AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
INTRIGUE : Ca avance du côté de l'intrigue. N'hésite pas à aller t'inscrire au prochain sujet commun, par ici !
Partagez
 

 [Jaeth - Muire] Un voyage de mille lieues a commencé par un pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) [Jaeth - Muire] Un voyage de mille lieues a commencé par un pas  [Jaeth - Muire] Un voyage de mille lieues a commencé par un pas EmptyLun 12 Juin - 0:18


Un voyage de mille lieues a commencé par un pas.
avec Muire
Le monde défilait sous ses pieds. Il marchait depuis des jours, peut être des semaines. Il ne voyait plus filer le temps, il marchait simplement, droit devant, vers l'avenir et ses promesses. Des promesses qu'il peignait dans ses rêves, qu'il contait au vent et au froid. Elles semblaient le guider, lui qui ne savait pas ou aller, qui ne savait pas quel chemin prendre. Il marchait au hasard des rumeurs, cherchant cette femme et ses croyances. On disait quelques fois l'avoir vus, s'en être souvenu avant de l'oublier, tout simplement. Mais rien n'était simple pour Jaeth. Lui ne l'oubliait pas. Il ne s'y résignait pas, pourtant, elle l'avait déjà écarté de cette voie. Jugé. Rejeté. Il s'était obstiné pour moins que ça. Mais cette fois, il se savait à la hauteur de la tâche, dés lors qu'on lui demandait pas d'être brutal, d'être fort ou d'être digne de la guerre... il était à la hauteur.

Parti pour apprendre, comprendre. Il n'était rentré qu’après de nombreuses semaines, plus convaincu, et plus convainquant. Personne ne lui avait demandé pourquoi. Pourquoi prendre ses affaires et disparaître. Plus personne ne s'en souciait vraiment et tout le monde savait qu'il ne partait pas chasser gloire ou fortune, peut espérait on le voir revenir un jour, mais comme la neige qui tombait sur l'horizon, on ne se souciait plus tellement de la voir disparaître. Alors, Jaeth était parti. Il laissait cette vie derrière lui, pas un regret, pas même un regard en arrière. Il n'avait plus rien pour le retenir là bas. Le monde l'attendait, avec ou sans cette femme, il avait déjà ouvert les yeux. Sur la vie, sur les choses, il ne comptait plus les fermer désormais, mais il voulait lui montrer, à elle. Il voulait en être digne.

Une dignité qui l'avait poussé au frontière du monde. Le seul monde qu'il ai jamais connu. Celui de glace et de sang. Il avait imaginé milles fois s'en échapper, charmé par les tableaux qu'en peignaient les anciens et les voyageurs. Il voulait les voir de ses yeux et les peindre de ses mains. Il était parti pour ça aussi. Toutes ces choses que la vie pouvait offrir, il en oubliait sa solitude, il en oubliait le froid et la faim. Il en oubliait aussi qu'il était certainement perdu.. mais, même si la route lui était inconnue, il avait un nom pour office de carte. Un nom qui l'avait presque conduit jusqu'aux portes de la Citadelle.

On avait souvent murmuré le nom de cette Shaman, toujours accompagné de celui d'une femme. Une femme qui faisait parlé d'elle par son audace. Les sphères du pouvoir n'avaient jamais intéresse le garçon. Ses subtilité et ses enjeux lui échappaient encore trop souvent. Le pouvoir, nerf de la guerre. Il gangrenait tout, pourtant, il semblait vital à ce monde. Il le laissait aux autres. Lui n'avait pas les épaules pour ce fardeau.  Il ne souhaitait que voir le monde de ses yeux, et apprendre de cette femme. Alors, il arpentais ce camps en compagnie de son amie à fourrure. On lui avait dit se souvenir de la Shaman. Muire, cette femme au visage peint et aux mots avisés. Elles était ici. Peut être plus pour longtemps, le temps était finalement compté.

Il devait la trouver. Lui parler. Avant qu'elle ne parte. Qu'elle ne s'échappe vers un autre monde. Fatigué, affamé, il taisait toutes les souffrances de son corps pour vagabonder entre les toiles des tentes, cherchant de ses yeux fatigués le visage familier du Shaman. On lui accordait quelques regards, l'ombre d'un intérêt, il ne s’arrêta pas pour demander, il marchait simplement. Il marchait jusqu'à finir par la trouver. Là. Sous ses yeux cernés et sa respiration saccadée. Elle était bien là. Enfin s'achevait la traque. La plus longue de sa vie. La plus décisive également.

« Enfin ... je vous trouve.. »

Les mots s'échappaient de ses lèvres comme un murmure. Un soulagement qui le rendait muet. La fatigue du voyage balaya rapidement l'euphorie de cette trouvaille. Un peu trop épuiser par la route et la faim, il s'arma d'un sourire, prêt à affronter le rejet s'il le fallait.

retrouvailles


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Jaeth - Muire] Un voyage de mille lieues a commencé par un pas  [Jaeth - Muire] Un voyage de mille lieues a commencé par un pas EmptyMar 13 Juin - 15:18



Un voyage de mille lieues a commencé par un pas


ft. Jaeth



Voilà maintenant plusieurs jours que Karrah revint de la Citadelle. Muire fut ravie d’entendre que la rencontre avec l’Ipa s’était bien déroulée et que le voyage de retour se déroula sans encombre. Mais alors que tout naturellement, le chef de clan entreprit de retourner à la capitale, le Shaman demanda à rester quelques jours supplémentaires dans les environs : avec quelques hommes, ils avaient repérés des arbres, des fruits et des animaux qu’on ne trouvait plus en cette saison en plein cœur de Kelowna. Mais ici, à quelques kilomètres de la frontière avec la Citadelle, le temps était moins rigoureux, la faune et la flore venaient trouver une seconde vie ici. La décision fut la bonne, autrement, cette rencontre n’aurait jamais pu avoir lieu.

« Dis-moi petit lansquenet, sont-ce là des liniments que tu m’apportes ? » demanda Muire à un pêcheur qui l’ignora, probablement parce qu’il n’avait rien compris. Il se contenta de déposer ce qu’il avait récolté ce matin à ses pieds et déguerpit.

À côté de sa jument qui quoaillait, Muire vaticinait. Après tout, c’était une créature de la Nature et en soufflant en direction de l’encolure, les Esprits s’agitaient. À sa droite, un homme faisait glisser un traineau sur lequel avaient été empaquetés plusieurs germons.  À sa gauche, une jeune femme, la vingtaine tout au plus, se retrouvait à pandiculer après avoir déposé un panier remplie de baies sur le sol gelé. Au milieu, rien du tout. Muire fut déconcentrée : on lui dit qu’un jeune homme s’avançait vers le camp, sans armes, sans énergie, sans rien d’ailleurs. Comme cela pouvait être environ dix milles personnes, le shaman prit la décision de ne pas réfléchir  et alla immédiatement à la rencontre de l’étranger.

De manière tout à fait inattendue et inexplicable, elle reconnut le dit étranger. Ce jeune homme avait dit vouloir suivre l’enseignement de Muire, et elle le l’avait pas entièrement cru. Elle ne l’avait pas jugé digne, car elle le sentait trop peu impliqué. Mais voilà qu’en faisait un long trajet à pieds pour la retrouver, il venait de lui prouver le contraire. Se pourrait-il qu’il fasse l’affaire, celui qu’elle attendait depuis longtemps ? Serait-ce donc lui, l’être sensible aux Esprits qui serait capable de poursuivre le travail de Muire et de propager sa bonne parole quand elle aura quitté cette Terre ?

« Ah jeune gandin ! Je t’attendais ! Je crois… »

Il était évident qu’il avait besoin de se reposer un instant et de se restaurer. Elle lui ordonna de la suivre près du feu, où tous deux s’assirent l’un en face de l’autre sur des bûches. À travers les flammes, le Shaman fixait le jeune homme en oubliant de sourire. Une femme apporta une pèlerine qu’elle déposa sur les épaules du nouvel arrivant et un chasseur lui tendit une cuisse de porcidé.
Lorsqu’il eut terminé, Muire se leva d’un bond en disant simplement : « marchons ».
Et ils marchèrent ; en silence, sans jamais se regarder. Pendant ce temps-là, elle le ressentait.

« Tu sais, nous étions sur le point de partir… Sans doute demain. Tu es arrivé juste à temps. Oh, toi et moi savons bien qu’il ne s’agit pas de chance ou de hasard… Les Esprits ont voulu notre rencontre une seconde fois, euh, c’est quoi ton nom déjà ? »

Ils s’étaient éloignés du camp pour aborder un lac gelé, dont la caractéristique principale était le silence le plus total.

« Cet endroit est spécial… Le ressens-tu ? Que vois-tu ? Qu’entends-tu ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
[Jaeth - Muire] Un voyage de mille lieues a commencé par un pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: