AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Info : La chronologie a été mise à jour suite aux différents évents. N'hésitez pas à aller la lire par ici !
Partagez | 
 

 Shuang - D'Alon à la Citadelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shuang
Messages : 20
Inscrit le : 20/01/2019
Crédits : Poison Ivy
Célébrité : Claudia Kim
Shuang
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Shuang - D'Alon à la Citadelle  Dim 20 Jan - 17:03



– Shuang –
Clan : A la Citadelle, née en Orketa – Rôle : Aubergiste et guérisseuse – Âge : 33 ans
Allégeance : L’Ipa et Nukka – Feat : Claudia Kim



Caractère & Physique :



L'esprit

De ce visage beau et froid, que pouvait-on retenir ? Pas le sourire, qui venait désormais rarement l’éclairer, ni un éclat de rire, qui aurait pu la rendre moins intimidante ou juste plus accessible. Et puis, de toute façon, elle a toujours été plutôt solitaire. Shuang. Le même prénom que sa mère, mais pas du tout la même disposition naturelle à mettre les gens à l’aise et à apporter de la joie où qu’elle passe. Non, en vérité, elle ressemble plus à son père. Le silence et la réflexion. Déjà petite, elle se frayait son chemin au milieu des arbres sans faire trop de bruits. Juste heureuse d’évoluer dans cet environnement et bien trop portée à la rêverie. Son rêve, au départ, était de devenir prêtresse et de consacrer sa vie à son clan et à l’Arbre Sacré. Mais les choses ne se passent pas toujours comme on l’avait imaginé. Et, surtout… Les gens changent. Petite, elle avait connu la peur des clans Kelowna et Sengoli. Était-ce un présage pour l’un et une juste méfiance pour l’autre ? Petit à petit, Shuang se fraya un chemin vers ce qui deviendrait son futur métier. Dès ses dix ans, comme tous les jeunes de son clan, elle avait découvert plusieurs professions. A quinze ans, elle s’était orientée vers les missions de guérisseur. Apprendre de la nature, des plantes nocives ou curatives et surtout des autres. Pour pouvoir les soigner, au mieux les protéger. Si Shuang n’est ni extravertie, ni très loquace, elle est courageuse et loyale. Elle ne supporte pas l’injustice et encore moins de rester impuissante face à la souffrance d’autrui, à quelques exceptions près. Depuis la mort de son mari, elle tournerait bien sans peine le dos à un membre du clan Kelowna en souffrance. C’est vrai, elle n’est pas toujours juste ou altruiste. Elle croit en l’Alliance, cette belle idée. Elle est fière que la chef de son clan, Nukka, comme l’Ipa, Akeela, soient des femmes. Mais elle ne peut accepter, au fond, que l’Alliance reste ouverte à des clans comme Sengoli et Kelowna. Une idée qu'elle défend d'autant plus depuis l'attaque pendant la fête de l'Alliance. Elle n'était pas présente, mais le récit des évènements suffit à en saisir l'horreur. Sa haine est réelle, profonde. Tranchante et inéluctable. Son mépris pour tout un tas de choses est d’ailleurs plutôt évident. Sa mine sévère peut lui donner un air hautain, mais elle n’est pas devenue tenancière d’une auberge sans raison. Il faut un minimum de caractère et de ressource. Sans compter, finalement, cette envie de rester connecter avec le monde, avec ces flots de voyageurs de passage à la Citadelle, et toutes les histoires qu’ils apportent avec eux…

...et le visage

Belle, non. Laide, non plus. En vérité, Shuang ne s’était jamais vraiment posée la question de son apparence. Elle s’inquiétait plutôt de paraître trop bête ou faible et s’abreuvait de connaissances par crainte d’être prise à défaut. Jusqu’à ce qu’elle rencontre celui qui deviendrait son mari. C’était un apprenti guerrier. Au contraire d’elle, à l’aise en société et avenant. Et il avait des yeux magnifiques. Si ses croyances avaient inclues celles des anges comme d’autres dans les temps anciens, elle aurait pu penser qu’il en était un. Mais non, c’était un homme comme les autres. Courageux, drôle et affreusement énervant. Puis, il lui avait dit : « Tu as toujours l’air si belle. » A partir de ce jour, Shuang avait commencé à s’intéresser un peu plus à l’enveloppe charnelle qui lui avait été offerte. Ses longs cheveux sombres et épais ne lui semblaient en rien particuliers, de même que son regard noir, son visage large et son sourire si rare. Elle était là rêveuse, mais j’aime elle ne s’était vue comme l’objet d’une nouvelle affection. Cela ne l’avait jamais empêché d’avoir des amis, mais… Un amoureux ? Pourtant, cela avait le cas. Et ça avait été beau et douloureux à la fois. Beau, parce qu’ils se complétaient à merveille. Douloureux, parce qu’une lame acérée de Kelowna était venue blesser son beau visage et arracher sa vie. Il était mort. Car il faut bien une raison pour que Shuang affiche si souvent une expression triste ou tourmentée. Elle a d’ailleurs de nouveau cessé de s’intéresser plus qu’il ne faut à son apparence. Elle s’habille simplement, efficacement et dans des teintes sobres, discrètes. Ses cheveux sont le plus souvent ramenés en un chignon lâche, et elle porte aux poignets gauches les bracelets en cuir ayant appartenu à son mari. Nulle autre fantaisie ou extravagance. Si elle doit voyager, elle porte également son sabre de guerrier à la ceinture. Elle ne sait pas réellement bien s’en servir, et l’arme a plus une valeur dissuasive qu’autre chose. Shuang n’est pas une guerrière, mais elle travaille suffisamment entre l’auberge et ses quelques patients pour que son corps soit devenu un peu plus fort et résistant. Elle conserve l’agilité qui est propre à son clan et cet œil aiguisé né de la chasse. Elle a hérité du corps de sa mère, une silhouette fine et dynamique, un regard sûr, et de l'esprit de son père, à la fois ici, avec une grande sévérité, et très loin, plein d'espérance.


Ce qui s'est passé dans ma vie :



9ème mois de l'année 150

« Dans toutes les larmes s'attarde un espoir. », S. de Beauvoir

L’aube pouvait bien tarder à se lever, cela n’avait pas d’importance. Elle serait debout avant que le jour ne commence à pointer le bout de son nez de toute façon. Le visage fermé, elle sortit dans la petite cour à l’arrière de l’auberge. Le froid matinal raviva quelques couleurs sur son visage et elle leva les yeux vers le ciel. Puis, elle posa son regard sur les toits et l’immense Citadelle tout autour d’elle. Dix ans plus tôt, il n’y avait presque rien, des ébauches de construction. Elle s’en souvenait, parce qu’elle avait été là. Qu’elle avait œuvré à construire ce symbole de l’Alliance dans lequel elle vivait et travaillait aujourd’hui, loin de son ancien clan. Orketa. Elle ferma les yeux pour se rappeler le doux murmure des arbres et cet environnement autrefois familier. Toutes ses sensations et tous ses souvenirs qui affluaient auraient pu lui faire affreusement mal, la rendre nostalgique. Tout cela aurait pu lui manquer terriblement. Mais elle n’avait pas de temps à perdre. Déjà, les premiers résidents de l’auberge commenceraient à se lever et réclameraient leur pitance.  Elle se détourna pour retourner à ses corvées, laissant dernière elle contemplation et nostalgie.

En franchissant le seuil des cuisines, elle retrouva le masque d’une résolue tenancière d’auberge. Une épaisse vapeur s’élevait déjà des différentes marmites installées au-dessus du feux et elle entendit crépiter le bouillon aux odeurs marquées d’épices. Les deux cuisinières qu’elle avait engagées, et qui tenaient également les rôles de femmes de ménage, étaient des femmes du quartier. La première, Carmen, était une femme âgée et imposante qui avait commencé à s’activer au-dessus des chaudrons avant que Shuang ne voit le jour. La seconde était une très jeune femme, Parvati, privée trop tôt d’une éducation plus approfondie et qui travaillait pour aider ses parents. Elles semblaient toutes se plaire ici. Avec, Nillem, le vieux garçon d’écurie et mari de Carmen, il faut dire qu’ils formaient une étrange équipe. Avec les années, l’auberge avait pourtant acquis une réputation respectable, de taille moyenne mais propre et soignée. Les ambassadeurs et conseillers de clans étrangers venaient fréquemment y dormir lors de leurs passages à la Citadelle, pour profiter de quelques soirées d’amusement tout en se garantissant une certaine tranquillité une fois la nuit tombée. Shuang, que le statut de tenancière ne mettait pas à l’abri de mettre la main à la pâte, retroussa ses manches et s’arma d’un épais chiffon avant d’aller dans la salle principale nettoyer les tables.

Parvati ne tarda pas à la rejoindre, aussi innocente et joyeuse qu’à son habitude. Tout en balayant vivement le sol, elle interpella son aînée. « Dites M’dame, c’est vrai que vous avez vu comment qu’on a bâti tout ça ? » Shuang releva le visage, las et à moitié amusée. « Qu’on a bâti quoi ? » L’adolescence rit, le regard plein de curiosité. « Bin, la Citadelle ! C’est vrai que vous étiez là ? » Elle acquiesça d’un hochement de tête. Il n'y avait rien d'extraordinaire à ça. De son côté, l’enfant ne semblait pas la croire ou alors cherchait-elle seulement à cacher son admiration. « Vraiment ? Oh… » Shuang lui aurait bien intimé de se taire et de se remettre à son travail. Elle n’aimait pas ressasser le passé et encore moins son passé. Pour une raison qui lui resta étrangère, elle interrompit pourtant son geste et précisa. « Je suis arrivée ici il y a un peu plus de neuf ans. La Citadelle était en pleine construction. J’ai participé comme je pouvais. Ensuite, j’ai travaillé comme aubergiste, en plus de quelques missions comme guérisseuse. » Elle leva les bras pour désigner l’établissement dans lequel elles se trouvaient. « Et votre mari, il était là ou déjà… mort ? » Les jointures de sa main droite devinrent blanches tandis qu’elle serrait l’étoffe qui lui servait à faire le ménage. « Je suis arrivée seule. » Et seule, elle l’était restée jusqu’à présent. Des bruits de pas se firent entendre dans l’escalier. L’un des clients était réveillé. Shuang chassa Parvati d’un geste de la main pour qu’elle retourne en cuisine et accrocha son torchon à sa ceinture. Elle ne cantonnait pas seulement la fillette en cuisine par méchanceté, mais aussi pour la protéger. Si les hommes qui venaient ici cherchaient de la compagnie, elle les orienterait vers les lieux appropriés pour ça. Ses employées et elle restaient intouchables et le sabre suspendu au-dessus de la grande cheminée centrale, celui ayant appartenu à son mari autrefois, servait de rappel à tout ceux qui se seraient crus au-dessus des lois. C’était donc Carmen et Shuang qui s’occupaient le plus souvent du service, parfois aidé le soir de Nillem.

Shuang remit du bois dans l’âtre et retourna en cuisine pour demander à Carmen d’apporter le petit-déjeuner au premier client. Quand la vieille femme vint les rejoindre en cuisine, elle s’arrêta un instant avec un drôle de sourire sur le visage. Shuang lui demanda ce qu’il se passait. « Ce m’sieur, je crois qu’il vous aime bien. » Elle chassa cette idée avec mépris. « Passons. Parvati, quand tout le monde aura mangé, tu iras au marché. Je te dirai avant quoi prendre. Pendant ce temps, nous nous occuperons de changer les literies. Ce soir… » Elle fut interrompue par un murmure agaçant. Dans un coin, les deux autres femmes avaient repris leurs jacasseries. « Enfin quoi, qu’est-ce qui vous prend ce matin ? » La plus âgée se décida enfin à parler. « C’est que… Vous êtes si froide. Rien ne semble vous toucher ou vous perturber. Mais nous, on sait bien que c’est pas tout à fait vrai. Vous êtes sensible et juste. Vous prenez soin de nous, alors… Alors pourquoi vous avez l’air toujours si fâchée ? » La plus jeune éleva la voix. « Oui. Et triste. » Elle n’était pas triste. Plutôt résignée. Et puis, elle avait toujours été un peu silencieuse et distante. Déjà du temps de son enfance à Alon. Elle était fille unique et toujours un peu solitaire. A quinze ans, elle avait commencé à apprendre le métier de guérisseur, puis elle avait rencontré son mari quelques années plus tard. Il était guerrier. Il avait été tué par des kelowniens en voulant protéger des caravanes marchandes victimes d’une attaque. On lui avait rapporté son sabre… Celui qu’elle conservait dans la salle principale de l’auberge. Le corps de Tarod était tombé au fond d'un précipice d'après les autres guerriers et caravaniers présents ayant survécu à l'attaque. Certains soirs, Carmen avait osé émettre l'hypothèse qu'il puisse être encore vivant et Shuang chassait toujours cette idée avec plus de mépris que jamais. Être vivant aurait supposé être prisonnier. Un sort pire que la mort. Shuang n'avait rien pu faire. Juste apprendre la nouvelle. La même année, elle était partie pour la Citadelle en apprenant sa construction et y avait établi une nouvelle vie. Elle croyait en l’Alliance, elle trouvait l’idée belle, même si elle aurait préféré qu'elle exclut certains clans à jamais rivaux dans son cœur. Son allégeance pour le chef de son clan, aujourd’hui pour Nukka, commença à se partager avec un respect naissant pour l’Ipa.

L’enfant l’interrompit dans ses rêveries. « Et pourquoi devenir aubergiste et pas seulement soigner les gens ? » Carmen précisa. « Oh, mais elle va toujours soigner les autres si besoin. Quand elle a le temps. » La petite ne se laissa pas impressionnée. « Et l’auberge, pourquoi ? » Le regard sévère de Shuang devint un court instant plus doux. « Parce que les choses se sont passées ainsi. On m’a offert cette opportunité, je l’ai saisie. Rester occupée permet de chasser les mauvaises pensées. D’autre part, ce n’est pas une vie qui me déplait. On rencontre bien des gens et entend bien des choses dans une auberge… » En vérité, elle n’avait pas ouvert seule l’auberge mais avait servi un temps le couple qui l’avait créée et qui lui avait offert l’hospitalité en échange de ses services. Avec le temps, et après leur décès, elle avait repris la gestion des lieux. Tout cela parce que, au départ, l’exercice du métier de guérisseuse ne suffisait pas pour vivre à la Citadelle. Elle adressa un sourire complice à la vieille dame. C’est alors qu’un voisin fit irruption par la porte de derrière. Il requérait son aide. Sa femme, enceinte de six mois, se sentait très mal. Elle le suivit en toute hâte, laissant à Carmen la direction des opérations. En ressortant dans le froid matinal, Shuang fut saisie d’une pensée. Le passé, pouvait-on réussir à le chasser complètement ? Ou ressurgissait-il parfois sans prévenir comme cela avait été le cas ce matin ?

« Aujourd'hui je sais que notre univers n'est pas plus réel qu'une vague qui se dresse à la surface de l'océan. Quels que soient nos luttes, nos triomphes, quelle que soit la façon dont ils nous affectent, ils ne tardent pas à se fondre en un lavis, à s'estomper, comme de l'encre diluée sur du papier. », A. Golden

Les possessions de mon personnage :



Une auberge
Un sabre

Pour aider le staff :


▬ L'avenir de mon personnage si je viens à partir/disparaître du forum :  j'autorise le staff à tuer mon personnage // j'autorise le staff/les membres à le pnjiser // j'autorise le staff/les membres à le mettre en pré-lien

Pour la liste des avatars :
Code:
CLAUDIA KIM <span class="pris">▬</span> prise par <a href="http://www.earth-and-ashes.com/t1456-shuang-d-alon-a-la-citadelle" class="citadelle">Shuang</a>

Pour la liste des métiers :
Code:
<a href="http://www.earth-and-ashes.com/t1456-shuang-d-alon-a-la-citadelle" class="citadelle">SHUANG</a> - aubergiste et guérisseuse

Pour la liste des prénoms :
Code:
<span class="citadelle">Shuang</span>


Dernière édition par Shuang le Ven 25 Jan - 10:35, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Malöan
Messages : 43
Inscrit le : 30/12/2018
Crédits : Chouu'
Célébrité : Billy Burke
Multi-comptes : /

Malöan
– clan : askhadi –
clan : askhadi
(#) Re: Shuang - D'Alon à la Citadelle  Dim 20 Jan - 18:31

Bienvenuuue ! Elle est sublime ta miss love

_________________

   
GET OUT OF MY WAY
Revenir en haut Aller en bas
Shuang
Messages : 20
Inscrit le : 20/01/2019
Crédits : Poison Ivy
Célébrité : Claudia Kim
Shuang
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Shuang - D'Alon à la Citadelle  Lun 21 Jan - 19:25

Merci pour ton message de bienvenue ! :youpi:
Revenir en haut Aller en bas
Karrah
Messages : 667
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Rose Leslie
Multi-comptes : Kalevi & Keren & Augias

Karrah
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Shuang - D'Alon à la Citadelle  Lun 21 Jan - 21:05

Coucou ! coeur

Bienvenue parmi nous !
Je suis contente de voir Claudia Kim, elle est tellement jolie ! J'adore !

Si tu as besoin d'aide ou si tu as des questions, n'hésite pas à nous solliciter @Akeela ou moi, on te répondra avec plaisir !

Bon courage pour terminer ta fiche ! krkr

_________________

BECOME A CHIEF

There is nothing frightening in the dark if you just face it, running away has never solved anything...©️shinouh



Revenir en haut Aller en bas
Akeela
Messages : 1351
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : (c) poison ivy
Célébrité : Poppy Drayton
Multi-comptes : Skylar, Danika, Noomie & Isaak

Akeela
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Shuang - D'Alon à la Citadelle  Lun 21 Jan - 21:26

Bienvenue parmi nous ! coucou

Un personnage né en Orketa et maintenant à la Citadelle, je viendrais t'embêter avec Akeela mais aussi avec ma @Noomie qui est née dans ce clan aussi et qui a quasiment le même âge .

Bon courage pour terminer tout ça, n'hésite pas à le dire si tu as des soucis !

_________________
akeela
The liberties of our country, the freedom of our civil constitution, are worth defending against all hazards: And it is our duty to defend them against all attacks.
Revenir en haut Aller en bas
Shuang
Messages : 20
Inscrit le : 20/01/2019
Crédits : Poison Ivy
Célébrité : Claudia Kim
Shuang
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Shuang - D'Alon à la Citadelle  Mar 22 Jan - 20:52

Merci beaucoup !  minicoeur

Je termine bientôt ma fiche, dès que j'aurai fini de rédiger les parties caractère et physique.  krkr

Et contente de savoir que Shuang a déjà pu croiser quelques personnages, dont Akeela et Noomie !
Revenir en haut Aller en bas
Karrah
Messages : 667
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Rose Leslie
Multi-comptes : Kalevi & Keren & Augias

Karrah
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Shuang - D'Alon à la Citadelle  Ven 25 Jan - 22:40

C'est tout bon pour moi ! C'est une chouette personnage ! J'ai hâte de la voir en jeu ! krkr
Amuse toi bien avec elle :)



Félicitations, tu es validée !


Tu vas maintenant pouvoir venir jouer avec nous ! Si jamais tu le souhaites, tu peux aller poster ta fiche de liens mais aussi voir celles des autres personnages. Tu trouveras aussi la zone "demandes de rps" pour te lancer dans le jeu. Si tu souhaites pimenter un peu tes rps, tu peux aller "réclamer un défi" à faire en jeu mais tu peux aussi "demander un pnj" pour l'intégrer dans l'un de tes sujets ! Un peu plus bas sur le forum, tu trouveras les "lieux d'échange" où tu pourras retrouver les autres personnages venant de ton clan. N'hésite pas à aller ouvrir des sujets ou poster dans ceux qui existent déjà

Tes armes et possessions sont à acheter dans l'arsenal avec les points que tu gagneras en postant un peu partout sur le forum. Pour l'instant nous te faisons crédit, mais il faudra acheter tout cela plus tard =]. N'oublie pas qu'il existe une chronologie au sein du jeu mais aussi une carte de l'univers, ainsi que des distances à prendre en compte si tu voyages.

N'hésite pas à contacter le staff - ou à poster en "zone invité" - si jamais tu as un souci ou une question. Tu peux aussi nous rejoindre sur la Chatbox ou même sur le serveur Discord que tu trouveras par ici ! Nous te souhaitons un bon jeu avec ton petit personnage coeur

_________________

BECOME A CHIEF

There is nothing frightening in the dark if you just face it, running away has never solved anything...©️shinouh



Revenir en haut Aller en bas
Shuang
Messages : 20
Inscrit le : 20/01/2019
Crédits : Poison Ivy
Célébrité : Claudia Kim
Shuang
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: Shuang - D'Alon à la Citadelle  Sam 26 Jan - 8:00

Merci beaucoup Karrah ! coeur
Revenir en haut Aller en bas
 
Shuang - D'Alon à la Citadelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Hors jeu : Viens peupler la Terre ! :: Les habitants qui peuplent nos terres :: Les fiches validées-
Sauter vers: