AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
INTRIGUE : Ca avance du côté de l'intrigue. N'hésite pas à aller t'inscrire au prochain sujet commun, par ici !
Partagez
 

 [Kalena - Kirska] Chasser pour manger, manger pour chasser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) [Kalena - Kirska] Chasser pour manger, manger pour chasser  [Kalena - Kirska] Chasser pour manger, manger pour chasser  EmptySam 8 Juil - 11:27

Il faut que je me calme, que j'évacue cette foutue colère qui m'empêche de penser clairement et de me concentrer. Je suis censée m'entraîner, mais même ça je n'en suis pas capable, je ne parviens pas à aligner trois coups correctement et mes pieds ne sont pas synchronisés. Impossible de faire le vide dans ma tête, d'oublier les mots que j'ai entendu ce matin et qui résonnent dans mon crâne depuis des heures. "Tu m'as manqué". Mais bien sûr! Comme si je pouvais manquer à cette femme qui ne m'a jamais aimée et n'a jamais cherché à me trouver. Elle m'a tendu une main que je me suis empressée de repousser. Trop de mauvais souvenirs sont concentrés dans ces doigts forts et épais, calleux. Quand je l'ai regardée dans les yeux, j'ai ressenti une vague de haine et j'ai instinctivement posé la main sur le pommeau de mon épée, prête à la décapiter sans sommation.

Ma mère. Ma génitrice. Cette salope qui m'a mise au monde. Celle qui a tué ma petite soeur sous mes yeux.

Comme paralysée, je n'ai pas pu bouger pendant de longues minutes et suis restée plantée face à elle à la fixer. Elle était dans un état déplorable, sale, vêtue de haillons déchirés et boueux, ses cheveux ne ressemblaient à rien. Elle vit à la rue, visiblement, et dieu que c'est satisfaisant! Cette femme qui m'a rendue insensible et a fait de moi la personne que je suis vit à la rue, n'a plus rien à elle et doit supplier pour qu'on la nourrisse. Elle n'a pas cessé de me parler mais je ne l'écoutais pas, je revoyais toutes les fois où elle m'a battue, où elle a battu Mazzie. La fois où ma petite soeur n'a plus crié. Elle cherchait certainement à s'excuser, croyant que j'aurais pitié et l'hébergerais dans la maison qu'elle ignore que je possède. Je ne sais pas ce qu'elle me voulait. Tout ce que je sais, c'est que, quand elle m'a tendu sa main poisseuse et pleine du sang de Mazzie, j'ai vu rouge. Par je ne sais quel miracle, j'ai réussi à me contrôler et j'ai lâché mon épée avant d'abattre mon poing sur sa tempe. J'ai souris quand elle a touché le sol, trop faible pour résister.


Regarde ce que tu as fait de moi! ai-je crié au beau milieu de la rue. Tu m'as faite sans coeur, à ton image, et je te hais pour ça! Je te tuerais de mes mains si je ne savais pas que ça te soulagerais. Je veux que tu pourrisses ici pendant de longues années et que tu ressasses tes remords sans jamais trouver la paix. J'espère que tu la revois dans tes cauchemars chaque nuit et qu'elle te hantera toute ta vie.

Je n'ai pas eu besoin de préciser de qui je parlais. Son regard m'a montré que j'avais raison - elle revoit le corps inerte de Mazzie dans ses rêves et j'en suis ravie. Elle pourrira en enfer et je l'y rejoindrai sûrement grâce à ce qu'elle a fait de moi.

Avant de perdre le contrôle et de la battre à mort, je me suis retournée et j'ai disparut de sa vue comme elle a disparut de ma vie bien des années plus tôt. Sans trop savoir comment, je me suis retrouvée près du lac, accroupie et le mains dans l'eau. Ca fait près d'une heure que je suis là, à frotter mes doigts dans l'eau croupie, pour les nettoyer du contact de ma mère. Mes yeux me piquent, mais je ne pleurerai pas, j'ai cessé le jour où Mazzie est morte. Je dois être forte pour elle. La peau de mes mains est plissée de partout et je juge que c'est suffisant. Je me relève et m'essuie contre mon pantalon. Midi approche et mon estomac me le fait savoir, même si je ne comprends pas comment je peux avoir faim après cette rencontre.

D'un geste fluide, je retire les deux dagues croisées dans mon dos, regrettant de ne pas avoir emporté mon arc et mes flèches. Les lieux sont calmes, une fine pluie dissuadant les pêcheurs d'approcher. Je fais un tour du lac pour apaiser mes articulations puis me mets en quête d'un repas. Silencieuse, je m'avance penchée derrière les buissons, les scrutant du regard pour tenter d'y dénicher un lapin, un raton-laveur ou n'importe quoi qui puisse me nourrir.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Kalena - Kirska] Chasser pour manger, manger pour chasser  [Kalena - Kirska] Chasser pour manger, manger pour chasser  EmptyMar 11 Juil - 6:19

Kalena s'était levée aux petites lueurs du matin. L'entretien des rapaces de son père demandait beaucoup de temps et elle s'était portée volontaire pour s'occuper d'eux ce matin-là. Une faible brise descendait des montagnes et les pâles rayons du soleil commençait à chauffer le sol. Les faucons avaient droit à une ration de souris chacun, sauf la buse de Kalena, Ida.

La buse à queue rousse de Kalena était magnifique. Encore jeune, le bout de sa queue n'était pas encore tout à fait roux et son plumage demeurait encore plutôt clair. Attachée à sa propriétaire, Ida poussait déjà de petits cris dès l'arrivée de Kalena près de l'abris des rapaces.


«Attends Ida, aujourd'hui tu viens chasser.»

C'était comme si la buse avait compris. Elle s'ébourrifait le plumage, ravie que la jeune femme lui parle. Devenue plus calme, la buse observait les faits et gestes de sa fauconière.

Kalena entretenait toujours les bêtes avec soin et respect. Aussi, lorsqu'elle eut terminé, le soleil était déjà beaucoup plus haut dans le ciel. Elle attrapa Ida sur son gant de cuir et retourna vers la maison. Sa mère cuisinait et son père se reposait, assis tranquillement sur une vieille chaise.

La brunette prit le temps d'embrasser ses parents et les avisa de son intention d'aller chasser seule, afin de faire le vide. La jeune femme adorait chasser en solitaire, lui permettant de faire le point. C'était sa méditation à elle.

Vêtue confortablement pour l'occasion, elle salua ses parents et appela Monoï, son gros chien blond pour l'accompagner. Monoï ne connaissait pas encore toutes les ficelles de la chasse, mais savait se tenir aux côtés de sa maîtresse et rapporter les proies qu'Ida mettait à mort, si la créature était trop lourde pour la buse.

«Viens, mon gros, aujourd'hui on va à la chasse aux rats musqués.»

Proie intéressante, car le format permettait un bon repas, il était plus facile à débusquer que des proies plus importantes pour Ida. La fourrure douce permettait en plus la confection de jolis vêtements pour l'hiver. Kalena se rendit tranquillement aux abords de la forêt Ida sur son gant et Monoï sur les talons.

La forêt était calme, le soleil de l'aube avait laissé sa place à fine pluie un peu fraîche. Ida secouait ses plumes afin de ne pas les laisser s'alourdir. Kalena sentait son oiseau impatient de partir en chasse, mais elle tenait bien les lanières de cuir dans son gant.

Le lac était calme, l'eau ne se laissait troubler que par les fines gouttes de pluie. Kalena en fit le tour, trouva un terrier qui ressemblait à celui de rats musqués. Satisfaite, elle se rendit un peu plus loin pour se terrer dans les hautes herbes avec ses deux copains de chasse. Bien installée, elle envoya Ida se dégourdir les ailes en attendant que les bêtes ignorent sa présence.

Mais elle n'était pas seule. L'eau du lac ondulait. Curieuse, mais ne voulant pas rater une éventuelle prise, Kalena sortit la tête de son buisson. Zut, un humain. Elle allait faire fuir son gibier. La femme resta longtemps à humecter son visage. Sa silhouette était familière, sûrement une femme de Moroni. Lorsque celle-ci sortit ses dagues, Kalena leva les yeux au ciel. Il lui faudrait un miracle pour attraper quelque chose avec cela, la faune autour du lac étant de petites bêtes souvent très rapides. Elle devrait plutôt opter pour du poisson.

Lorsque la femme fut plus près d'elle, Kalena la reconnut. Il s'agissait de Krista une femme avec qui elle avait déjà fait des vêtements. Ne voulant pas trop la surprendre, ni se retrouver dans l'élan d'une dague, Kalena rappela Ida, espérant créer un mouvement fluide et peu menaçant. elle se releva un peu et hocha la tête en direction de Krista.


«Je vois que je ne suis pas la seule qui aime chasser quand il pleut.» Souffla la jeune femme, sur un ton doux et à faible volume, afin de ne pas trop déranger ses éventuelles prises.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Kalena - Kirska] Chasser pour manger, manger pour chasser  [Kalena - Kirska] Chasser pour manger, manger pour chasser  EmptyMer 12 Juil - 20:35

La chasse est peu florissante, les rongeurs s'étant certainement retirés dans leurs tanières pour se protéger de la pluie. Je n'aperçois que des grenouilles s'aventurant loin de chez elles et des rats trop maigres à mon goût. Je voudrais un lapin, bien gros et bien gras, juteux à souhait. J'en salive d'avance en imaginant sa chaire sur ma langue et sa fourrure dans la poche de mon manteau. Je n'aurais qu'à trouver une couturière pour lui demander ce qu'elle pourrait faire de cette fourrure et aviser par la suite. Peut-être même que j'attendrais d'avoir plus de matière avant de me renseigner pour en faire un vêtements ou autre. Plongée dans mes pensées, je ne remarque pas que je ne suis pas seule - encore la faute de ma génitrice qui tourne et retourne dans ma tête. Je lève les yeux quand j'entends un bruissement d'ailes et observe le piqué d'une buse qui file rejoindre sa maîtresse. La fille est jeune et souriante, je dirais même insouciante.

Je m'en abstiendrais si ce n'était par pure nécessité.

Je reconnait la jeune femme quand un gros chien la rejoint en silence. Kalena. Une fauconière connue pour chasser en compagnie d'un chien et d'une buse à queue rousse. Quoique les plumes de son oiseaux ne soient pas fort orangées, d'ailleurs... il doit certainement être jeune. Je réalise de la dureté de mes mots, si habituelle pour moi. Cette fille est jeune et innocente, la douceur incarnée ; elle ne fait pas partie de ces rustres que je croise généralement ni de ces guerriers au langage
fleuri. Si je lui ai craché ces mots, c'est uniquement à cause de ma mésaventure ce matin que je n'arrive pas à me sortir de la tête. Elle avait l'air si minable, si triste. J'aurais pu en avoir pitié si l'image d'elle en train de frapper ma soeur déjà morte ne m'était pas revenue en mémoire. Elle ne mérite pas ma pitié.


Excuses-moi, tu ne mérites pas que je te parle de la sorte.

Je hoche une fois la tête, repoussant la petite voix qui me hurle que je n'aurais pas dû m'excuser, que ça me fait paraître faible. Je le sais bien, mais je ne suis pas d'humeur à entamer une bagarre avec une gamine que je retournerais en deux secondes. Je n'y trouverais aucune satisfaction ni aucun mérite, ce serait complètement inutile. Du regard, je cherche une potentielle arme sur la fauconière afin de déterminer quel type de proie elle chasse, mais n'en vois aucune. Pas d'arc, pas de lame, à moins qu'elle en cache une dans ses vêtements ou dans ses chaussures.

Kalena, c'est ça? Tu n'as pas d'arme pour chasser?
Revenir en haut Aller en bas
 
[Kalena - Kirska] Chasser pour manger, manger pour chasser
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: