la méfiance pendant de nombreux mois. Il va falloir du temps pour guérir toutes ces plaies. »


Il hocha la tête à l’évocation du fils de Brenna, et de ses cauchemars.

« Il en va de même pour nombre de nos plus jeunes. Des tisanes de fleurs d’aubépine et de valériane aident à l’apaisement, le sommeil est tellement important, à leur âge... »

Il sourit, malicieux, car s’il n’avait jamais été un grand dormeur – messager puis chef de clan oblige – il savait aussi taquiner sur les autres occupations nocturnes qui étaient encore inconnues des plus jeunes. Et Uriah semblait soudainement avoir l’esprit occupé ailleurs que les traumatismes de son peuple.

« Brenna, oui, je pense me souvenir. Tu es bon de leur offrir un toit de la sorte, à elle et à son fils. » Il marqua une courte pause, juste pour souligner le reste de sa phrase. « Nous avons tous besoin d’une échappatoire du quotidien, de temps en temps. »

Il laissa planer l’ambiguïté, mais sans vraiment donner l’impression qu’il cherchait à en savoir plus. Ménélas n’était pas né de la dernière pluie, mais il n’était pas connu pour les commérages. Il considérait Uriah comme un ami, et en tant que tel, il n’était pas gêné de se laisser entraîner dans une conversation plus privée, si c’était de tels conseils que le chef de clan Shisayo était venu chercher. Cependant, il doutait que ce soit juste pour parler d’une femme que son ami ait fait le voyage. A moins que ce ne soit, peut-être, pour l’éviter quelques jours et se remettre l’esprit au clair. La pensée le fit sourire.

« Quelle honte que leur séjour de quelques jours ne s’achève quand leur hôte est en voyage. Je me réjouis toujours de tes visites, tu le sais, mais quel vent t’amène, aujourd’hui ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche de la plus belle conquête de l'homme...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: Askhadi :: Cythère-
Sauter vers: