AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Do you hear that ☾ Muire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 91
Inscrit le : 18/06/2017
Crédits : Arté
Célébrité : Kylie Bunbury
Multi-comptes : Karrah & Kalevi

Keren
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Do you hear that ☾ Muire  Lun 20 Nov - 19:19

Muire
Keren
Do you hear that ?
An 150 6ème mois ☾ 3ème semaine


La rencontre avec Baako m’a beaucoup aidée, beaucoup apaisée. Comme à chaque fois, il a su trouver les bons mots et les bons gestes. Et comme à chaque fois, nous avons beaucoup parlé. Une telle communion ne m’arrive plus réellement qu’avec l’éleveur des plaines. Et je dois avoir que je suis heureuse de l’avoir trouvé et de pouvoir passer du temps avec lui. Mais je crois que dans le fond, j’aimerais pouvoir en passer bien plus en sa compagnie. Mais je ne peux pas renoncer aussi facilement à mes responsabilités et à tout ce que je dois à mon clan. Malheureusement, la voie est encore floue sous mes pas. Il est encore tôt pour savoir et comme d’habitude je laisse les choses venir à moi pour mieux les comprendre, pour faire le choix le plus harmonieux selon mes attentes et la voie à suivre. Et pour le moment, c’est à travers les plaines Askhadi puis à travers la forêt Orketa qu’elle m’a menée. Jusqu’à la frontière. Et là, le vent froid venu du nord a mordu ma peau. J’ai attrapé ces fourrures échangées avec un marchand et j’ai protégé ma peau foncée de femme du désert de l’agression froide et dure du froid nordique.

La transe, les signes, les voix, les visions tous m’ont menée jusqu’ici. Et pas après l’autre, la certitude d’être au bon endroit m’a saisie. Les murmures parlaient de guerriers aux fourrures, d’animaux sanguinaires aux regards fous. Et il n’y a que là, retranchés derrière leur frontière menant aux glaciers que de tels hommes sont retranchés. Alors sans peur, j’ai avancé. J’ai gagné les contrées plus profondes de ce territoire dans lequel je n’étais jamais venue. J’ai découvert les vents du nord, découvert leurs murmures, leurs voix, leur mordant. Un peu trop tôt encore dans l’année pour les premières neiges, j’ai cependant pu comprendre la rigueur de ces terres. Et finalement, guidée par une poussée invisible j’ai finalement trouvé une étendue de petites fleurs du nord, magnifiques, glissant et ondulant au grès du vent. Je souris en les voyants, connaissant l’utilité de ces fleurs pour des baumes soignants. Je m’accroupis vraiment étonnée d’en voir autant, et je murmure : « En voilà une merveille… ». Ganesh sautille autour de moi, nullement dérangée par le froid et l’endroit plus sauvage, plus inquiétant que ce que nous connaissons. Je souris et l’empêche d’un bras de piétiner les fleurs sauvages tout en lui disant : « Tu as vu ça ? On n’en trouve pas des comme celles-ci par chez nous… ».

_________________
OBSERVE ET ECOUTE
© FRIMELDA


Dernière édition par Keren le Ven 25 Mai - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 10
Inscrit le : 10/05/2018
Crédits : spleen.ocean/Magma
Célébrité : Olga Kurylenko
Multi-comptes : Silas

Muire
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Do you hear that ☾ Muire  Lun 14 Mai - 22:35

Keren

Muire

Do you hear that ?


Malgré une visite satisfaisante à la mer et dans le désert, rien n’était plus beau que la neige. C’était ce Muire préférait dans ses voyages : les retours à la maison. Ce n’est pas qu’ailleurs est moins bien, c’est qu’ici est parfait et tout incite à la survie. Dans Kelowna, tout était une épreuve, rester en vie était la récompense. Marcher était déjà un défi en soit, chaque pas amenait un effort supplémentaire à faire pour se sortir de la poudreuse. Marcher avec Nova, la jument caractérielle était une autre épreuve. En fait, tout le caractère de Kelowna se trouvait dans cet animal, et Muire en était particulièrement fière, parfois. Ce matin par exemple, elle avait refusée de laisser monter. Nova, pas Muire. Mais elle avait quand même envie de bouger, ainsi Muire promenait sa jument comme certains promenaient leurs chèvres.

Il lui fallait des truffes. Pas pour des rituels, pour manger. Fort heureusement pour elle, Nova faisait office de chien truffier. Ce n’était pas grâce à son flair, mais grâce aux Esprits. Nova avait tendance à se diriger tout à fait par hasard vers les coins à truffes. Une fois sur dix peut-être. Autrement c’est juste qu’elle cherche un coin pour pisser tranquillement. Ainsi, Nova promène son Shaman et l’amène jusqu’à une grande étendue de fleurs que Muire n’a toujours pas officiellement baptisé mais qui joue un rôle important chez les Kelowniens. Oh, il y a aussi une femme à la peau sombre avec une petite chèvre. Muire ne se rappelle pas avoir fumé quoi que ce soit ce matin et en conclut donc qu’il ne s’agit pas d’une illusion. Elle n’est pas d’ici, ça se sent. Les Esprits sont parfois curieux : il y a quelques semaines, c’était elle l’étrangère. « Tu es bien trop grande et trop grosse pour être une truffe. »Et c’était vrai, mais Muire pensa qu’il n’était pas bon d’établir la liste des choses que cette femme n’était pas plutôt que la liste des choses que cette femme pourrait être. Qui vient visiter Kelowna ? C’est un beau pays, mais comme elle l’avait pu le constater avec Priam, les autres clans avaient encore du mal à oublier les invasions du clan du nord. Muire arrêta de penser et observa la petite chèvre qu’elle trouva aussi mignonne qu’appétissante. « Tu joues avec la nourriture ? Quand la viande court encore, c’est qu’elle n’est pas assez cuite ! Hein Nova ? » La Shaman se retourna mais déjà sa jument s’était fait la malle. Oh, elle reviendra d’ici deux ou trois jours. En attendant, Muire croisa les bras en pinçant les lèvres et s’adossa à une branche qui craqua sous son poids et la fit chuter. Face contre terre, elle arqua un sourcil de surprise et se mit à creuser de ses deux mains et finit par caver une truffe aussi grosse que son poing. Elle sourit bêtement à l’étrangère et rangea sa découverte dans sa petite sacoche. « Alors, tu es une âme égarée ? » finit-elle par dire en faisant comme si de rien n’était.


_________________
Let the Spirits move you
Sitting in peaceful places, upon Nature's natural faces, Silent sounds of the River's rushing, The Wind with the Trees harmoniously brushing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 91
Inscrit le : 18/06/2017
Crédits : Arté
Célébrité : Kylie Bunbury
Multi-comptes : Karrah & Kalevi

Keren
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Do you hear that ☾ Muire  Ven 25 Mai - 18:18

Muire
Keren
Do you hear that ?
An 150 6ème mois ☾ 3ème semaine


Alors que je suis penchée au-dessus de ces fleurs qui ont une réelle utilité et une telle rareté par chez nous, que je ne peux que penser à en ramener. Je ne pourrais pas les cultiver, elles ont besoin d'un climat très particulier, mais je pourrais peut-être en replanter quelques-unes à la limite de la frontière orketa, cela serait plus facile pour moi d'en prélever ? Moins dangereux aussi. Je reste là, à les regarder, à me laisser happer par leur mouvement perpétuel qui me guide jusqu'à des pensées inconsciente, des idées étranges, que je ne peux qu'effleurer du bout de l'esprit sans vraiment les comprendre, sans vraiment les appréhender. J’aime cet état. Cet état où les pensées sont là, certaines sont bleues, d’autres sont nacrées, certaines n’ont pas de couleur mais plutôt un son ou une odeur. Et toutes sont importantes, elles se mêlent, elles s’assemblent, elles semblent guider par ce mouvement, comme si le vent pouvait leur donner aussi un mouvement. Comme si le vent leur susurrait d’autres idées. J’en suis sûre. La nature a toujours une voix, et elle influence le cours des choses. Mais alors que je m'égare un peu plus une voix me tire de mes pensées. Ganesh bêle en regardant l'inconnue. C'est une voix de femme, et je me tourne alors qu'elle dit que je suis trop grosse pour être une truffe. Je fronce un peu les sourcils. Je me redresse pour détailler la femme. Des cheveux noirs, des marques bleues sur le visage, des fourrures sur elle. Une femme du nord. Elle a cette aura si typique, une certaine dureté autour d'elle mais pas autant que je n'aurais pu m'y attendre.

Elle reprend la parole me demande si je joue avec la nourriture. Elle s'adresse ensuite à quelqu'un qui ne semble pas être là puisqu'elle se retourne sur du vide, en parlant d'une viande pas assez cuite si elle court encore. Je plisse les yeux avant de répondre : « Je ne joue pas avec la nourriture. Et je ne tue pas un animal si je n'en ai pas expressément besoin. Le désert à conduit Ganesh à moi, alors à présent, je veille sur elle... ». Mais avant que je n'ai réellement eu le temps de finir ma phrase, la femme s'appuie sur une branche qui craque et la voilà à terre. Elle creuse et en sort une truffe, souriant avant de la ranger et de me poser une nouvelle question. Je la regarde longuement. Elle est étrange, mais de mes transes, de mes méditations dans le désert, une image c'était imposée à moi. Celle d'une femme sous des fourrures, aussi étrange que l'hiver, aussi mystérieuse que les songes inconscients, aussi shaman que moi. Je penche un peu la tête me demandant si c'est elle, ou si c'est juste une femme dont l'esprit est abîmé. Je réponds : « Je ne crois pas être égarée… Je sais d'où je viens, je sais ce que je recherche et si d'aventure mes pas doivent me guider jusqu'à mon but alors je pourrais en remercier ces vastes terres enneigées. Sinon, je rentrerais chez moi, jusqu'à ce qu'à nouveau le chemin de mes recherches s'ouvrent devant moi ». Je ne suis pas perdue. Même si je ne connais pas ces lieux, je sais ce que je veux, je sais comment repartir. Enfin, je peux suivre la course du soleil. « Je m'appelle Keren, l'enfant du désert. Et toi ? ». Maintenant que nous sommes là et que nous nous faisons face, je dois avouer que je suis curieuse de faire sa connaissance.

_________________
OBSERVE ET ECOUTE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 10
Inscrit le : 10/05/2018
Crédits : spleen.ocean/Magma
Célébrité : Olga Kurylenko
Multi-comptes : Silas

Muire
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Do you hear that ☾ Muire  Dim 3 Juin - 18:58

Keren

Muire

Do you hear that ?


L’étrangère n’a probablement pas aimé la remarque qu’avait faite Muire sur ce qui s’avérait être un animal de compagnie. Le Shaman dévisageait l’animal avec une expression amusée et le ventre qui gargouillait, quand même un petit peu. C’était aussi ça Kelowna et son froid glacial : il fallait envisager tous les animaux comme repas, même les plus moches. Muire mangerait sa jument si elle avait une marmite assez grosse pour mettre des bouts de Nova dedans. Après s’être relevé, la Kelwonienne se mit genoux en essayant d’attirer la chèvre vers elle, sans succès. « Tu sais, je connais bien le désert, je l’ai vu et entendu. » La femme à la peau bronzée avait laissé suffisamment d’indices dans ces paroles qui vinrent confirmer les premières intuitions de Muire : c’était une Shisayo.

Cette poésie dans les paroles… Ça lui rappelait quelqu’un : elle-même. Néanmoins, il se pouvait très bien que cette femme ait consommé des substances exotiques au préalable. L’étrangère lui répondit : l’incompréhension s’était installée sur le visage de Muire, juste à côté des tatouages là. « De quoi ? dit-elle en clignant nerveusement des yeux. Des recherches ? Quelles sortes de recherches ? » La curiosité avait pris le dessus et le Shaman se retenait de ne pas lui poser d’avantage de questions. Intriguée, elle s’était rapprochée d’elle jusqu’à pouvoir sentir l’odeur de la chèvre. À moins que ce ne fût celle de son propriétaire ?

Lorsqu’elle se présenta, Muire se raidit. Pas parce qu’elle avait vu juste, mais parce que Keren existait. Pendant longtemps, elle avait eu vent d’une Shisayo qui communiquait avec les Esprits ou qui se revendiquait tout du moins chamane. Lorsque Muire avait rencontré Uriah dans le désert, avant de s’endormir, il lui avait confirmé que cette femme était bien réelle ; mais alors très épuisée ce soir-là, tout s’était mélangé dans son esprit, si bien qu’elle n’avait pas réussi à distinguer le vrai du faux de ce qui s’était dit pendant cette rencontre au réveil. Immédiatement, elle voulut la toucher. Elle approcha une main de sa joue en demandant l’autorisation à Karen avec un regard. « Je sais qui tu es. Moi je suis… elle réfléchit un instant, un peu déçue et jalouse de ne pas avoir de titre comme elle. Muire, la… reine des neiges, dit-elle un peu honteuse parce que cela sonnait terriblement mal. J’ai parlé à Uriah, il m’a parlé de toi, je sais que tu es chamane. Enfin… ça reste encore à prouver… Tiens là, par exemple, tiens… Elle lui tapotait l’épaule et montrait les cieux. Que disent les Esprits, hm ? »


_________________
Let the Spirits move you
Sitting in peaceful places, upon Nature's natural faces, Silent sounds of the River's rushing, The Wind with the Trees harmoniously brushing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 91
Inscrit le : 18/06/2017
Crédits : Arté
Célébrité : Kylie Bunbury
Multi-comptes : Karrah & Kalevi

Keren
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Do you hear that ☾ Muire  Dim 10 Juin - 15:27

Muire
Keren
Do you hear that ?
An 150 6ème mois ☾ 3ème semaine

La femme du nord me dit qu'elle connaît bien le désert. Qu'elle l'a vu et entendu. Ainsi donc, c'est bien elle. Cette femme dont le désert m'a tant parlé. Celle qui a hanté mes vision à de nombreuses reprises. Une certaine impatience pique ma curiosité. Une fascination aussi. Cerstaine. Intense. Mais si aujourd'hui mes pas m'ont menée à elle, je ne peux m'empêcher de ressentir une certaine déception car ce n'est pas elle que je cherchais. Peut-être mon voyage sur ces terres n'est pas fini, peut-être obtiendrais-je ce que j'ai ardemment désiré. Alors c'est un fin sourire qui se dessine sur mes lèvres alors que je lui dis : « Personne ne connait vraiment le désert. Même ses enfants ont parfois bien du mal à le cerner. Il se montre tantôt séducteur, tantôt froid, tantôt amical, tantôt ennemi... Mais telle est sa façon d'être ». Et je l'accepte. Mieux que quiconque je comprends ses dangers et ses méandres. Pour autant, même moi je ne peux me vanter de vraiment le connaître. Malgré toutes les heures que nous avons passées ensemble. Peut-être m'aime-t-il plus que ces autres enfants pour me tolérer autant. Peut-être m'aime-t-il un peu plus, parce qu'il m'a sauvé, parce qu'il a guidé mon maître jusqu'à moi, alors que l'esprit du lac me sauvait des griffes des crocodiles.

Puis, elle questionne sur mes recherches, visiblement surprise par mes paroles et par mes propos. Curieuse, elle se permet de me demander quelles sortes de recherches j'effectue. Je ne perds pas mon sourire et lui répond : « Des recherches très humaines... Trop sûrement... ». Je regarde autour de nous, cherchant autour de nous des signes qui pourraient m'orienter vers celle que je cherche. Mais pour l'heure, rien ne semble sortir du paysage. Je repose mon regard sur elle pour dire : « Ma sœur disparue, emmenée quelque part sur les terres du nord... ». Aujourd'hui, m'ont chemin m'a guidée jusqu'ici. Mais demain, où me mènera-t-il ? Je ne peux le savoir, seul les esprits en décideront. Les esprits de la nature, principalement. « Peut-être sais-tu quelque chose à propos d'une shisayo arrachée à sa famille ? ». Par les barbares du nord. Trouvée en Pankara, bien loin de chez elle, et amenée ici, quelque part au milieu du froid du nord. Perdue.

A son tour, la femme se présente. La présence sentie dans les visions offertes par le désert porte à présent un nom et une image. Muire, la reine des neiges. Je ne me moque pas, bien au contraire. Je me contente d'incliner un peu la tête avec respect. Elle poursuit ensuite ses paroles en m'expliquant qu'Uriah lui a parlé de moi. Et bien sûr, elle cherche à me tester en me demandant ce que disent les esprits. Cette fois je ris un peu. C'est bien normal pour elle de chercher à me tester, n'est-ce pas ? « Nous n'entendons probablement pas la même chose. Nos vies, nos présents sont différents, et nos routes sont différentes... ». Je souris simplement, tout en ouvrant la main avec beaucoup de douceur pour venir taquiner un papillon qui passe non loin. Celui-ci considère ma main, comme s'il souhaitait s'y poser, mais en absence de nectar à butiner, le voilà qui s'éloigne. « Une fille du nord, me dit le vent, leur porte-parole, me murmurent les arbres... ». Je fais quelques pas de côté, pour venir admirer quelques-unes des fleurs qui dansent en suivant le tourbillon du vent. « Chaque élément de notre Terre prête des mots différents à qui veut bien les écouter... Et tous ont des mots bien particuliers à l'adresse de chacun d'entre nous... ». Car chaque être humain a une destinée différente. Ils s'adaptent à chacun, au moment de leur vie où ils ont besoin d'ête guidés. Et d'une journée à l'autre ces mots peuvent être différents. Voilà toute la complexité de la nature et de la vie humaine. « Douterais-tu de la parole d’Uriah ? ». Notre chef bien aimé, depuis longtemps guide de notre clan. Enfant chéri du désert qui veille sur ses jours. Qui donc oserait douter de lui…. Folie.


_________________
OBSERVE ET ECOUTE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 10
Inscrit le : 10/05/2018
Crédits : spleen.ocean/Magma
Célébrité : Olga Kurylenko
Multi-comptes : Silas

Muire
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Do you hear that ☾ Muire  Lun 18 Juin - 17:34

Keren

Muire

Do you hear that ?


L’étrangère remettait en cause l’affirmation de Muire quant à sa connaissance du désert, et elle n’aimait pas trop cela, parce qu’elle avait autant raison que tort. En voilà encore une qui avait beaucoup interprété le désert, à sa manière. Sa manière n’était pas fausse, elle était un peu trop terre-à-terre. Muire fronçait les sourcils, laissait finir l’inconnue à la peau sombre et finit par lui répondre. « Séducteur, froid, amical, inamical, elle faisait le compte sur ses doigts en même temps et s’aperçut que le petit doigt était de trop. Tu vois que tu le connais, tu parles de ce qu’il peut être ou ne pas être ! » elle avait l’air joyeuse en disant cela, elle ne pensait pas que cela pouvait être pris comme une provocation ou quelconque remise en question de ses dires. Il lui avait suffi d’un soir pour comprendre le désert, pas un jour de plus ou de moins, et c’était très bien comme cela !

Si dans un premier temps, elle resta évasive sur la nature de ses recherches, elle finit peu à peu par dévoiler qu’elle était à la recherche de sa sœur dont elle affirmait qu’elle avait été enlevée. Muire semblait surprise. Elle serrait fermement son bâton et collait ses mains sur sa tête, roulant des yeux au fur et à mesure qu’elle parlait. « Oh ! Tu dois te tromper ! On a arrêté d’enlever les gens nous ! Maintenant, nous sommes un peuple pacifique maintenant ! Quasiment…  Bien sûr, il reste la dissidence, mais je ne me risquerai pas à aller fouiller leur territoire ! Dis-moi, avant de ressembler à un glaçon, elle était comment ta sœur ? Comme toi ? Même choix de couleur ? » demanda-t-elle en passant sa main sur son visage à plusieurs reprises. Si c’était effectivement la dissidence qui détenait sa sœur, Muire n’osait pas imaginer les nombreuses difficultés qu’elle allait devoir surmonter. Elle n’était peut-être même plus en vie, mais ça, elle se gardait bien de lui dire pour ne pas la décourager.

Bien sûr que c’était Keren, mais celle qui s’était autoproclamée reine des neiges ne pouvait pas s’empêcher de la tester pour observer ses réactions.  Si Muire apprécie la tendresse de la scène, elle continue de froncer les sourcils en attendant d’obtenir une démonstration d’esprit plus consistante de la part de la chamane. Elle apprécie également la description que Keren fait d’elle et Muire, soulagée, heureuse, éclate de rire. Elle lâche son bâton qui s’écrase doucement dans la poudreuse et prend Keren dans les bras, sans demander son consentement avant. « Voilà de belles paroles ! Seul quelqu’un d’aussi barge et donc chaman pouvait dire ce genre de choses. Elle redevient sérieuse et recule subrepticement. Qui ça moi ? Nan, j’n’ai jamais douté de lui, tu sais, il y a des imposteurs partout dans ce monde de fou ! dit-elle en échappant un rire. Keren… Ke-ren… articulait-elle. Je ne sais pas ce que tu fais avec ces fleurs, en cuisine elles ne sont vraiment pas terribles. »

_________________
Let the Spirits move you
Sitting in peaceful places, upon Nature's natural faces, Silent sounds of the River's rushing, The Wind with the Trees harmoniously brushing.
Revenir en haut Aller en bas
 
Do you hear that ☾ Muire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: Kelowna-
Sauter vers: