AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
INTRIGUE : Ca avance du côté de l'intrigue. N'hésite pas à aller t'inscrire au prochain sujet commun, par ici !
Partagez
 

 [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages  [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages EmptySam 1 Juil - 15:11

Pakanga 148

Le silence de ce sous-bois, pourtant situé à quelques courts kilomètres de l’effervescente Citadelle, transportait l’esprit hors de ses frontières de chairs, pour laisser celui-ci s’assoupir. Loin de cette cohue humaine, avec ses désirs, ses illusions, ses regrets et ses querelles, l’espoir de se ressourcer devenait tangible ici. Même s’il ne fallait pas totalement endormir sa vigilance, car cet espace demeurait sauvage à bien des égards, il était reposant de constater que tout près de la civilisation, la nature préservait ses droits. La main brutale de l’être humain n’avait pas encore osé braver l’étendue sauvage aux pieds des fortifications massives de la ville. C’était un havre de paix piégé au milieu des territoires claniques. Un lieu chaotique qui, hélas, laissait peu à peu apparaître les premières traces de l’influence humaine.

Eurydice n’était pas une sauvageonne. Si elle appréciait le confort inhérent à la condition de citadine, son enfance passée sur les routes lui avait appris à admirer le règne animal à en apprendre davantage sur sa propre espèce en l’observant. L’être humain n’était guère différent d’un animal. Certains diraient que le premier s’était élevé par la puissance de son esprit par rapport au second. L’ancienne Askhadi était en droit d’en douter. Bien qu’elle n’ait vécu ni de grands conflits sanglants, ni de traumatismes insurmontables, son talent d’observatrice, qui s’attachait aux détails, lui avait donné la pleine mesure de la nature humaine. Parfois, la compagnie des animaux – lesquels ne savaient ni mentir ni duper et encore moins faire démonstration de cruauté pour leur seul plaisir – valait beaucoup plus que celles de ses congénères. Prisonnière de ces parois d’homo sapiens et d’un esprit affûté – peut-être trop d’ailleurs -, Eurydice regrettait fréquemment de ne pas appartenir à la noble race des faucons, ou au détecté grizzli. Ainsi, elle n’aurait pas eu ce besoin irrationnel de réfléchir à sa condition, au monde qui l’entourait et à son fonctionnement. Elle n’aurait pas ressenti l’envie de s’éloigner de ses pairs, de ses proches, lorsqu’elle ne parvenait même plus à supporter leur présence… Le monde était mal fait.

Assise sur une vieille souche, son couteau de chasse à la ceinture et enveloppée dans son manteau, elle levait les yeux vers la cime des arbres, à la recherche d’une trouée pour apercevoir le ciel. Ici, elle pouvait respirer librement. L’étau de fer autour dans sa poitrine s’allégeait. Parfois, lors de ses sorties pour cueillir des herbes médicinales, elle croisait la route de quelques marchands en voyage jusqu’à la Citadelle. Elle échangeait quelques denrées contre des informations sur l’extérieur et acceptait seulement ensuite de leur indiquer la bonne route. Tout savoir se paie. Et le savoir, c’est le pouvoir.
Eurydice se targuait d’être savante. Grâce aux ressources de la ville de l’Ipa et son enfance dans une caravane d’Askhadi, elle dévorait les livres et engrangeait la connaissance, qu’elle soit utile ou non, dans l’espoir d’entrapercevoir ce monde d’avant, cette terre devenue une étrangère pour ses propres enfants.

Et toujours, loin du tumulte des Hommes, elle pouvait se réconcilier avec elle-même. Eurydice pleurait seule, dans les bois et les champs, sans témoins, lorsque la douleur devenait la plus forte. Colère, haine, chagrin, mépris assassin. Son cœur aigri redevenait l’unique suzerain de ce royaume à mi-chemin entre la soigneuse bien éduquée et la créature sauvage. Un royaume affaibli, malaimé, dont la véritable puissance s’incarnait dans une psyché bâtie sur les os d’un rêve fou : celui où l’Animal prendrait sa revanche sur l’Homme.

- Hey ! Arrêtez ! Qu’est-ce que vous faites, espèces d’abrutis décérébrés ?

Ce furent ses premiers mots, hurlés d’une voix rageuse, lorsqu’elle aperçut le spectacle par-delà arbres et bosquets. Un peu boiteuse à cause de la fatigue et du terrain glissant, Eurydice se fraya toutefois un passage à travers la végétation jusqu’aux chasseurs. Des bouchers sans talent, devrait-on plutôt dire. Ils étaient trois, des hommes dans la fleur de l’âge. Ils venaient de revenir d’une chasse fructueuse, transportant les cadavres de deux lièvres. L’un d’eau avait également réussi à piéger un vieux renard au poil gris cendré. L’animal se débattait de toutes ses forces mais l’une de ses pattes arrières était maculée de sang et ne bougeait plus. Probablement brisée.

Lorsqu’ils aperçurent la femme qui les invectivait, les chasseurs portèrent la main à leurs armes sans adopter pour autant une attitude belliqueuse. L’un d’eux s’approcha doucement, sans doute soucieux de calmer la nouvelle arrivante. Eurydice se porta à sa hauteur sans se départir de sa colère.

- Que vous a fait ce renard pour mériter un tel acharnement ? A-t-il volé votre proie ? A-t-il pissé sur votre sac pendant votre sommeil ? Pactise-t-il avec vos ennemis ? Est-ce un espion d’un clan hostile à l’Alliance ? Ou était-il tout simplement au mauvais endroit au mauvais moment ? Aimeriez-vous que je vous brise la jambe pour réparer cette injustice, juste parce que j’en ai le pouvoir et que je peux en jouir comme bon me semble ? Quelqu’un osera prendre votre défense, sans doute vos compagnons… Mais pour ce renard, personne ne le fera, n’est-ce pas ? Alors… Prenez votre gibier et foutez le camp !

Face à cette déferlante furieuse, assenée par une femme dont les yeux luisaient d’un éclat on ne peut plus sérieux, l’homme ne put que placer quelques mots… « Il volait notre nourriture. Il a mordu mon fils… »… Jusqu’à rapidement perdre patience. Le ton s’envenima d’un côté comme de l’autre. Eurydice le bouscula pour approcher du renard blessé tout en jetant un regard incendiaire audit fils dont la jambe avait été bandée. Elle jaugea celle-ci d’un rapide coup d’œil.

- Un travail d’amateur…

Sous le regard mi stupéfait mi furieux des chasseurs, elle se pencha sur l’animal tout en restant à distance respectueuse pour ne pas l’effrayer davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Akeela
Messages : 1375
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : (c) poison ivy
Célébrité : Poppy Drayton
Multi-comptes : Skylar, Danika, Noomie & Isaak

Akeela
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages  [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages EmptyJeu 6 Juil - 21:38


akeela & eurydicepankaga, an 148. D’ici quelques semaines, cela fera une année qu’Akeela n’est plus une simple apprentie au sein de la Citadelle. Une année que Dastan a été tué et une année qu’elle a dû affronter les trois autres dans l’arène, une année qu’elle est devenue la nouvelle Ipa et que beaucoup de choses ont changées dans sa vie. Cela a été difficile dans les premiers temps de se faire à toutes ces nouvelles choses, d’accepter d’être suivie en permanence par des gardes du corps, mais elle a appris à faire avec tout ça. Même si cela lui pèse énormément parfois.

Au début, Akeela détestait la Citadelle. Après avoir été emmenée de force par les gardes depuis son petit village d’Orketa, elle a tenté plusieurs fois de se sauver avant de se faire rattraper par Dastan. C’est lui qui lui a appris à apprécier la ville et tous ses avantages, à découvrir toutes ces choses venues des autres clans et notamment leurs traditions. Mais si maintenant elle apprécie la Citadelle à sa juste valeur, Akeela aime bien pouvoir en sortir aussi de temps en temps et seule de préférence. Il y a bien longtemps qu’elle a trouvé un endroit non gardé pour pouvoir s’échapper de la ville et elle n’hésite pas à le faire quand elle le souhaite, même si elle sait que cela fait enrager Kalevi mais aussi ses conseillers. Mais elle s’en fiche pas mal parce qu’elle n’abandonnera jamais ses petites sorties en solitaire, montée sur le dos d’Hasufel qui est bien content de pouvoir sortir un peu lui aussi. Son arc à la main, Akeela a posé le pied à terre et avance doucement sur les terres non loin de la Citadelle, Hasufel à ses côtés. L’animal s’est habitué à sa présence et lui est à présent loyal, si bien qu’il la suit sans rechigner, même lorsqu’elle le sort comme ça tout en restant incognito. Akeela ne porte que des vêtements simples et n’a même pas son épée sur elle, seul l’emblème de la Citadelle est brodé sur la selle d’Hasufel qui semble apprécier d’être dehors pour chasser.

Mais la chasse d’aujourd’hui s’avère être un peu différente de d’habitude puisque Akeela entend des voix un peu plus loin. Il n’est pas rare de croiser des gens sur les routes aux alentours de la Citadelle, que ce soit des marchands ou juste des voyageurs de passage, mais les paroles échangées semblent être un peu plus sévères qu’habituellement. Alors Akeela se rapproche pour voir d’où proviennent ces éclats de voix et aperçoit une femme un peu plus loin, qui hurle sur trois hommes armés semblant revenir d’une chasse. Alors elle fronce doucement les sourcils et s’arrête pour attacher la longe d’Hasufel à un tronc, histoire qu’il ne se sauve pas, puis elle se rapproche du petit groupe sans lâcher son arc mais en le gardant toutefois baissé vers le sol. De loin, elle entend les dernières paroles de la femme qui parlent de briser des jambes et elle en profite pour se rapprocher à nouveau, apercevant ce qui rend la jeune femme furieuse. Un renard piégé qui se débat et qui semble être blessé, une patte brisée probablement.

Akeela observe la femme se pencher vers l’animal tandis que l’un des hommes qu’elle a bousculé s’avance vers elle, la main sur le pommeau de son épée. Il ne semble pas avoir apprécié de se faire pousser de cette façon ou apprécier que la femme s’approche de sa proie, mais ses intentions envers elle sont clairement hostiles. Alors avant qu’il ne la blesse, Akeela lève son arc et bande la corde. « Je vous déconseille de dégainer votre épée. » Elle observe l’homme qui s’est tourné vers elle, la main sur son arme, et les deux autres qui se trouvent à côté. « Vous n’êtes pas le genre de gibier que je chasse habituellement, mais je ne rate jamais mes cibles. Reculez, laissez-la tranquille. » Akeela sait se défendre et elle n’a pas peur de le faire. Elle n’a cependant jamais tiré sur un homme – ou une femme – avec son arc mais elle n’hésitera pas à le faire si l’un d’eux se montre hostile.

_________________
akeela
The liberties of our country, the freedom of our civil constitution, are worth defending against all hazards: And it is our duty to defend them against all attacks.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages  [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages EmptyDim 9 Juil - 18:14

Dans les yeux du renard brillaient la terreur et la colère. Ces géants bipèdes qui l’avaient acculé et blessé le submergeaient en nombre. L’un d’entre eux s’approchait, beaucoup trop près pour ne pas paraître encore plus menaçant. Un coup de mâchoire et il pourrait peut-être le faire reculer. Mais c’était sans compter sur la détermination farouche de ce géant aux yeux clairs.

Eurydice s’accroupit à bonne distance et inspecta sa blessure d’un œil sagace, sans faire un pas de plus ou un geste envers l’animal. Elle se contenta d’observer ce qu’elle devinait être une fracture. Même si le sang et les poils l’empêchaient de bien voir. Elle sentait le regard brûlant de fureur des trois hommes sur sa nuque. Leur indignation ravissait son orgueil. Elle faisait croître sa satisfaction et nourrissait sa propre colère. Quels crétins des rocheuses ! Aucun savoir-vivre, aucun bon sens.

Ouvrant sa besace, elle en tira un linge propre qu’elle découpa en plusieurs bandes. Sans se soucier de ce qu’il se passait dans son dos, elle chercha du regard un long bout de bois. C’était du bricolage indigne de son talent et de ce pauvre renard mais il ferait l’affaire le temps qu’elle trouve mieux. Ou qu’elle puisse ramener l’animal chez elle. Un esprit avisé pourrait dire qu’elle perdait son temps à soigner une bête sauvage parmi tant d’autres. Sa conception du monde n’ayant jamais été clairement définie dans son enfance, la soigneuse avait appris au contact des autres, bons comme mauvais et acquis la plupart des concepts qu’elle chérissait maintenant. Son mentor – paix à son âme – avait réussi à lui inculquer quelques notions de sens commun… Avec difficulté. Eurydice demeurait un être sauvage.

- Rendez-vous utiles et allez me chercher un bout de bois bien droit, bien lisse.

Son ton n’admettait aucun commentaire. Elle ne fit pas mine de se retourner tandis qu’elle approchait une main hésitante du renard, un petit morceau de viande séchée dans sa paume. L’inconnue qui braquait les chasseurs avec son arc semblait de son côté. Tant mieux. Elle laissa le renard renifler la viande. Son visage se détendit.

- Vous êtes encore là ? lança-t-elle en jetant un regard par-dessus son épaule. Vous savez fabriquer un brancard ?

L’archère lui paraissait jeune et frêle mais au moins son bras ne tremblait pas. Si elle pouvait se rendre également utile, cela lui ferait plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Akeela
Messages : 1375
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : (c) poison ivy
Célébrité : Poppy Drayton
Multi-comptes : Skylar, Danika, Noomie & Isaak

Akeela
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages  [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages EmptyMar 1 Aoû - 21:17


akeela & eurydiceAkeela a toujours été une bonne archère, depuis ce premier jour où elle a tenu l’arc dans ses mains et qu’elle a su qu’elle serait chasseur comme son père. Celui-ci lui a enseigné les bases avant de la laisser à un autre formateur lorsqu’il a fallu le faire, mais Akeela s’est très vite démarquée des autres adolescents du village. Elle n’a cependant jamais tiré une flèche sur autre chose qu’un animal ou une cible, jamais sur un être humain. Mais aujourd’hui, cela ne l’empêche pas de tenir son arc et de viser l’homme qui s’est approché de cette femme, avec de mauvaises intentions évidentes. Elle n’hésitera pas à tirer pour blesser l’homme s’il se rapproche ou s’il se montre hostile, mais celui-ci recule de quelques pas et lève les mains en signe de paix. Akeela relâche légèrement la tension de sa corde mais ne baisse pas son arc pour autant puisque les hommes sont supérieurs en nombre et qu’elle n’est clairement pas folle. Elle garde les hommes dans son champ de vision mais jette tout de même un œil aux gestes de la femme devant elle qui semble avoir entrepris de vouloir soigner l’animal blessé à la patte. Elle esquisse un petit sourire en l’entendant donner des ordres aux hommes et relève la tête pour les observer bougonner. Akeela a légèrement baissé son arc mais elle n’a pas relâché sa flèche pour autant, et ça l’amuse sans doute un peu de voir que le plus jeune observe son arc avant de finalement chercher autour de lui s’il peut trouver un bout de bois, comme demandé par la soigneuse.

Puis Akeela tourne la tête vers la femme qui vient de lui parler. « Je ne compte pas partir. » Elle jette un œil aux hommes avant de reporter son attention sur la femme. « Pas vraiment, mais si je peux vous être utile j’apprends vite. » Les soins ne sont pas vraiment son domaine de prédilection, mis à part les quelques bases qu’elle a pu apprendre à la Citadelle lors de sa formation. Elle connait un peu les plantes puisque sa mère a tenu à lui en apprendre quelques-unes lorsqu’elle était enfant, mais elle ne saurait sans doute pas soigner quelqu’un avec. « De quoi avez-vous besoin ? » A part du bout de bois que le plus jeune des hommes vient justement de rapporter.

_________________
akeela
The liberties of our country, the freedom of our civil constitution, are worth defending against all hazards: And it is our duty to defend them against all attacks.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages  [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages EmptyDim 20 Aoû - 17:13

La colère maintenait Eurydice en vie depuis si longtemps… Il lui semblait qu’elle avait toujours été en colère contre quelque chose, depuis son plus jeune âge. Elle réagissait en contraire, avait l’habitude de protester et de penser à contre-courant de la plupart des gens. Elle s’ingéniait à agir à l’inverse de ce qu’on pensait d’elle, à dépasser ses limites, à devenir l’épine dans le pied du monde. Cette idée lui plaisait. Beaucoup.

Même si cela lui causait souvent des ennuis.

Glissant quelques gouttes de somnifère sur une lanière de viande séchée, elle posa celle-ci non loin du renard. L’animal ne la quittait pas des yeux. Grondant, montrant les crocs mais n’avançant pas davantage. Ses oreilles couchées sur son crâne frémissaient. Ses flancs palpitaient en rythme avec le cœur battant la chamade de la soigneuse. Eurydice avait bien plus peur pour lui que pour elle. On ne l’attaquerait pas de dos pour des bêtises pareilles. Et si son propre sang coulait, cela ne ferait qu’attiser sa fureur. Et les ancêtres seuls savaient à quel point il valait mieux éviter ce désastre à venir… De plus, la jeune archère lui viendrait en aide en cas de besoin. Inutile de s’inquiéter.

- J’ai besoin de fabriquer une civière.

Tandis que le renard fléchissait enfin légèrement et prenait en considération la lanière de viande séchée, Eurydice se surprit à détourner le regard avec soulagement. Elle ne voulait plus voir son reflet dans les yeux sombres de l’animal. Elle y évoquait bien trop ses bourreaux, arborant les mêmes détestables caractéristiques. Elle était de la même espèce que ces hommes imbéciles. Le regard du canidé l’accusait silencieusement de participer à cet acte barbare, de l’avoir encouragé si ce n’était tacitement accepté. La nausée l’envahit. La bile remonta dans sa gorge et elle dut déglutir de toutes ses forces pour refouler ce profond sentiment de dégoût. Se tournant légèrement vers l’archère qui s’était avancée jusqu’elle, Eurydice transmit ses instructions. En s’y prenant à plusieurs et en suivant correctement ses directives, la civière de fortune serait rapidement créée.

Lorsqu’elle reporta un regard prudent sur le renard, celui-ci s’était calmé. Il ne grondait plus, ses oreilles s’étaient dressées et il tentait même de ramper à l’écart. Sans succès. Il aurait tôt fait de s’endormir. A partir de là, tout deviendrait facile. Depuis plusieurs minutes, l’ancienne Askhadi ne prêtait plus attention aux trois hommes. Le plus jeune venait de déposer du bois près d’elle – quoiqu’à une distance respectable. Si elle lui en fut reconnaissante, elle n’en montra rien. Elle avait plus important à faire que de ménager les sentiments de ces trois incompétents. Qu’ils retournent donc à leur chasse et la laisse en paix !

- Vous êtes une chasseresse ? Vous en avez l’air.

Eurydice ne la jugeait pas. La chasse – la mort – faisait partie du cycle naturel de la vie. Elle-même avait voulu intégrer le groupe des chasseurs étant plus jeune. Elle ne regrettait pas cette époque. Le visage de la jeune fille lui paraissait vaguement familier. La fille d’un client ? Une voisine ? Une casse-pied notoire ? Peu importait tant qu’elle se rendait utile.

- Je dois le ramener jusqu’à chez moi. A la Citadelle. Je manque de matériel. Pouvez-vous m’aider ? s’enquit-elle en fixant son regard franc dans celui de la jeune femme tout en ignorant superbement les chasseurs.


HRP : Désolée encore pour le retard 14
Revenir en haut Aller en bas
Akeela
Messages : 1375
Inscrit le : 21/04/2017
Crédits : (c) poison ivy
Célébrité : Poppy Drayton
Multi-comptes : Skylar, Danika, Noomie & Isaak

Akeela
– à la Citadelle –
à la Citadelle
(#) Re: [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages  [Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages EmptyDim 3 Sep - 18:37


akeela & eurydiceAkeela garde un œil sur les deux hommes qui sont restés à leur côtés tandis que le plus jeune est parti chercher des bouts de bois pour les aider. Elle a baissé son arc mais a tout de même gardé sa flèche, juste au cas-où l’un d’eux déciderait de se montrer un peu plus hostile envers elle ou envers la jeune soigneuse. Celle-ci tente d’amadouer le renard avec de la viande séchée et Akeela l’observe. Elle a l’air de savoir ce qu’elle fait et d’être passionnée par cet animal blessé, de vouloir à tout prix l’aider et le soigner. Akeela admire cela, il est rare de voir des gens aussi proches de la nature aux abords de la Citadelle et pour elle qui vient d’Orketa, elle trouve que cela manque parfois à la grande cité. Akeela observe le renard blessé qui a l’air un peu plus calme que précédemment, sans doute que ce que la jeune femme lui a donné y est pour quelque chose, puis elle s’agenouille auprès de celle-ci et du bois que l’homme a déposé. Sa question sur son métier lui fait relever les yeux. « Non, ce n’est pas mon métier. » Elle n’ira pas dire ce qu’il est réellement, ni qu’elle aime bien chasser par loisir de temps en temps parce qu’elle se doute qu’à cet instant la jeune femme n’attend pas vraiment d’entendre ce genre de chose. Mais de toute façon, Akeela sait respecter les animaux qu’elle chasse et mettre fin à leurs souffrances si sa flèche ne les tue pas d’un seul coup. « Ces hommes n’ont aucun scrupules à faire du mal à ces animaux. » Elle serre un peu les dents et jette un regard à ces hommes qui n’ont aucune honte à garder ainsi un animal blessé qui souffre.

Elle tourne à nouveau les yeux vers la jeune femme lorsque celle-ci parle de ramener l’animal blessé jusqu’à sa demeure, jusqu’à la Citadelle. Puis elle retire la cape de ses épaules avant de la tendre à la brune face à elle. Heureusement pour elle, elle ne porte aucun signe distinctif sur ses vêtements simples qu’elle a passé avant de sortir. Seul la selle d’Hasufel montre l’emblème de la Citadelle et pourrait éventuellement la trahir et la mettre en danger. « Prenez-là, on pourra l’envelopper pour qu’il soit plus confortablement installé. Mon cheval est attaché un peu plus loin, je peux vous conduire jusqu’à chez vous. » Elle fronce doucement les sourcils. « Pourrez-vous le soigner une fois à la Citadelle ? Ou trouver quelqu’un pour le faire ? »

_________________
akeela
The liberties of our country, the freedom of our civil constitution, are worth defending against all hazards: And it is our duty to defend them against all attacks.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Akeela - Eurydice] Des âmes sauvages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: