AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 [Kalliopê - Daanis] Pour qui travailles-tu ? //

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
– Invité –
(#) [Kalliopê - Daanis] Pour qui travailles-tu ? //  Mar 16 Jan - 12:31

Pour qui travailles-tu ?
La vengeance est un plat qui se mange froid... Seulement à trop vouloir patienter,
Daanis avait perdu l'occasion de tuer celui qui avait assassiné son frère et ses neveux. Aujourd'hui, peu lui importait puisque celle qu'elle suivait désormais, et qu'elle admirait, l'avait vengée à sa place. Seulement au moment des faits, elle avait ressenti de la douleur mêlée à une certaine rancœur qui n'avait aucun moyen de s'échapper.

Elle aurait dû être plus rapide. Elle aurait dû en vouloir à Skylar de lui avoir volé cette chance de venger sa famille. Mais non, elle n'avait pas pu. Elle l'avait immédiatement appréciée... Enfin, pas tout à fait. Mais c'était arrivé assez rapidement. Elle était devenue son espionne, et cela lui allait très bien. Skylar était la chef qu'il fallait à ce clan. Elle, et personne d'autre. Toute rébellion était à proscrire et il était tout bonnement intolérable que cela se passe autrement ! Aussi, quand la brune lui avait demandé d'entrer dans la rébellion pour l'espionner de l'intérieur, elle avait décidé de se rendre à la taverne pour tenter d'écouter les conversations... Mais elle ne s'attendait pas à tomber sur une femme qu'elle avait déjà vu.

Sur le coup, elle n'arrivait plus à savoir quand cela était arrivé. Et puis tout était revenu : Sendakan. Elle avait vu cette femme parler avec Sendakan une nuit où elle espionnait l'ancien chef des Sengolis. Ils semblaient avoir une conversation privée, à l'abri des regards indiscrets... Mais pas du sien. Si quelqu'un devait bien avoir des informations sur la rébellion, c'était bien elle : une proche de Sendakan.
Mais Daanis ne pouvait pas y aller comme ça, au milieu des villageois. Non... Il fallait qu'elle soit, elle aussi, discrète. Sa capuche sur sa tête, elle s'installa au comptoir, jetant de temps à autres des regards vers la jeune femme qui discutait à une table. Et vint enfin le moment où elle se prépara à sortir de la taverne. La Sengoli décida de sortir avant elle et de s'installer dans la ruelle à côté. Elle passerait par là, c'était évident.

Et quand elle arriva à sa hauteur, elle l'attrapa avec une vitesse exceptionnelle, mit sa main sur sa bouche pour l'éviter de crier mais également pour la maintenir, et la menaça de sa dague en argent sous sa gorge. Afin d'éviter que quelqu'un les surprenne, elle l'entraîna un peu plus loin avant de prendre la parole.

« Navrée de te surprendre ainsi mais j'ai mes raisons. Au moindre geste brusque, à la moindre tentative de cri, cette lame deviendra la dernière chose que tu sentiras avant de mourir. Suis-je bien claire ? »

Sentant la jeune femme hocher légèrement la tête, Daanis relâcha son emprise, enleva la main de sa bouche et finit par le poignard qu'elle retira doucement, frôlant la peau de celle qu'elle avait maintenant face à elle. La ruelle était sombre, exiguë, mais au moins, elles étaient à l'abri des regards.

« Pour qui travailles-tu ? » lâcha Daanis, son arme toujours dans sa main.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Kalliopê - Daanis] Pour qui travailles-tu ? //  Mar 23 Jan - 15:37

Souvent, on cherche les emmerdes. Mais parfois, ce sont elles qui viennent vous chercher par la peau du cul, sans même l'avoir demandé. Pourquoi faut-il toujours que ce soit précisément à l'instant où vous envisagiez de baisser un peu votre garde, de passer une soirée tranquille, sage et sans les habituelles magouilles ? La réponse, ni Kalliopê, ni personne d'autre ne la possède à sa connaissance. Aussi sceptique qu'elle soit, parfois, une volonté farceuse semble être à l'oeuvre pour produire précisément ce genre de circonstances. De celles où l'on se retrouve plaquée contre un mur, le fil d'une arme prêt à mordre une gorge découverte, agressée par une furie aussi inconnue que menaçante.

Et dire que ce jour-ci s'annonçait si prometteur ! Après des mois loin de Moroni, presque une année entière, elle venait de réussir à renouer le contact avec un ancien ami, trouver un toit à un tarif presque réaliste pour elle-même, sa jument et son mulet, et surtout  écouler l'intégralité de sa camelote mêlant quincailleries de la Citadelle, fourrures de Kelowna et nouvelles toutes fraîches des autres clans, respectivement pour une somme rondelette et des ragots forts bienvenus sur certaines personnalités locales. En bref, une marchande honnête, quoiqu'un peu bavarde, mais respectueuse des bonnes mœurs, des lois et des traditions. Un rôle ennuyeux à la longue, mais parfaitement adapté à une journée de décrassage et de repos après des semaines de route. Tout ce qu'elle exigeait de l'heure suivante, c'était un bon repas, une chope du breuvage de son hôte, un bain, et un lit confortable sans punaises, puces ou autres parasites. Et dire que tout ceci lui paraissait déjà presque acquis ... Mais c'était avant l'intervention de la Dame Abordons-avec-surin-plutôt-qu'avec-sourire. Un personnage connu, mais plutôt dans sa variante masculine.

Retour au présent, au danger. L'esprit encore un peu engourdi par l'alcool et l'ambiance joviale de la taverne, elle ne réagit pas à temps face à l'irruption brutale de la dame, pas avant que le couteau ne soit tiré et brandit. Soit. Elle interrompt aussitôt son geste instinctif, sa main à mi-chemin de sa ceinture. Trop risqué. En lieu et place, elle se pétrifie. Pas de peur, non, mais par précaution. La dernière chose qu'elle voudrait, c'est provoquer un réflexe malencontreux de la part de son agresseuse. La dague est aiguisée, pas de doute, et un accident est si vite arrivé ... Alors dans cette situation, on acquiesce, on obéit sagement, et on file sa bourse sans faire un scandale. L'or se regagne, le sang, plus difficilement. Ce n'est pas la première fois qu'elle se retrouve dans un bourbier pareil ...

Mais celle-ci manque singulièrement de panache, tout de même. Malgré la précarité de la situation, c'en est presque comique. Entre les excuses hypocrites et la menace verbale redondante ... Mais là encore, elle s'abstient de toute réplique et garde sa langue sous contrôle. Elle hoche la tête doucement, sans rire, sans mouvement précipité. Pour un peu, elle lui jetterait les pièces dans la patte, pour accélérer les choses. Sauf que l'autre brute n'a pas l'air d'en vouloir à sa bourse, alors quoi ?

"Pour qui travailles-tu". Ah. Question épineuse, même pour elle. Uniquement à cause de son mauvais esprit, de sa cervelle tortueuse ? Non. Certes, cela n'aide pas à fournir une réponse claire, dans la mesure où elle cumule plusieurs employeurs pour sa profession la moins avouable ... et celle sur laquelle l'interrogatoire porte, ménestrels comme colporteurs sont rarement malmenés de la sorte ... mais surtout parce qu'elle travaille pour elle, in fine.

Vite, elle visualise ses options. Balancer la liste complète ? Inenvisageable. Un suicide professionnel autant que personnel. Décamper ? La dame au surin ne l'a pas rengainé. Frapper ? Pas son genre. Hurler ? Parier sur la solidarité des locaux ? Sans façons ! Donc ... baratiner. Comme toujours, ou presque.

L'air faussement nonchalante, elle défroisse sa tenue quelque peu malmenée en maugréant, n'hésitant pas à quitter des yeux la Sengoli. Peu de risques qu'elle l'attaque tout de suite !

- J'vous jure, les Sengoli et vos manières ... C'est trop compliqué de dire bonsoir normalement ?

Elle s'interrompt dans sa tâche pour braquer son regard sur le visage de l'autre. Enfin, essayer, plutôt, vu la pénombre qui règne dans la ruelle.

- Pas besoin de ton surin pour une question pareille, nan ? C'est de notoriété publique qu'une trouvère travaille avant tout pour son gosier, ses bourses et sa panse, et aussi s'qui y'a plus bas. Alors si j'ai ruiné ton mariage ou colporté des ragots sur ton cousin au deuxième degré qui a fréquenté de trop près la biquette du maréchal-ferrant, faut pas y voir la patte d'un mécène. C'est juste ce que les gens veulent entendre en échange de leurs piécettes ...

Et elle lève lentement les mains en prime, paumes ouvertes, jusqu'à les brandir au-dessus de ses épaules. Un geste d'excuse évident, quelque soit le clan. Noyer le poisson ne coûte pas grand-chose, et peut parfois donner d'excellents résultats !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Kalliopê - Daanis] Pour qui travailles-tu ? //  Ven 26 Jan - 18:25

Pour qui travailles-tu ?
Effectivement, Daanis ne faisait pas dans la dentelle, pas plus qu'elle n'avait essayé une approche en douceur avec la jeune femme. Il fallait aussi dire qu'elle était pressée par le temps et que la voir, ici, l'avait mise en rage. Elle lui faisait penser à Sendakan... Si bien que c'en était écœurant.

« Pas besoin de ton surin pour une question pareille, nan ? C'est de notoriété publique qu'une trouvère travaille avant tout pour son gosier, ses bourses et sa panse, et aussi s'qui y'a plus bas. Alors si j'ai ruiné ton mariage ou colporté des ragots sur ton cousin au deuxième degré qui a fréquenté de trop près la biquette du maréchal-ferrant, faut pas y voir la patte d'un mécène. C'est juste ce que les gens veulent entendre en échange de leurs piécettes ... »

Levant les yeux au ciel, Daanis rangeant son arme et fit un geste de la main. Son ton était mielleux, et plein de sarcasme... En somme : agaçant.

« Epargne-moi les sous-entendus, je ne viens pas pour ce genre d'affaires... Je t'ai vu avec Sendakan peu avant... Quoi qu'il en soit, vous aviez l'air en très bon termes. Etait-ce une ruse ? Un double-jeu ? »

Si cette fille arrogante et impétueuse était au courant de quelque chose, Daanis était prête à tout pour le savoir. Néanmoins, elle avait surtout l'impression de faire fasse à une opportuniste... Elle n'était pas de ceux qui agissaient mais de ceux qui réfléchissaient. Et dans le fond, c'était de cela dont elle avait besoin. Peut-être saurait-elle la renseigner et lui dire où se trouve le chef de la rébellion.

Mais pour réussir à obtenir des informations, il fallait entrer dans son jeu. Une fille comme elle n'a pas d'autre ambition que le présent. Promettre n'apporterait rien : un « tien » vaut mieux que deux « tu l'auras ».

« J'ai cette bourse pleine de pièces à te proposer. Seulement pour l'obtenir, il te faudra répondre à mes questions. Dans un lieu peut-être moins... sordide. Nous pouvons retourner à la Taverne si tu sais te montrer discrète ? C'est moi qui invite... » murmura la brune en secouant légèrement la petite bourse qu'elle tenait dans ses mains.

Non, cette femme n'allait pas « travailler » pour la gloire. Et quand on essaie de jouer à un jeu, on suit les règles. C'était forcément donnant-donnant...

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Kalliopê - Daanis] Pour qui travailles-tu ? //  Ven 9 Fév - 20:45

Et une lame rangée au fourreau, une ! Qu'elle doive ce succès à ses propres talents oratoires ou à la facette rationnelle de cette Sengoli-là, Kalliopê n'en a cure. Elle ne risque plus d'être égorgée dans l'instant, que demander de plus ? Pour un clan qui a produit Sendakan et la cheftaine actuelle, parlementer sans acier au clair doit déjà demander un certain effort ... Oh, elle apprécie le danger, mais quand il se drape dans un peu plus de panache qu'une mort sordide dans une ruelle à coup de surin fût-il d'argent. Voilà un sort qui manquerait d'ampleur dramatique !

Ignorer ces considérations-là, se recentrer sur le discours de son agresseuse. Vue avec Sendakan, peu avant ... zut, flûte et mute. Difficile de prétendre que ce porcin était l'un de ses amis, certaines affabulations sont trop grosses, même pour elle ... et voilà qui risquerait de voir le retour du poignard, si cette affaire est aussi personnelle pour Lame-clinquante qu'elle semble l'indiquer. Difficile aussi de lui faire comprendre qu'ils n'étaient pas en si bon termes que ça. La politesse et la courtoisie ne doivent pas lui parler tant que ça, à en juger par sa manière d'aborder une étrangère. Sendakan voulait quelque chose qu'elle avait, elle a marchandé, elle a été payée. Voilà, fin de l'histoire.

- Ça s'appelle le sens des affaires, ça, ma bonne dame. J'avais ce qu'il voulait, et si le faire rire ou m'esclaffer à chacune de ses piètres tentatives d'humour pouvait me garantir une meilleure récompense, et bien ... Y'avait pas mort de femme, au pire de mon ego, mais il est plus coriace que ça.

Et voilà que la sengoli se décide à employer des arguments plus ... scintillants. Pour un peu, la ménestrelle se sentirait presque de lui asséner une leçon sur l'ordre naturel d'une négociation, mais soit, ce serait pousser le bouchon un peu loin alors que s'annonce une issue nettement plus agréable que toutes les autres entraperçues depuis l'irruption de l'inconnue. En soit, l'argent lui est bien indifférent, surtout lorsqu'elle a les bourses déjà bien pleines, mais le plaisir des intrigues alambiquées, lui ... Soit, vendu. En modèle de conciliation et de tempérance, elle écarte les bras dans un geste accueillant et chaleureux.

- Si par discrète, tu entends "Ne pas plaquer les gens contre un mur en les menaçant avec une dague", alors je suis ta femme !

D'un pas léger, elle s'écarte du mur et se fend d'une révérence maîtrisée.

- Kalliopê, troubadour et colporteuse à l'occasion, mais certainement pas coupeuse de gorges ! Je dois avouer que la suite m'est inconnue ... je passe devant, tu passes devant ? Tout l'aspect surin dans le dos, menaces, tout ça ... je suis pas tout à fait au point.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Kalliopê - Daanis] Pour qui travailles-tu ? //  Dim 25 Fév - 12:44

Pour qui travailles-tu ?
Quelle arrogance ! N'avait-elle aucune idée de la situation dans laquelle elle se mettait? A trop vouloir jouer sur tous les fronts, il était possible qu'un jour, cela nous retombe dessus.

« Ça s'appelle le sens des affaires, ça, ma bonne dame. J'avais ce qu'il voulait, et si le faire rire ou m'esclaffer à chacune de ses piètres tentatives d'humour pouvait me garantir une meilleure récompense, et bien ... Y'avait pas mort de femme, au pire de mon ego, mais il est plus coriace que ça. »

Oui effectivement, c'était une façon de voir les choses. Daanis avait déjà abusé de son charme pour obtenir des informations, ou encore pour s'attirer la sympathie d'un homme peu réfléchi. Ils étaient si naïfs... Alors, oui, Sendakhan devait évidemment faire partie de ce panier : le haut du panier des imbéciles qui ne réfléchissent que rarement avec leur cerveau.
La forgeronne soupira. Inutile de la menacer, elle ne faisait pas partie des gens impressionnables. Non, avec...

« Kalliopê, troubadour et colporteuse à l'occasion, mais certainement pas coupeuse de gorges ! Je dois avouer que la suite m'est inconnue ... je passe devant, tu passes devant ? Tout l'aspect surin dans le dos, menaces, tout ça ... je suis pas tout à fait au point. »

… Il valait mieux jouer sur la finesse. Alors Daanis sourit et d'une révérence arrogante, lui indiqua le chemin vers la taverne. Oui, c'est Kalliopê qui passerait devant, bien entendu. Elle sentait bien qu'elle n'était pas du genre à l'attaquer en traître mais il valait mieux prévenir.

« Après vous, Kalliopê » déclara l'espionne de Skylar, un large sourire aux lèvres.

Et elle la regarda un instant avant qu'elles ne se dirigent toutes les deux vers l'endroit. Finalement, une fois dans l'enceinte, elles s'installèrent une table.

« Daanis, forgeronne, » se présenta la brune. « Puisque vous semblez si ouverte sur les propositions disons... sonnantes et trébuchantes, peut-être pourriez-vous m'informer sur certaines choses... »

Daanis devait bien avouer qu'elle trouvait la troubadour plutôt charmante. Il aurait été fort dommage d'abîmer son visage... Mais ce n'était pas dans ses plans, ou plus. Elle n'était pas du côté des traîtres, pas plus que du côté des Sengolis. Elle était opportuniste et on ne pouvait pas l'en blâmer.

« Je ne vais pas passer par quatre chemins... Connaissez-vous la rébellion ? »
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
 
[Kalliopê - Daanis] Pour qui travailles-tu ? //
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: