AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
INTRIGUE : Ca avance du côté de l'intrigue. N'hésite pas à aller t'inscrire au prochain sujet commun, par ici !
Partagez
 

 [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude  [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude EmptyDim 14 Mai - 21:07



Le sommeil de l'Incertitude


ft. Karrah



- Déjà le paysage se faisait moins hiémal : l’endroit où Kerrah et son cortège s’étaient arrêtés pour camper ne ressemblait qu’à une imitation des terres Kelowniennes. Certains ne s’étaient jamais aventurés aussi loin de chez eux et doutaient encore d’être bien sur leur territoire.
Qu’importe : ce soir était soir de fête : le feu avait allumé tandis que les derniers rayons de soleil se mussaient.  Deux gros moutons avaient été dépecés en toute hâte et un barbu aux biceps particulièrement développés faisait rouler un imposant tonneau de bière.

À l’écart, on avait monté la tente de Karrah. Principalement faite en peaux de bêtes, elle s’élevait sur quatre mètres de hauteur et comportait trois lits, le second étant réservé à son garde du corps et le troisième pour son cousin. Accrochés par des fils épais aux dessus des lits, quelques carillons de cuivre tintinnabulaient discrètement. D’autres peaux de bêtes recouvraient le sol, un petit meuble en bois sur lequel était posé un bougeoir hyalin se trouvait juste au milieu de la tente : on s’était assuré que la chef de clan pourrait passer une nuit tout à fait confortable avant de prendre la route pour la Citadelle dès le lendemain matin, accompagnée de sa délégation.
Muire avait fait le trajet depuis Vancove avec le reste du groupe, mais elle restera au campement le temps que s’effectuent les négociations avec l’Alliance. Elle attendra patiemment le retour de son chef en compagnie de ses contribules qui occuperont sans doute leurs journées en chassant et en pêchant.  Karrah lui avait pourtant proposé de venir avec elle jusqu’à la Citadelle, mais Muire, ayant consulté les Esprits, avait découvert que sa présence auprès de l’Ipa n’était pas nécessaire.

Le shaman terminait de s’entretenir avec un des deux conseillers qui accompagnera Karrah jusqu’à la Citadelle le lendemain quand ils passèrent devant sa tente. Muire lui fit un signe de main silencieux et le bonhomme alla rejoindre les festivités. Elle pénétra dans la tente pour y trouver Karrah, seule, assise sur son lit,  qui faisait glisser la corde de son arc entre son index et son majeur. Muire n’avait pas besoin de lui demander ce qui pouvait éventuellement la tourmenter : le souvenir immarcescible de l’assassinat accidentel occupait encore ses pensées. Ironie : c’était pourtant ce meurtre qui avait permis à ce voyage  et cette entreprise de paix d’exister.
Le shaman déposa son bâton à l’entrée et s’assit sur le lit en face de Karrah. Elle resta silencieuse un instant, peu certaine que son chef avait remarqué son entrée avec cependant  la volonté de ne pas la troubler. Éventuellement, elle finit par la remarquer. Muire, en se courbant délicatement, s’approcha de Karrah et posa sa main froide sur le front de son chef avec l’intention de lénifier son esprit. Le shaman ralentit sa respiration en espérant que Karrah adopte le même rythme et finit par retirer sa main de son front. Elle tourna les talons et revint se placer sur le lit, soudainement intriguée par les carillons.

- Demain, il faut que tu partes au plus tard dès les premières lueurs. Tu ne veux pas savoir ce qu’il en sera autrement, dit-elle sans prendre la peine de regarder dans la direction de Karrah. Je m’occuperai de réveiller les hommes, et je m’occuperai d’eux en ton absence, Ban-rìgh.

C’était comme cela que le shaman appelait son chef, personne n’était vraiment sûr de ce que cela voulait dire et beaucoup pensaient déjà qu’il s’agissait d’une autre folie de Muire.
Lassée des carillons, elle dévisagea Karrah un moment avant de la prendre par les mains.

- Dans deux jours à cette heure-ci, tu seras arrivée à la Citadelle. Ton clan te regarda depuis les Étoiles, rends-nous fiers ! Tu as peur ? Tu es impatiente ? Tu sais que je suis ton humble serviteur et que tu peux me parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Karrah
Messages : 691
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Rose Leslie
Multi-comptes : Kalevi & Keren & Augias

Karrah
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude  [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude EmptyMar 16 Mai - 18:54


Le sommeil de l’incertitude


❅ Muire – 5ème mois ❅

Certaines épreuves ont rendues sa vie plus triste, plus pénible. Mais celle que Karrah traverse depuis quelques mois maintenant n’est pas de celles-là. Non, au contraire, elle est plutôt de celles qui rendent sa vie heureuse et qui lui donnent l’envie de la vivre pleinement. Cela ne l’empêche pas d’avoir peur de l’avenir et de ce qui va se passer pour elle dans les mois qui arrivent. Bien sûr, elle est fière d’être là où elle se trouve, fière de pouvoir enfin porter ses convictions, aller au-delà de son clan, de pouvoir enfin amener la paix pour les siens. Elle a fait le chemin de Vancove pour aller jusqu’à la citadelle, mais le cortège qui l’accompagne pour l’occasion ne descend pas jusqu’aux terres de la Citadelle. Alors le campement a été établi, sur leurs terres, sur des terres moins enneigées, plus verdoyantes, moins dangereuses d’une certaine façon. Ils attendront là pendant que leur chef ira jusqu’à l’Ipa accompagnée de seulement quelques hommes. Une petite délégation, voilà là le souhaite d’une jeune chef de clan qui ne souhaite pas effaroucher ceux qu’elle aimerait déjà compter parmi ses alliés. Mais elle sait que le chemin sera long, alors elle patiente et fait les choses comme il lui semble opportun de les faire.

Si elle a voyagé avec ses hommes et aider à monter le campement, habituée à prêter main forte, Karrah a cependant finit par se retirer dans sa tente, probablement la plus haute ce qui lui déplaît, afin de prendre du temps pour réfléchir aux jours qui arrivent et aux négociations qui vont s’entamer. Elle le sait la nouvelle chef de clan, elle va avoir des preuves à faire, pour les siens qui pensent qu’elle n’est pas la plus légitime à ce poste même si elle ne fait que respecter les règles ancestrales de leur clan, pour les autres qui ont toutes les raisons du monde d’être méfiants envers un clan qui a pillé leurs richesses et tué les leurs plus qu’à leur tour. Et pour songer, encore et encore, à Laëth dont elle a vu la vie s’éteindre dans ses yeux après qu’elle ait elle-même planté une hache dans son cou. Mais avant tout autre chose, elle a commencé par profiter de l’absence de ses deux nouveaux acolytes pour se laver. Elle ensuite passé un pantalon en daim, avant de rechausser ses bottes, d’enfiler une chemise et de simplement enfiler un poncho en fourrure. Loin de sa veste habituelle qui repose sur un crochet à son intention, elle profite du calme de sa tente pour être moins vêtue. Assise sur son lit, elle est perdue dans ses pensées, ses doigts faisant rouler la corde qu’elle utilisera beaucoup moins à présent. Combien de temps est-elle restée comme ça, juste ailleurs ? Elle ne saurait le dire, mais quand elle revient à elle, elle n’est plus seule. Muire est avec elle, assise en face d’elle.

Karrah ne sait pas vraiment si elle croit en la religion de Muire. Elle croit beaucoup de choses, en espère beaucoup aussi. Elle croit en la réincarnation, cette croyance ancienne et primitive pour certain. Elle croit en une puissance supérieure mais ne sait pas qu’elle forme elle peut bien prendre. La rouquine l’admet volontiers, il y a en ce monde des choses qui la dépasse. Alors si elle ne prend pas acquis tous les propres de la femme qui lui fait face, elle l’écoute. Lorsque celle-ci pose sa main sur son front, la chasseresse ne bouge pas. Muire était là. Elle était dans les terres de glaces et elle a marché à ses côtés quand il a fallu ramener le corps de Laëth. Sa respiration s’apaise par mimétisme et son calme intérieur revient, chassant les idées noires et la culpabilité. Alors quand Muire prend la parole, Karrah l’écoute dans le plus grand des calmes, posant sur elle un regard curieux, comme toujours à son encontre. Elle écoute les conseils. Partir à l’aube, ne pas se poser de questions. Un instant, la rouquine se demande si Ymir oserait une attaque en ces lieux pour tenter contrecarrer ses projets. Elle sait qu’elle n’aura pas de réponse donc ne prend pas la peine de poser la question. Tout comme elle n’a pas demandé ce que signifier ce nom dont l’affuble Muire. Peut-être que cela veut dire chef dans la langue des esprits. Ou amie. Ou cadavre ambulant. Elle retient son sourire amusé, parce qu’elle pense vraiment que la shaman est de son côté. Pas forcément par affinité, mais par simple bon sens. Par loyauté envers leur clan et leur loi. Leur unique loi, en un sens. Elle acquiesce simplement, d’un signe de tête qui signifie autant : « Ainsi soit-il » que « Je te remercie pour tes conseils ». Avare de parole, elle ne s’étale pas sur certaines choses. Elle n’en est pas moins reconnaissante pour autant.

Un mince sourire se dessine sur ses lèvres aux paroles qui suivent. Karrah la regarde longuement avant de dire : « Je n’ai pas peur de mourir, s’il doit en être ainsi, c’est que mon heure est arrivée. Et je ne redoute pas de trouver la mort à la citadelle non. Depuis longtemps maintenant, ma curiosité me pousse là-bas, à découvrir leurs richesses, leurs trésors. Et d’enfin entrevoir la paix. Je me battrais pour elle… Pour nous tous. ». Il n’y a pas de doute dans sa voix. Peut-être qu’elle craint un peu la mort quand même, quel fou ne craindrait pas la mort sur des terres si hostiles que les leurs ? Mais elle redoute bien plus la mort de ceux qu’elle aime, malgré les avoir presque tous déjà perdu. Elle ne dira rien à ce sujet bien sûr. Le silence dure quelques secondes avant qu’elle ne reprenne la parole pour demander : « Y’a-t-il quelque chose que je puisse te ramener ? Des plantes ou d’autres choses qui pourraient t’être utile ? ». La neige et le froid ne permettent pas le développement de certaines plantes pourtant fort utiles et si elle ne les connait pas toutes, Karrah ne doute pas que Muire en utilise certaines pour ses rituels.

_________________

BECOME A CHIEF

There is nothing frightening in the dark if you just face it, running away has never solved anything...©️shinouh



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude  [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude EmptyVen 19 Mai - 11:32



Le sommeil de l'Incertitude


ft. Karrah



Dehors, les hommes s’agitaient : le premier baril de bière avait été terminé. De temps en temps, des éclats de rires particulièrement sonores venaient troubler le silence religieux qui s’était installé dans la tente.  Muire regardait Karrah avec insistance et grand intérêt. À la lueur de la petite bougie, ses cheveux roux devenaient flamboyants. Le shaman ne put s’empêcher la comparaison avec une petite renarde et trouvait cela lui allait fort bien.
Cet instant de calme, Muire était persuadée qu’il s’étendrait à tous les clans et même sur toute la Terre une fois que Karrah aura prouvé sa juste valeur. Même pour un clan majoritairement belliqueux comme pouvait l’être Kelowna, l’harmonie était parfois préférable. Dans sa Prophétie, Muire avait vu cette paix finalement instaurée, mais elle n’avait pas perçu son processus d’accomplissement. Peut-être se ferait-il dans la violence et le sang après tout.
« La mort apportera la paix »

En cet instant, la mort ne semblait avoir que très peu d’emprise sur Karrah. Elle se disait prête à l’affronter et même à l’accepter alors qu’elle n’avait pas encore trente ans. Certes, sur cette nouvelle Terre, l’espérance de vie de chacun était plutôt variable, mais Muire ne savait pas si ce postulat face à la mort correspondait à du courage ou à une volonté de rejoindre les Esprits plus tôt que prévu. Après tout, cela réglait plusieurs problèmes à la fois : plus de souvenirs de meurtre, plus de clan à gérer, plus de pression, seulement la quiétude.

« La mort, la mort… répéta-t-elle lentement. Je me suis moi-même interrogée sur la mort récemment et voilà ce que j’ai trouvé. Son corps et son âme semblèrent se raidir d’un seul coup. Chaque chose a son contraire, et ce contraire n’est pas si mauvais que ça. Regarde-moi, je peux regarder en haut et je peux regarder en bas, dit-elle en même temps qu’elle effectuait les gestes. Il y parler et se taire, il y a courir et marcher. Il y a être éveillé et il y a dormir. Alors, il y a vivre et mourir ne doit pas être aussi insupportable que ça… »

Muire ouvrit grand les yeux, surprise par la profondeur de ses propos dignes d’être écrits par son apprenti si elle avait de quoi écrire là maintenant, mais elle n’avait pas d’apprenti. Muire aimerait bien essayer de mourir, juste quelques heures, pour voir comment cela était fait. Était-ce au moins seulement comment elle l’imaginait ? Chez les Kelowniens, beaucoup étaient encore attachés à la métempsycose  et trop peu avaient embrassé la doctrine de Muire : le rappel de l’âme par les Esprits, la transformation en entité omnisciente en communion avec la nature.

Le shaman se perdit dans ses pensées et contempla le vide. Elle eut  un sursaut : elle sorti ses osselets  qu’elle secoua avec véhémence entre ses mains et les fit atterrir sur le sol. Le shaman arqua un sourcil de surprise en regardant avec soin le résultat du lancer qu’elle seule semblait pouvoir interpréter.

« Tu ne mourras pas à la Citadelle. Tout du moins, pas dans les jours à venir », fit-elle en manquant clairement de tact.

Muire rangea rapidement ses outils d’astragalomancienne et vint cette fois s’assoir à côté de son chef, de manière peut-être un peu trop intime. Il y eut un moment de silence avant que Karrah ne lui demanda si Muire avait besoin de quoi que ce soit qu’elle pouvait ramener de la Citadelle. Aussitôt, le shaman bascula la tête en arrière en ouvrant grand la bouche. Alors qu’elle entendait cent voix parler en même temps dans sa tête, le shaman, toujours en regardant en l’air, tourna légèrement la tête vers Karrah.

« Decaisnea fargesii : haricots bleus. S’ils en ont. Sinon, rien. »

À ce moment-là, un grand type au crâne rasé pénétra dans la tente et annonça que le repas allait être servi sous peu et Muire interrogea du regard Karrah afin de savoir si elle voulait sortir manger ou rester sous la tente.
Revenir en haut Aller en bas
Karrah
Messages : 691
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Rose Leslie
Multi-comptes : Kalevi & Keren & Augias

Karrah
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude  [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude EmptyVen 19 Mai - 23:48


Le sommeil de l’incertitude


❅ Muire – 5ème mois ❅

La chef de clan n’arrive pas à se décider sur les raisons qui font qu’elle n’a pas peur de la mort. Le fait est qu’elle ne ressent pas vraiment cette peur. Peut-être parce qu’elle a frôlé la mort il y a quelques mois ? Ou peut-être parce qu’elle se sent inutile, trop faible pour faire changer les choses et très seule. Malgré le fait qu’elle soit entourée comme jamais auparavant. Elle voit son cousin quotidiennement, Malik est quasiment toujours près d’elle et quand ce n’est pas lui, c’est un autre guerrier de confiance qui l’accompagne. Malgré ça, elle se sent seule. Parce que cette surveillance c’est seulement pour la garder en vie, surement parce qu’elle est trop faible pour le faire elle-même. Bien sûr que oui elle l’est. Pourquoi a-t-elle donc fait ça ? Elle n’aurait pas dû avoir son dernier sursaut de survie… Elle retient son soupire. Dans tous les cas, elle va se battre pour survivre, parce qu’elle a une chance rare de pouvoir faire changer les choses.
Mais en réalité, elle a plutôt peur de voir mourir son cousin ou de voir son amie de toujours la trahir. Elle a confiance en Vallika, mais elle sait que leurs opinions divergent sur certaines choses. Elle a peur de devoir tuer à nouveau. Et cette peur ne la quitte pas, d’autant moins qu’elle sait qu’elle n’aura pas le choix. A un moment ou à un autre, il faudra qu’elle tue à nouveau. Karrah a peur d’y perdre une partie d’elle. Si la mort de Laëth est accidentelle, celles qui arrivent ne le seront pas, et certaines ne seront même pas de la légitime défense, elle en a tout à fait conscience et cela ne l’enchante pas. Elle écoute à nouveau la shaman. Elle l’écoute lui parler de la mort et des opposés. C’est surement une façon de la rassurer sur sa propre mort, mais en même temps, ça ne l’angoisse pas. Il y a même une part de curiosité. Se réincarnera-t-elle ou sera-t-elle accueillie parmi les esprits dont lui parle si souvent Muire ? Elle n’en sait rien. En tout cas, elle est curieuse de le découvrir. Mais pas trop vite si possible. Même si parfois elle doute d’elle, elle ne se laissera pas abattre et elle tentera tout ce qui sera en son pouvoir pour amener la paix parmi les siens. Se maintiendra-t-elle après elle ? Peut-être, si elle réussit à l’établir de façon durable, à faire changer les gens d’eux-mêmes sans imposer un règne de la terreur. Elle répond : « Un peu douloureux peut-être mais probablement passionnant aussi… ». Elle esquisse un léger sourire.

Elle retrouve son sérieux observant la shaman lancer ses osselets et lire les présages qu’ils annoncent. Elle la regarde faire avec intérêt, glissant toujours la corde de son arc entre ses doigts, la roulant, la tendant un peu parfois. Elle en tire quelques sons distraitement. Elle se sent plus tranquille son arc à la main, pourtant, sans flèche il n’est réellement bon qu’à frapper sur ses ennemis, mais bon. Elle est plutôt curieuse d’observer Muire lire les présages. Elle se pose beaucoup de questions sur cela, mais les tait, parce qu’elle n’a pas à les poser. Il y a des mystères qu’il vaut mieux ne pas lever. La traduction lui plaît. Elle ne relève pas le manque de tact. Elle ne mourra pas tout de suite. Elle a encore quelques jours de répit devant elle donc. En voilà une bonne nouvelle. Peut-être est-ce ça la clé du bonheur ? Vivre au jour le jour ? Elle n’en sait trop rien. Elle répond par un hochement de tête et la remercie d’un sourire à nouveau. Et lorsque la shaman s’assoit près d’elle, peut-être un peu trop près pour certains, elle la laisse faire. Elle ne sait pas bien quoi penser de Muire. Elle l’intrigue, elle la fascine, elle l’apaise d’une certaine façon. C’est déroutant et apaisant. Elle la regarde basculer la tête en arrière dans l’une de ses attitudes très étranges qu’elle peut avoir parfois, puis lui répondre. Elle acquiesce à nouveau, sans ajouter de mot. Elle essaiera d’en trouver. Elle se répète mentalement le nom que vient de lui donner la shaman, bien compliqué pour elle, mais retiendra facilement le nom commun. D’autant plus que ce n’est pas banal des haricots bleus.
Lorsque l’homme les interrompt pour leur dire que le repas est servi, elle le remercie d’un signe de tête le congédiant ainsi. Il sort donc. Karrah reste là, silencieuse un moment. Elle n’a pas vraiment envie de sortir pourtant elle a faim, vraiment faim. Elle finit par demander : « Comment peut-on établir la paix si elle doit commencer dans le sang ? ». Elle reste un instant silencieuse avant de dire : « Et si j’étais trop différente d’eux ? ». Avec ses idées, sa culpabilité, son envie de paix. Bien sûr elle dénote. Elle reste silencieuse à nouveau, attendant silencieusement les réponses de Muire si elle en a à lui fournir. Elle n’est toujours pas vraiment décidée à sortir, pourtant il le faudra bien. Elle doit manger avec ses hommes, leur montrer qu’elle est là, qu’elle ne se cache pas. Elle a du courage, elle en a toujours eu. Le courage d’affronter ses frères, sa famille, puis le froid des terres de glaces et les prédateurs. Elle n’en manque pas. Elle se redresse finalement et pose son arc, prête à sortir quand la shaman aura terminé ses paroles.


_________________

BECOME A CHIEF

There is nothing frightening in the dark if you just face it, running away has never solved anything...©️shinouh



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude  [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude EmptyDim 21 Mai - 23:23



Le sommeil de l'Incertitude


ft. Karrah



La mort est-elle seulement douloureuse ? On ne parle pas ici de l’action de mourir, mais de la mort elle-même. Muire se dit qu’elle devrait parler plus souvent avec Karrah, qui sans s’en rendre véritablement compte, proposait des sujets de discussions absolument fascinants pour le shaman. D’abord comment serait la mort ? Est-elle pareille si la mort est donnée par la lame d’une épée ou par une baie empoisonnée ?  Car la vie était différente s’il était vécu à deux ou seul. Les images défilaient dans sa tête à toute allure, si bien qu’elle se retrouva vite nauséeuse.  

Tout à coup, son ventre gargouille et si elle peut l’entendre, Karrah aussi.  Ainsi, lorsqu’elle congédia le famulus, Muire, quasi famélique et le visage alerte, tendit les bras dans sa direction, comme pour le retenir, mais il avait déjà disparu dans la nuit noire. Le shaman tourna la tête vers son chef avec un sourire niais puis rabattit ses mains derrière sa nuque et simula une démangeaison, et lorsqu’elle celle-ci détourna un instant le regard, Muire en faisant la moue, plongea sa tête dans ses mains. En plus, elle avait vu les méchouis et n’attendait qu’une chose : pouvoir les grignoter jusqu’à ne plus avoir faim pour au moins les deux jours à venir.

Le repas sera pris un peu plus tard ; éventuellement, elle finit par accepter cela quand Karrah redevint prolixe, toujours préoccupée par les vicissitudes de son existence. En soi, c’était une contumélie qui était faite aux Esprits, mais Muire se gardait bien de le lui dire, elle ne comprendrait pas. Plutôt de mentionner les Esprits, elle chercha un moyen de lui faire comprendre cela d’une manière plus philosophique.

« Peut-on toujours tout expliquer et doit-on toujours tout expliquer ? Les évènements auxquels nous assistons ne sont rien d’autre que des minuscules fragments d’un dessein que notre imagination ne peut concevoir dans son entièreté. »

Son estomac marqua la pause. Muire gonfla les joues sans aucune raison particulière et reprit.

« Bien sûr, il y a eu cet accident. Mais on ne peut pas tergiverser sur l’accident seul. Avant cela il y a eu l’ours, avant l’ours, la chasse, avant la chasse, nos traditions, avant nos traditions, il y avait nous… Avant nous… Elle se coupa elle-même car elle voulait évidemment dire « les Esprits » mais se retint. Tout le monde et personne sont à la fois responsables et pas responsables de ce qui t’es arrivé, de ce qui t’arrivera et de ce qui ne t’arrivera pas, Ban-rìgh. »

D’un côté, elle comprenait que personne ne la comprenait. Parvenir à la contemplation plutôt qu’à l’explication était un long processus qui demandait un énorme recul sur soi et sur la vie en général.
Muire vivait mieux depuis qu’elle vivait selon ce principe sui generis. Peut-être qu’un jour, Karrah verrait tout cela. Mais pour qu’elle fasse un jour confiance aux Esprits, il était primordial qu’elle eusse d'abord confiance en elle.

« Si la paix doit commencer dans le sang, qu’il en soit ainsi : la vie commence dans le sang aussi, tu sais ? »

Le shaman posa une main sur l’épaule de son chef et ressentit un mélange de gêne et de plaisir, ce qui eut pour résultat visible sur son visage une grimace mêlée à un sourire. Était-ce le cadre spatio-temporel qui était à ce point propice à ces échanges relativement intimistes ? Ce n’était évidemment pas la première fois que Muire passait du temps avec Karrah, mais jamais cela n’avait duré aussi longtemps et encore moins en étant que toutes les deux. Muire secoua vivement la tête et glissa vers la sortie.

« La différence est ta force, Karrah. Et maintenant… Au nom de tout ce qui est sacré pour nous Kelowniens, allons manger je t’en supplie ! »

Si elle l’appelait par son prénom, c’est qu’elle avait vraiment faim.
Revenir en haut Aller en bas
Karrah
Messages : 691
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : Akeela
Célébrité : Rose Leslie
Multi-comptes : Kalevi & Keren & Augias

Karrah
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude  [Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude EmptyVen 26 Mai - 22:06


Le sommeil de l’incertitude


❅ Muire – 5ème mois ❅

Karrah entend le ventre de sa shaman gargouiller. Mais elle ne relève pas, elle ne s’en offusque pas. Il est largement l’heure de manger, et l’odeur qui entre dans la tente est vraiment alléchante, il n’y a pas à dire. Elle a hâte d’aller manger d’une certaine façon mais en même temps, elle ne veut pas le faire parce qu’elle se retrouvera au milieu des siens, qu’elle devra encore paraître digne, tenter de convaincre tout le monde qu’elle sait ce qu’elle fait. Mais en fait elle ne sait pas ce qu’elle fait, elle n’en sait rien. Elle se fait l’impression d’être une enfant qui joue à la guerrière avec une épée en bois. Mais l’épée de son adversaire est faite de métal et elle est tellement aiguisée qu’il n’aura aucun mal à lui trancher la tête pour la faire taire à jamais. Elle n’est pas dans un jeu, non, c’est la vie, ça se passe réellement. Puis, elle écoute la shaman répondre à sa question. Elle l’écoute avec attention, comme toujours. Elle n’en perd jamais une miette, cela serait une offense aux esprits mais aussi à la sagesse de Muire. Même si elle sait que beaucoup doutent de sa santé mentale, Karrah n’en doute pas, elle. Elle est toujours là, toujours vivante, elle trace son chemin, vit sa vie comme elle l’entend. Elle l’envie un peu.

Elle reste silencieuse un moment puis elle esquisse un sourire et dit : « Les évènements qui nous arrivent ne résultent pas uniquement de nos choix, mais de beaucoup d’autres choix et de la nature elle-même. Je comprends. ». Elle acquiesce un peu, en faisant rouler la corde entre ses doigts encore une fois. Elle regarde son arc. Elle l’a toujours aimé cet arc, il est comme un fidèle compagnon. Elle peut compter sur lui. Mais ce n’est qu’une arme, il n’a pas d’âme, pas de voix. Il l’aide à survivre, à vivre. Il la protège mais seulement parce qu’elle sait s’en servir. Elle reste là, à contempler les deux autres lits, ceux de ses protecteurs, son cousin et probablement son plus vieil ami ainsi que Malik, son garde du corps. Elle est toujours accompagnée, pourtant elle ne s’est jamais sentie aussi seule, c’est plutôt étrange. Elle sourit un peu alors que Muire reprend la parole. Elle écoute toujours, surtout lorsqu’elle répond à la question sur le fait de commencer dans le sang. Oui, peut-être est-ce un présage, encore une fois. Elle répond : « Tu as raison… Et elle finit dans le sang aussi, souvent. ». Qu’il en soit ainsi. Si la paix doit commencer dans le sang, alors elle commencera dans le sang. Karrah fera ce qui doit être fait.

La force. Peut-être bien… Puis elle rit un peu à la supplique aussi désespérée qu’agacée de Muire. Elle acquiesce et dit : « Allons-y… Tu as bien mérité un bon repas. Merci encore Muire... ». Elle se lève, retire son poncho en fourrure pour enfiler un pull en laine, puis, remet sa fourrure. Elle attrape sa hache qu’elle glisse à sa hanche et prend aussi son arc, plus par habitude que par réelle nécessité. Puis, se dirige vers la sortie de la tente, pour aller manger. Une fois dehors, elle regarde autour d’elle, puis se dirige vers le banquet. L’odeur dehors est encore plus alléchante. La faim commence à poindre, et même si elle devra assurer les apparences, il faut bien manger pour survivre, non ? Peut-être après pourra-t-elle commencer à vivre ? En tant que chef de clan des kelowniens qui amènera la paix à son peuple.


_________________

BECOME A CHIEF

There is nothing frightening in the dark if you just face it, running away has never solved anything...©️shinouh



Revenir en haut Aller en bas
 
[Karrah - Muire] Le sommeil de l'Incertitude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: