AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
INTRIGUE : Ca avance du côté de l'intrigue. N'hésite pas à aller t'inscrire au prochain sujet commun, par ici !
Partagez
 

 [Sabh - Alaric] La vie est un long fleuve tranquille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) [Sabh - Alaric] La vie est un long fleuve tranquille  [Sabh - Alaric] La vie  est un long fleuve tranquille  EmptyVen 18 Aoû - 18:14


La vie est un long fleuve tranquille


« Alaric & Sabh »

La jeune femme marche en sifflotant en suivant le ruisseau. Elle s’est renseignée a Alon, si elle suit le cours d’eau, elle arrivera sans problème a Ashkadi. La vérité c’est que la chamane aurait préféré découvrir Sengoli mais elle n’est pas encore trop confiante, Ashkadi semble plus paisible et elle n’est pas vraiment une femme d’action.

Elle a quitté la capitale il y a plusieurs heures et décide de s’arrêter pour manger un petit peu. Elle ouvre sa sacoche et en sort un petit pain fourré qu’elle dévore en quelques secondes puis un autre.  Toute cette nourriture pesant sur son ventre, elle décide de faire un petit somme avant de reprendre sa marche. Après tout, elle n’est pas pressée.
Elle décide de quitter le chemin pour trouver un endroit ou se reposer sans problème et finit par trouver un vieux chêne. La, elle se rappelle de sa rencontre avec Hélios quelques jours et du piège qu’il avait mis en place et décide de grimper sur la branche la plus basse au cas où. On est en journée, ça réduit fortement les risques de se faire attaquer mais on sait jamais.

Tant bien que mal, elle arrive à se hisser sur son perchoir et trouve une position pas trop inconfortable. Il n’y a rien de plus rassurant que le contact avec un vieil arbre et elle se sentait presque en sécurité… c’était jusqu’à ce que son sac glisse de ses jambes et vienne s’écraser au sol.

Sabh lâche un grognement râleur et s’apprête à descendre lorsqu’elle remarque : Tiens, c’était plus fort que je le pensais>
Elle regarde autour d’elle et voit un ours sortir d’un buisson à sa gauche et se diriger d’un pas ferme vers son sac qui contient tout ce qu’elle possède : ses herbes rares qu’elle a mis du temps à récolter, sa nourriture, son eau, sa carte !

Non, elle ne peut pas l’abandonner. Elle saute au sol et s’empare de son sac en une seconde et grimpe à nouveau dans l’arbre afin d’être hors de portée de l’ours. Elle pensait vraiment être en sécurité, quelle ne fut pas sa stupeur quand l’ours, alléché par l’odeur de son sac, se mit à essayer de grimper à l’arbre.

« Oh non… psssshhhhit, pschitt pschitt ! Va-t’en !!! »
C’était donc la, l’heure de sa fin… Elle essaie de ramper sur la branche
en s’éloignant du tronc et manque de glisser et s’étaler par terre. Mon arc, ou est mon arc ? Elle cherche et le trouve au pied de l’ours. La seule chose qui lui reste à faire est de prier ou bien…

« A L’AIDE !!! »

(c) earth and ashes
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Sabh - Alaric] La vie est un long fleuve tranquille  [Sabh - Alaric] La vie  est un long fleuve tranquille  EmptyDim 3 Sep - 12:32



❝La vie est un long fleuve tranquille… ❞
Alaric et Sabh
Trois secondes. Il n’en fallu pas plus pour lever la tête et réagir. En trois secondes, l’ours se retrouva à terre, un couteau en pleine tête. Tuer un animal n’était pas ce qu’il préférait faire. Il n’aimait pas avoir une mort sur la conscience, mais ici il était question de vie ou de mort pour la personne qui se trouvait face à l’animal. L’ours ou l’Homme ? Il n’avait pas hésité une seconde à lancer son couteau, prévu à cet effet.

Revenons un peu en arrière, avant l’incident, voulez-vous ? Oui parce que si vous connaissez un peu Alaric, vous vous dites « Mais bon Dieu que fait-il en dehors de sa boutique dont il ne sort jamais ? ». Oh, petits lecteurs assoiffés, laissez-moi vous expliquer.

La journée avait plutôt bien commencé, si ce n’est que son ventre criait famine. Il avait donc décidé d’aller chercher à manger. Si ça avait été aussi simple. Il se rendit vite compte qu’il n’avait plus grand-chose à échanger et il n’avait pas le temps de forger un outil à échanger contre de la nourriture. C’est donc avec son ventre en guise de cerveau qu’il se décida à sortir de son trou pour partir à la recherche de choses pour le troc. Comme toujours lorsqu’il sortait hors de la ville, il était armé de sa dague et d’un couteau de lancer. Oui, celui qui allait finir entre les deux yeux de la bête.

Il avait donc quitté la ville et s’était laissé emporter sur les chemins, là où son cerveau lui disait d’aller, le long du fleuve. On trouvait souvent des petites choses plutôt intéressantes. Il s’était donc, inconsciemment éloigné de la ville et longeait donc à présent, lui aussi, le fleuve avant d’entendre quelqu’un crier derrière lui.

L’ours était donc à terre, l’arme planté en plein milieu du visage. Alaric visait comme un roi. Il tira une grimace de dégoût, mélangé à de la culpabilité, en retirant l’arme de la bête. Par réflexe, il prit le sac convoité pour l’éloigner et se tourna vers la jeune femme en détresse pour l’aider à se relever et l’emmener un peu plus loin. L’animal était mort, à coup sûr, mais il valait mieux s’en éloigner tout de même. Il rendit son sac à sa propriétaire et l’observa.

-Vous n’avez pas d’arme sur vous ? C’est pas très malin de sortir sans quelque chose pour se défendre.

Il se retourna pour s’avancer vers le court d’eau, y plonger son couteau et nettoyer le sang. Il déglutit en repensant à ce qu’il venait de faire. D’habitude c’était toujours quelqu’un d’autre qui tuait les animaux, pas lui.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Sabh - Alaric] La vie est un long fleuve tranquille  [Sabh - Alaric] La vie  est un long fleuve tranquille  EmptyMar 5 Sep - 15:37


La vie est un long fleuve tranquille


« Alaric & Sabh »

L'homme sort de nul part et tue l'ours avant que Sabh ait même finis son appel à l'aide. La scène se passe avec une telle vitesse quelle en semble presque iréel pour la jeune femme. Légèrement décontenancée, elle perd la balance et se laisse tomber au sol tout en fixant l'ours. L'homme qui de part ses capacités semble à première vue être un guerrier l'aide à la relever et l'emmène un peu à l'écart.
Pendant ces quelques pas, Sabh en profite pour reprendre de l'aplomb et s'apprête à le remercier lorsqu'elle se fait rembarer et sermoné comme une inconsciente. Elle rougit violemment avant de se reprendre, tendant son dos pour avoir l'air plus impressionante -ou du moins essayer.

Elle s'apprête à lui répondre qu'elle en possède mais il lui tourne le dos pour aller rincer son couteau, ce qui lui permet de réfléchir un peu avant de parler et éviter de regretter des paroles cassantes envers quelqu'un qui vient de lui sauver la vie en en prenant une autre. Elle sent une brise fraiche sur sa peau et se tourna vers l'ours. Le vent venait la rappeler à son devoir.

La chamane se dirigea vers son sac et en sortit quelques graines. Elle creusa avec ses mains un petit trou à côté de la tête de l'ours et y déposa les quelques graines qu'elle recouvrit d'une fine couche de terre. Elle referma les yeux et la bouche de l'animal pour lui donner un attitude paisible et chuchota à son intention:

"Solas Mhic Dé ar a n-anam."


Elle se redressa et retourna près de l'homme, le vent lui transmettait l'amertume que le guerrier éprouvait et, pesant ses mots, Sabh s'adressa à lui.

"Merci de m'avoir secourru. Dans quelques mois, des fleurs pousseront là où il est mort."


Elle aurait voulu ajouter qu'il valait mieux découper sa viande et vendre sa fourrure en ville pour ne pas que sa mort soit vaine mais quelque chose lui disait que ce ne serait pas forcément bien reçu. Si pour elle la mort n'était qu'un point dans un récit, elle avait appris que certaines personnes voyaient cela comme quelque chose de triste et savait qu'il valait mieux pour elle d'éviter d'en parler trop librement.
Hésitante, elle décida de se présenter :

"Je suis Sabh, je suis chamane d'Orketa. Je possède bien un arc mais il était tombé. Et mon couteau me sert plus à couper des herbes...  Ma maladresse fait que je suis une piètre combattante. Sans vous j'étais perdue."

Elle lui fit un petit sourire gêné, presque d'excuse.
(c) earth and ashes
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
– Invité –
(#) Re: [Sabh - Alaric] La vie est un long fleuve tranquille  [Sabh - Alaric] La vie  est un long fleuve tranquille  EmptySam 9 Sep - 18:23



❝La vie est un long fleuve tranquille… ❞
Alaric et Sabh
-Oui, enfin j’ai jamais trop compris vos traditions et vos rituels. J’ai déjà essayé de comprendre pourtant mais je sais pas, je suis pas fait pour ce genre de trucs. En attendant paix à son âme, je pense qu’il n’aura plus besoin de ce qu’il a sur lui.

Alaric n’était pas particulièrement triste. Non, il était plus sous le choc de la descente d’adrénaline. Il réalisait ce qu’il avait fait. La mort n’était pas quelque chose de bien important pour lui, bien qu’il reste cordial à ce sujet. N’ayant personne à perdre, la mort de quelqu’un ne l’importait pas vraiment. Un ours encore moins. Il n’était simplement pas un fervent adepte de la chasse, bien qu’il s’y connaisse un peu. Il voyait passer des gens de pleins d’horizons différents, à la forge. Entre les chasseurs, les bouchers, les agriculteurs… Il en avait entendu des histoires et des récits techniques sur « comment labourer la terre » ou bien « comment et où abattre un animal et que faire lorsqu’il est mort ». C’est la raison pour laquelle il se débrouillait à peu près bien dans la découpe de la chair de la bête. C’était quand même très hésitant, ça se voyait dans la pratique. Puis l’odeur du cadavre et de la chair, bien qu’il soit encore frais, n’était pas particulièrement agréable. Lorsqu’il eut fini son œuvre, il posa les morceaux au sol et les observa. S’il était capable de découper les morceaux, il était incapable de reconnaître ce qui était mangeable ou non. Il ne savait pas non plus comment enlever  la fourrure. Plus il observait son travail, plus il se disait qu’il avait peut-être fait ça comme un barbare.

Il lâcha un soupir avant d’aller se passer les mains dans l’eau pour enlever le sang. Lorsqu’on le regardait, on voyait bien qu’Alaric ne pouvait pas être un guerrier. Déjà par sa manière un peu « bourrine » de parler, ensuite par son physique. Il n’était pas très grand, pas très musclé, il n’avait pas la carrure pour se battre, bien qu’il sache tout de même se défendre. Il y avait aussi qu’il n’était pas particulièrement propre : même si les guerriers n’étaient pas connus pour leur propreté, la poussière sur la peau du brun était de la poussière bien typique de la métallurgie. Quand on s’y connaissait un peu, il n’était pas difficile de voir qu’il était forgeron.

N’allez pas croire qu’Alaric était un garçon sale, il se lavait, régulièrement même. Il se trouvait un cour d’eau tranquille et enlevait la crasse comme il pouvait. C’était juste que travailler dans une forge était vraiment très salissant.

Après s’être rincé dans l’eau, il se retourna vers elle. Il avait réfléchi à la réponse qu’il lui donnerait. En y pensant, elle était tombée sur l’un des seuls jours où il s’aventurait plus loin qu’à l’habitude. Elle avait eu de la chance, vraiment beaucoup.

-Alaric, j’habite Alon. Vous avez de la chance que je m’en sois éloigné, c’est rare…

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
 
[Sabh - Alaric] La vie est un long fleuve tranquille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: