AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 [Saffira - Eoghan] La plume et l'épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
– Invité –
(#) [Saffira - Eoghan] La plume et l'épée  Mer 21 Fév - 11:43

Depuis qu’Eoghan avait décidé de parcourir le monde pour rejoindre les différents clans, il ne pouvait pas dire que cela avait toujours été de tout repos. Mais il appréciait justement de ne jamais savoir comment les choses allaient se passer. C’était, d’après lui, ce qui faisait le piment de la vie. Même s’il voyageait seul, la seule compagnie de sa jument lui suffisait. Au moins il n’avait pas à s’adapter au rythme de quelqu’un d’autre même s’il devait avouer que la compagnie d’un autre être humain lui manquait un peu pendant ses voyages. Il savait qu’il en avait encore pour plusieurs heures avant d’arriver à destination mais le soleil commençait déjà à décliner. Voyager de nuit n’était pas forcément ce qu’il y avait de plus sûr et il valait mieux qu’il fasse une halte maintenant plutôt que d’épuiser inutilement son cheval et de le stresser pour rien à cause du manque de visibilité et des bruits que pouvait produire l’obscurité.

Eoghan mit pied à terre et ramassa des branches sèches et quelques brindilles avant de rassembler le tout pour former un feu de camp qu’il entoura de pierres. En guise de siège, il avait la souche d’un tronc d’arbre. Un peu dure mais il savait se contenter de peu de choses. Il veilla à donner à boire à sa jument et la laissa brouter en paix, l’attachant à un arbre tout en lui laissant une bonne allonge pour qu’elle puisse bouger à l’envie. De son sac de voyage, il extirpa un morceau de pain dont il coupa une tranche avant de commencer à l’entamer tout en sortant une gourde de vin. Un craquement lui fit redresser la tête. Peut-être un animal qui trainait dans le coin. Rien d’anormal. Mais il n’en était rien. Deux hommes assez jeunes apparurent et s’approchèrent du feu.

« Alors, on s’est perdu ? On t’a jamais vu dans le coin. »

Eoghan n’était pas du genre à s’offusquer pour rien et même si leurs intentions semblaient belliqueuses aux vues de leurs épées dégainées, il ne s’en affola pas pour autant. Il leur sourit même, levant sa gourde de vin.

« En effet, je suis un simple voyageur. Vous aimeriez partager une coupe de vin avec moi ? »

Les deux hommes se regardèrent un bref instant avant de se mettre à rire.

« Pourquoi se contenter d’une coupe quand on peut avoir la gourde en entier ? Et le reste aussi. »
« Le reste ? Je ne possède rien. Rien de valeur en tout cas. »
« Hé bien c’est ce qu’on va voir. On va prendre le contenu de ton sac. Et puis ton cheval. »
« C’est une jument à vrai dire. »
« Tu te crois malin ? Allez, donne ça ! »

L’un d’eux s’approcha pour lui prendre le sac, fouillant dedans. Eoghan soupira doucement, ne comprenant jamais le besoin qu’avaient les gens de voler ceux qui n’avaient déjà pas grand-chose. Cela lui rappela une légende des anciens temps.

« Prenez donc mon sac mais laissez-moi ma jument. Je tiens à elle et j’en ai besoin pour terminer mon voyage. »
« Oh mais on te demande pas ton avis. »
« S’il vous plait ? »

Eoghan se leva pour s’approcher de la jument, comme pour la protéger. L’un des hommes lui barra la route et donna un coup d’épée dans sa direction. Sans doute plus dissuasif qu’autre chose car Eoghan n’était pas du genre menaçant malgré sa carrure. Eoghan esquiva le coup sans difficulté et désarma l’homme par la même occasion, ce qui laissa ce dernier stupéfait. Même si Eoghan n’était plus un guerrier depuis longtemps, il avait gardé des réflexes.

« Inutile d’en venir aux mains, prenez ce que vous voulez et partez. »

Mais les hommes ne semblèrent pas l’entendre de cette oreille. Celui qui lui faisait face se jeta sur lui dans un grognement de rage. Eoghan fit de son mieux pour éviter ses coups sans jamais en porter mais il ne put résister à l’assaut cumulé du second compère. Rapidement, il fut mis à terre et roué de coups de poings et de pieds. Par chance, ils n’usèrent pas de leur épée pour le moment. Eoghan se protégeait autant qu’il le pouvait, les laissant se défouler en espérant que cela les calmerait.

« Tu vas crever, fils de chienne ! »

Peut-être qu’au fond, sa dernière heure était arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Saffira - Eoghan] La plume et l'épée  Jeu 22 Fév - 17:17

Saffira termina de préparer Kyros, soupirant doucement. Elle ne comprenait toujours pas pourquoi Gaios lui avait demandé de quitter la Capitale. Visiblement, il savait quelque chose qu'elle ignorait mais il ne voulait pas lui dire quoi. Il désirait qu'elle le sache d'elle même. Saffira estimait que c'était bien plus rapide s'il lui disait de quoi il s'agit. Gaios lui avait simplement dit d'aller vers la Citadelle et de trouver une personne. Tout ce qu'elle avait, c'était le prénom d'une personne, une femme, qu'elle devait trouver. Pourquoi ? Elle n'en savait rien. Il lui avait donné un pendentif que Saffira n'avait jamais vu de sa vie. Elle soupira à nouveau et se tourna vers l'homme qui était appuyé sur sa canne, sur la pas de la porte de la maison.

« J'y suis forcée ? Je veux dire... Et toi ? Comment tu vas te débrouiller ?? »

Saffira était tout aussi inquiète de partir à l'aventure seule en terre inconnue que de laisse Gaios tout seul ici, alors qu'il n'était plus trop en forme. Elle se demandait même si Gaios ne cherchait pas à l'éloigner parce qu'il sentait que son heure arrivait.

« Oui, tu y es obligée Saffira... »

Gaios se déplaça en clopinant et vint embrasser le front de la brune qui faisait une moue boudeuse. D'une tape amicale sur la joue, il l'encouragea à monter sur sa monture. Saffira l'observa un moment avant de monter sur le dos de son cheval, s'installant confortablement. Elle attrapa les rênes et observa son oncle une dernière fois avant de talonner son étalon. Elle quitta la capitale avec beaucoup de regrets mais si Gaios lui disait de le faire, alors elle devait le faire.

La jeune femme était partie assez tard. Elle allait devoir voyager de nuit malgré qu'elle n'aimait pas ça. Alors qu'elle longeait le chemin, occupée à faire tourner le fameux pendentif entre ses doigts, elle remarqua un peu de lumière plus loin dans les bois, fronçant les sourcils. Était ce un camp de voyageurs ? Pourtant, Saffira pouvait entendre des voix et de bruits étouffés. Doucement, curieuse de savoir de quoi il s'agissait, Saffira mit pieds à terre et se faufila discrètement jusqu'au feu de camp. Un homme était au sol tandis que deux autres semblaient s'acharner sur lui. Saffira n'était pas réellement le genre de personne à se mêler de ce genre d'histoire mais là, il y avait un cas d'inégalité et elle n'aimait pas ça. Devait elle réellement se mêler de ce qui ne la regardait pas ? Saffira allait tourner les talons quand les mots d'un des agresseurs lui fit froncer le nez de dégoût. Lentement, elle attrapa une flèche dans son carquois et l'encocha à son arc avant de viser. L'un des hommes était face à elle et redressa la tête pour rire à gorge déployée. Gorge qui reçue une flèche, la traversant de part en part. Sans attendre, Saffira décocha une seconde flèche sur le second homme, pile dans son entrejambe. Pas sûr qu'il puisse s'en servir à nouveau. Une fois que l'homme désormais eunuque s'éloigna en pleurant, Saffira quitta sa cachette, se dévoilant enfin. Elle vint aider l'homme à terre et se relever et l'observa un moment.

« Un grand garçon comme vous n'a pas réussi à arrêter deux abrutis comme eux ? » S'étonna la brune.

La Pankara s'agenouilla près du corps d'un des agresseurs et le fouilla, cherchant de quoi récupérer du butin. Elle n'était pas voleuse mais il se servirait plus de ses trésors désormais. Elle récupéra une bague qui aurait sûrement de la valeur et la fourra dans sa besace. Elle se redressa et observa l'homme.

« Vous devriez trouver un refuge dans un village. Il y en a un, un peu plus loin dans cette direction... Ça vous éviterait de tomber sur des dépouilleurs... »

À ces mots, elle s'éloigna pour regagner la route et rejoindre son cheval.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Saffira - Eoghan] La plume et l'épée  Ven 23 Fév - 9:49

Alors que les coups pleuvaient sur lui, Eoghan se demandait s’il n’allait pas finir par y rester puisque cela semblait être le souhait de ses agresseurs. Il se demandait bien ce que cela pouvait leur apporter de le tuer alors qu’ils pouvaient simplement se contenter de le voler. Ce n’était pas comme s’il opposait beaucoup de résistance. Surtout qu’au fond, il ne possédait pas grand-chose. Un bien piètre butin qu’ils auraient là. Eoghan tenta tout de même de se dégager suffisamment pour pouvoir les regarder et leur demander d’arrêter. Il trouverait bien quelque chose pour les convaincre...

« Me tuer ne servira à rien… N’entachez pas votre âme d’un meurtre… »

L’un des assaillants stoppa ses gestes mais juste pour rire comme un dément. Rire qui fut interrompu par l’arrivée d’une flèche en travers de sa gorge. Ce ne fut plus qu’un gargouillis dégoutant qui s’échappa de ses lèvres. Eoghan haussa les sourcils de surprise. Avait-il un ange gardien ? Peut-être que les esprits lui avaient envoyé quelqu’un pour le sauver. L’autre agresseur fut blessé et préféra fuir. Au moins il restait en vie. Eoghan se redressa légèrement en observant le fuyard partir avant de lever les yeux vers celle qui avait interrompu cet étalage de violence inutile. Il s’agissait non pas d’un grand gaillard aguerri mais d’une jeune femme aux traits fins. C’était plutôt surprenant bien qu’Eoghan savait qu’il ne fallait pas se fier aux apparences. Son regard semblait indiquer qu’elle en avait déjà vu beaucoup pour son âge. Comme elle vint l’aider, il en profita pour se lever et l’observer en souriant alors qu’elle se moquait gentiment de lui.

« J’ai essayé de les dissuader mais… leur soif de violence a été la plus forte. Je ne voulais pas les blesser… La violence n’apporte rien de bon. Mais je dois dire que sans ton intervention, je ne serai sans doute plus de ce monde. Alors je t’en remercie beaucoup ! »

Même s’il ne la connaissait pas, il la tutoya aussitôt. Il était très rare qu’il vouvoie quelqu’un à vrai dire. Il trouvait que cela mettait des barrières inutiles entre les gens sous couvert d’une fausse politesse. Ne pouvait-on pas être poli mais chaleureux sans passer par ce vouvoiement ? Eoghan observa la jeune femme récupérer un maigre butin sur l’agresseur mort. Elle faisait bien. Il n’en aurait plus besoin de toute façon alors autant ne pas gâcher. Une fois qu’elle eut terminé son inspection, Eoghan prit le relai. Il retira les gants, les bottes et la ceinture du cadavre pour ne lui laisser que le strict minimum avant de le trainer un peu plus loin. Il entreprit alors de lui fermer les yeux tout en récitant tout bas une prière à l’adresse des esprits, demandant de pardonner cet homme pour ses actes. Brigand ou pas, son âme ne devait pas se retrouver à errer sur terre. Il lui croisa ensuite les bras sur le torse dans une posture mortuaire sacrée avant de revenir vers la jeune femme. Il terminerait plus tard. Priorité aux vivants. La jeune femme dont il ignorait encore le nom lui proposa de se rendre dans un village pour être à l’abri tout en remontant sur son cheval. Elle partait déjà ? Eoghan s’approcha d’elle.

« Merci pour l’information. Mais peut-être que nous devrions faire camp ici. La nuit est quasiment là et nous n’aurons pas le temps d’atteindre un village ou une zone plus sûre. Maintenant que nous sommes deux, je doute qu’il nous arrive quelque chose de regrettable. Surtout avec ton habileté à l’arc ! Nous n’aurons qu’à faire un tour de garde chacun notre tour. Et puis… je dois te remercier. Reste donc au moins pour la nuit. »

Il lui sourit puis retourna vers ses affaires, s’asseyant près du feu. Ouvrant son sac, il en sortit sa gourde de vin ainsi que deux gobelets.

« J’ai du bon vin ! Prends en donc un verre avec moi ! »

Il remplit alors les deux gobelets et attendit qu’elle s’approche pour lui tendre un des verres.

« Je ne connais pas encore ton nom. Je suis Eoghan. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Saffira - Eoghan] La plume et l'épée  Lun 26 Fév - 15:12

Saffira n'avait jamais tué personne avant aujourd'hui. Elle n'en avait tiré aucune satisfaction et se sentait presque un peu coupable. Mais elle avait pris une vie pour en sauver une autre. Peut être que les dieux ne lui en voudront pas trop après tout. Selon elle, rien n'arrivait par hasard. Si elle avait sauvé cet homme, c'était pour une bonne raison. Une raison qui lui échappait cependant. La brune soupira doucement, observant l'homme. Il avait la carrure d'un guerrier et pourtant, il s'était laissé frapper sans broncher. Saffira n'hésita pas à se moquer légèrement de lui et sa réponse lui fit hausser les sourcils. Ces hommes n'ont pas hésité. Il se serait laissé tuer sans rien dire sous prétexte que la violence ne résolvait rien ? Saffira se demandait quel genre d'homme il était pour avoir ce genre de pensées.

« Ça n'aurait rien eu d'honorable de se laisser tuer par deux imbéciles de brigands... » Souffla la brune.

Saffira estimait avoir fait une bonne action. Si bien qu'elle se servit sur le cadavre pour récompense. Une fois son butin dans sa poche, la jeune femme entreprit de quitter l'homme, lui indiquant un village non loin pour se mettre à l'abri. Une fois qu'elle fut remontée sur sa selle, l'homme la retint. Elle posa son regard sur lui. Il voulait qu'elle reste avec lui et elle se demandait pourquoi. Elle ne comptait pas s'arrêter déjà, c'était trop tôt pour elle. Mais elle se disait que l'homme comptait sur leur équipe pour repousser les éventuels assaillants. Quoi qu'elle doutait qu'il se fasse de nouveau attaquer. Où alors, c'était vraiment pas de chance. La jeune femme hésita un long moment. S'arrêter maintenant retarderait son départ. Elle avait quitté Gaios quelques heures plus tôt et elle avait voulu faire une journée et demi de marche avant de se reposer. Cependant, elle ne pouvait pas laisser cette âme qu'elle venait de sauver toute seule. Il risquait de se faire égorger dans son sommeil. Finalement, Saffira quitta sa monture et se dirigea vers la feu de camp avec elle, l'accrochant à un arbre.

« Je reste... Mais pas parce que tu as du vin mais parce que j'ai peur que tu finisses éventré... Je dois me rendre rapidement jusqu'à la Citadelle. Donc juste pour cette nuit ! »

Saffira ne comptait pas jouer les gardes du corps non plus. La Pankara déballa ses affaires et posa une couverture sur le sol avant de s'asseoir dessus, soupirant légèrement. Elle attrapa le verre tendu.

« Enchanté Eoghan. Je m'appelle Saffira. Tu n'es pas du coin n'est ce pas ? » Demanda la brune en fouillant dans son sac. « Tu veux du poisson séchée ? » La jeune femme sortit un paquet qu'elle ouvrit avant de prendre un morceau qu'elle coinça entre ses dents, tendant le reste à Eoghan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Saffira - Eoghan] La plume et l'épée  Mar 27 Fév - 11:40

Même si elle ne rajouta rien sur le sujet, Eoghan sentit bien que sa sauveuse ne comprenait pas son comportement. Comment pouvait-il se laisser faire alors qu’il aurait aisément pu se défendre ? Jusqu’au bout, Eoghan restait persuadé qu’il y avait du bon en chacun et il ne voulait causer la mort de personne. Mais à cause de lui, quelqu’un d’autre avait dû s’y coller. Une jeune femme qui plus est. Beaucoup de gens avaient eu à tuer au cours de leur vie mais il savait que certains n’en tiraient aucune fierté. D’ailleurs la jeune femme ne semblait pas avoir envie de fanfaronner. Elle l’avait juste aidé, quel qu’en fut le prix et il lui en était reconnaissant pour ça. Finalement, la jeune femme répliqua que cela n’aurait rien eu d’honorable. Forcément, cela n’aurait servi à rien de mourir. Ou peut-être que si. En tout cas pas pour lui mais pour les fameux brigands. Si Eoghan devait mourir, il voulait que ce soit de façon utile pour quelqu’un d’autre.

« Honorable non. Mais peut-être que cela aurait eu un autre impact, qui sait. En tout cas… merci de m’avoir sauvé. Je te suis redevable. »

Il inclina la tête et la laissa vaquer à ses occupations tandis qu’il s’occupait du cadavre de l’un de ses agresseurs. L’inconnue voulait déjà disparaitre. Comment allait-il rembourser sa dette si elle partait ? Il lui proposa du vin et même de passer la nuit ici. A deux on était toujours mieux. C’était un peu la devise d’Eoghan même s’il faisait souvent ses trajets seul. Tout le monde n’avait pas la bougeotte comme lui. La jeune femme accepta de rester pour une raison plutôt altruiste, qui fit sourire Eoghan. Sous les airs un peu revêches que se donnait la jeune femme, elle semblait être plutôt attentionnée.

« Tu as une bonne âme… Je suis heureux d’avoir croisé ta route. Et pas juste parce que tu m’as empêché d’y passer. Prend ta pause cette nuit et tu pourras sans doute finir rapidement ton trajet jusqu’à la Citadelle. Ta monture sera plus fraiche. »

Il tendit le verre de vin à la jeune femme prénommée Saffira puis vint cogner le sien contre avant de boire quasiment tout le contenu d’une bonne lampée. Elle semblait avoir remarquer qu’il n’était pas du coin et il se demanda ce qui l’avait trahi à ce point. Alors qu’elle lui proposait du poisson séché, il hocha la tête et attrapa le paquet qu’elle lui tendait.

« Vin et poisson se marient très bien ! Merci Saffira. C’est un beau prénom. Mélodieux. Et j’ignore comment tu le sais mais non, je ne suis pas vraiment du coin. Je viens d’askhadi mais je voyage pas mal. » il attrapa un morceau de poisson et lui rendit le paquet, le mangeant avec appétit « Délicieux. Laisse moi deviner maintenant… Pankara ? »

Bon il était dans la région il fallait dire et le poisson donné était un gros indice. Là il s’y risquait assez peu à vrai dire. Mais on ne savait jamais. Il termina son verre de vin puis entreprit de nettoyer le sang de son visage avec un peu d’eau.

« Si tu n’y vois pas d’inconvénient, je vais t’accompagner à la Citadelle. Il faudra que je m’y rende aussi de toute façon. Et j’ai une dette à rembourser. Ca risque d’être compliqué si tu es loin de moi ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
– Invité –
(#) Re: [Saffira - Eoghan] La plume et l'épée  Jeu 1 Mar - 15:56

Et voilà, Saffira avait sauvé une vie et maintenant, cette vie estimait qu'elle lui était redevable. Saffira en aurait soupiré si ce que l'homme avait dit ne venait pas de lui donner un haut-le-cœur. La jeune femme ne voyait pas bien comment sa mort aurait pu avoir un impacte important. Les deux hommes qui l'avaient attaqué était sûrement deux imbéciles trop flemmards pour se trouver un travail convenable et devenir des gens bien. Agresser les voyageurs semblait être une décision tout à fait normal pour eux. La jeune femme secoua doucement son visage avant de passer une main dessus. Cependant, le laisser ici tout seul restait risqué. Enfin, à supposer qu'il puisse subir une autre attaque. Dans ce cas, cet homme devrait sûrement rentrer chez lui et y rester.

Un petit ricanement franchit les lèvres de Saffira qui leva les yeux au ciel. Une bonne âme ? Elle n'en savait rien. Elle ne prônait pas non plus la justice mais deux hommes qui attaquent un voyageur qui refuse de se battre, elle trouve que ça n'a rien d'honorable et que c'est punissable. Loi ou non. La brune s'était assise sur le sol et avait pris le verre que Eoghan lui tendait. Elle fit tourner le liquide en faisant une moue songeuse.

« Je viens de quitter la ville en vérité. Donc, on est fraîche ma monture et moi... Je t'ai dis que si je restais c'était uniquement pour protéger tes fesses... »

Pour accompagner le vin, Saffira proposa du poisson séché. Elle sentait que la nuit allait être longue. Surtout, elle se demandait pourquoi Gaios lui avait demandé de se rendre à la Citadelle. Qu'est ce qu'elle devait chercher ? Saffira leva les yeux vers Eoghan, l'observant un long moment avant de sourire légèrement.

« Merci pour le prénom. C'est mon père qui l'a choisi. » Souffla la brune en fourrant un bout de poisson entre ses lèvres. « Et tu sais, tous les Pankara connaissent la distance entre chaque ville et village. Donc, si tu étais un Pankara, tu serais resté à la dernière ville que tu as passé pour y dormir pour éviter de devoir le faire dehors au risque de te retrouver face à face avec des bandits... » Elle reprit un morceau de poisson. « Oui ! C'est fou ça, comment tu as deviné ?? »

Saffira se moquait gentiment de lui et ça se voyait à son sourire. La jeune femme termina de manger et finit par s'allonger, prenant son sac comme oreiller. Elle croisa les chevilles et plaça ses mains derrière sa nuque, fixant le ciel à travers les arbres. Au loin, elle pouvait entendre les vagues s'écraser contre les rochers de la côte. Bientôt, ce son ne serait plus qu'un simple souvenir. La jeune femme tourna son visage vers Eoghan.

« Tu n'as rien à me rembourser... »

À ces mots, la jeune femme se tourna sur le côté, dos à Eoghan. Et croisa les bras contre sa poitrine. Elle sentit son pendentif glisser le long de son cou et tomber sur la couverture. Saffira l'attrapa doucement entre ses doigts et soupira doucement, l'observant. Ses parents lui manquaient. Ils n'avaient pas le droit de lui manquer. Mais surtout, pourquoi Gaios tenait il à ce qu'elle quitte les Pankara pour se rendre à la Citadelle. Fourrant son pendentif dans son veston, Saffira ferma les yeux.

« Demain, on part avant l'aube. Bonne nuit Eoghan... »
Revenir en haut Aller en bas
 
[Saffira - Eoghan] La plume et l'épée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Flood & cie :: Les archives du forum :: Archives des rps-
Sauter vers: