AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Info : N'oubliez pas de mettre une date à vos rps. C'est plus simple pour suivre la chronologie !
Partagez | 
 

 Lorsqu'on se retrouve... ~ ft. Valla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 110
Inscrit le : 06/08/2018
Crédits : @Seth
Célébrité : Vanessa Morgan
Multi-comptes : Valkyrie, Gaya, Thalyaar

Elyris
– clan : askhadi –
clan : askhadi
(#) Lorsqu'on se retrouve... ~ ft. Valla  Ven 11 Jan - 18:57


Lorsqu'on se retrouve…

Elyris & Valla - Deàrrsadh 150


Long time no see, my deer

Elyris posa ses trois cageots remplis respectivement de babioles, poignards et flèches sur la planche grossièrement posée sur deux tonneaux. La jeune femme observa, autour d'elle, les autres commerçants se mettre en place. C'était une tradition de la forge : chaque semaine, un grand marché avait lieu dans les rues de Nisida. Depuis qu'elle avait repris la boutique, Elyris n'y était pas allée une seule fois ; son mentor lui avait continué d'y aller, pour vendre ce qu'elle fabriquait. Mais cette semaine-là, et malgré l'attaque kelownienne plus d'un mois plus tôt, il l'avait obligée à y aller. Soi-disant que les clients voulaient la rencontrer. Elyris ne le croyait pas mais, bon gré mal gré, et surtout contrainte et forcée, avait entrepris de dresser son étal, à quelques rues de sa forge, fermée pour l'occasion. A l''emplacement choisi, au carrefour de plusieurs rues, elle avait posé deux tonneaux pleins d'armes, sur lesquels elle avait établi une planche de bois elle-même recouverte d'autres armes. Les tonneaux constituaient sa réserve, en quelque sorte. Sur la place qu'il restait, elle venait d'aligner ses trois cagettes et, derrière ce petit présentoir, un râtelier rapidement monté exposait des lances et autres armes longues. Elle était si anxieuse qu'elle en avait probablement trop fait. C'était habituel chez elle : Elyris ne pouvait s'empêcher d'en faire trop. La jeune forgeronne s'installa sur le tabouret bancal qu'elle avait pensé à emmener au dernier moment, et se mit à attendre. Elle était prête, comme toujours en avance. Histoire de se délier les mains et de s'occuper l'esprit, Elyris plongea la main dans une petite caisse posée au sol à côté d'elle, et en ressortit un bout de bois. De l'autre main, elle saisit le couteau à sa taille, et entreprit de donner forme au bois. Pour une fois, elle pouvait faire ce qui lui plaisait : et ses créations furent majoritairement des babioles, des petits animaux ou de simples morceaux de bois gravés. Elyris décida de les céder aux enfants qui passeraient par là, en simples cadeaux. Ça ne lui servirait à rien, autant les donner à des personnes qui en auraient une utilité, même purement symbolique.

La jeune femme ne quittait jamais des yeux ses possessions. Cette expérience du marché, elle ne s'y était que très peu soumise. Son mentor, après s'être rendu compte que c'était impossible pour l'adolescente qu'elle était, l'avait laissée tranquille avec ça. Jusqu'à cette semaine-là, il avait toujours été présent pour la remplacer en ce jour, convaincu par les arguments d'Elyris : un au marché, un à la forge, ils pouvaient doubler leurs profits. Jusqu'à présent, elle l'avait convaincu avec sa tête de chien battu et ses yeux mouillés ; jusqu'à présent. Lui aussi avait noté ce changement qui s'était opéré en elle, après la fête de l'Alliance. Il avait décidé de la brusquer et de la pousser à y aller, à se confronter à du monde, pour voir ce que ça donnait. Elyris avait été dubitative, et l'était toujours ; cette colère qu'elle sentait gronder en elle, elle n'était pas sûre de la contenir. Depuis qu'elle était installée, son être était déchiré entre la panique et l'aigreur ; ses mains en tremblaient. Alors Elyris s'astreignait à graver dans le bois, à maîtriser ses gestes, comme elle avait appris à le faire. Se concentrer sur le détail, voir la nervure de la matière et en tirer une œuvre. Un travail de précision et de qualité, auquel on ne pouvait porter qu'une attention accrue et exacerbée. Au premier plan, Elyris sculptait ; au second plan, elle analysait chaque mouvement près de son étal, observait chaque passant qui s'arrêtait, sentait chaque regard sur ses créations. Il y avait peu de monde, c'était encore tôt ; la forgeronne était encore tranquille pour quelque temps.

(c) Earth & Ashes

_________________

Fighting my fate
Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsqu'on se retrouve... ~ ft. Valla
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: Askhadi :: Nisida-
Sauter vers: