AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Nous ne sommes pas du même monde - ft. Danika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 169
Inscrit le : 20/02/2018
Crédits : Ava© SYGIN. | Sign© Beylin | Gifs© Tumblr
Célébrité : Katheryn Winnick
Multi-comptes : Ligeia

Nagga
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Nous ne sommes pas du même monde - ft. Danika  Lun 12 Mar - 6:28

Nous ne sommes pas

du même monde
Danika & Nagga — Fin 03.150
V
oilà presque plus trois terribles et interminables mois que sa douce maîtresse lui avait été arrachée et qu’elle avançait seule en ce monde. Elle vivait avec la dissidence depuis un certain temps maintenant et apprenait à gérer sa nouvelle liberté entre-temps. Après onze ans de vie d’esclave, son statut d’affranchie lui semblait étrange et surtout pas approprié pour elle. Mais elle devait avouer être soulagée de ne pas devoir appartenir à une autre personne, cela aurait été pire encore que de redevenir une femme libre. Puis elle était plus utile depuis aussi, elle était plus libre de ses mouvements et d’agir. Avec Ymir elle avait commencé à apprendre le combat plus poussé pour pouvoir l’accompagner sur les champs de bataille. C’était sa seule motivation aujourd’hui, venger sa Reine et savoir tenir une arme et enlever la vie était sa meilleure chance pour y arriver. Elle n’avait plus rien, absolument rien dans sa vie à cause de cette foutue rousse idiote et incapable. Elle la lui avait prise. Elle avait osé lui prendre sa raison de vivre et la personne qu’elle aimait le plus en ce bas monde. Nagga allait le lui faire payer. Malheureusement elle ne la tuerait pas, cet honneur revenait à Ymir, mais elle s’assurerait de la faire souffrir suffisamment pour s’en contenter. Et pour ça elle ferait tout son possible pour devenir plus forte.

M
ais ses tâches ne se limitaient pas aux entrainements à Port-Victoire. Elle offrait ses services comme elle le pouvait et se rendait aussi utile que possible. En général c’était surtout du travail manuel, comme elle n’y connaissait absolument rien en guérison ou soin à donner aux blessés. Elle pêchait, faisait des filets et depuis un petit moment elle cherchait un moyen de faire pousser deux trois choses. Certes, ses connaissances en la matière remontaient à loin, mais ça ne s’oubliait pas vraiment. C’était compliqué aussi, la terre ici était froide et pas tout à fait faite pour les pousses. Elle ne voulait pas non plus faire un champ complet, elle n’espérait pas tant. Mais quelques plantes médicinale et petits fruits ne pouvaient pas faire de mal.
Pour cette tâche elle avait par contre du faire une chose qui l’embêtaient ; demander des esclaves en mains d’œuvre. Des gens de son ancienne terre natale surtout, elle ne voulait pas d’incompétents avec elle, ça l’énerverait trop. Ça lui faisait étrange de diriger des gens, elle ne s’y faisait pas. Elle n’était franchement pas faite pour ça, mais il le fallait. Le problème, c’est qu’ils avaient un espace limité et elle ne pouvait donc pas faire pousser n’importe quoi- ou du moins, essayer. Apparemment, la chose d’Ymir était une bonne guérisseuse, mais elle était limitée par sa non-connaissance des plantes. Alors elle fournirait quelques plants à la demoiselle pour qu’elle voie avec laquelle elle se sentait le plus à l’aise et elle la ferait pousser de son mieux.

A
lors elle allait chercher la jeune femme dans le coin dans lequel on la laissait quand ses services n’étaient pas requis. Elle s’était arrangée avec Ymir et l’autre homme, elle ne comprenait pas vraiment cette histoire entre eux, mais elle ne s’en mêlerait certainement pas. Passant la surveillance, elle chercha la fameuse Danika et la trouva en retrait. Elle ne semblait pas très appréciée par les autres, elle connaissait ça. Être le chien-chien de Laëth n’attirait pas les amis. Elle s’arrêta devant elle. « Danika ? » L’intéressée leva la tête, chose qui suffit à la blonde pour avoir sa réponse. « Suis-moi. Si tu restes tranquille, je ne t’attacherais pas. » Invitant la brune, elle se plaça derrière elle, une main sur l’une de ses épaules pour la guider et la contrôler. Elles quittèrent l’enceinte des esclaves pour aller chez Nagga.

L
’endroit était plutôt vide, avec un lit modeste, une table et des chaises et un coffre pour ses affaires. Comme elle était affranchie, elle avait droit à sa maison et elle en possédait une décente puisqu’elle était sous la protection d’Ymir. Mais avoir tant de chose la rendait insécure et mal à l’aise, alors la pièce semblait immense avec le nombre ridicule de meubles.
L’ancienne esclave invita l’actuelle esclave à s’installer sur l’une des chaises et elle déposa sur la table le sac remplie de diverses plantes. Elle se mit en face et tenta un sourire maladroit. « Apparemment tu es limitées sans plantes et tu ne les connais pas trop celles d’ici. J’ai pu faire en sorte que tu puisses en observer un assortiment venant d’un peu partout et que tu les essaies, les travaille… bref, les trucs de guérisseurs. » du bout des doigts elle poussa le sac de tissus vers la femme du désert. « Je vais essayer d’en faire pousser, tu m’indiquera avec  lesquels tu penses être le plus à l’aise. »

V
oilà tout était expliqué, la Kelownienne s’accouda à table, sans trop savoir quoi faire en attendant. Elle ne savait pas trop quoi dire, mais comme elle semblait plaire à Ymir, Nagga voulait s’entendre avec elle. Elles seraient certainement amenées à se croiser souvent. Sauf que ça faisait un moment qu’elle n’avait pas … et bien, fait ami-ami avec quelqu’un. Un esclave en plus. « Hum.. si tu as besoin de quelque chose… n’hésite pas à me demander. » Elle tentait une première approche.  
©️ nightgaunt



_________________
they all said
crazy, monster, traitor
maybe. but i will always be her's.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
Inscrit le : 13/06/2017
Crédits : (c) Zuz
Célébrité : Aiysha Hart
Multi-comptes : Akeela, Skylar, Noomie & Isaak

Danika
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Nous ne sommes pas du même monde - ft. Danika  Jeu 15 Mar - 21:33


DANIKA + NAGGA


Nous ne sommes pas du même monde


Cela fait un peu plus de deux mois à présent que Danika se trouve sur les terres de Kelowna, en tant qu’esclave de la dissidence. Deux longs mois qu’elle a été kidnappée dans ce campement pankara et réduite à l’état d’objet par les guerriers de la dissidence et en particulier par Thjazi, qui a mis le grappin sur elle dès le premier jour. En premier en l’emmenant sous sa tente le soir même de sa capture puis en lui imposant ce tatouage qu’elle porte maintenant au poignet gauche. L’homme a clairement revendiqué qu’elle lui appartenait et défie quiconque de la toucher sans son consentement. Mais s’il arrive à faire peur à ses camarades à Port-Victoire, il n’arrive pas à empêcher son chef de mettre la main sur son esclave. Danika se souvient encore de la confrontation entre les deux hommes et des mots qui ont été prononcés ce jour-là. Tout comme elle se souvient de ce qu’il s’est passé dans la maison d’Ymir juste après cette confrontation. Et elle se dégoute de ce qu’elle a fait, de ce qu’elle a laissé faire dans cette maison.

Mais elle n’y peut rien de toute façon, ça elle l’a bien compris. Si elle tentait quoi que ce soit, Ymir s’en prendrait aux autres esclaves de la ville et Danika ne souhaite pas mettre la vie des autres en danger. Même si ceux-ci ont tendance à la mettre de côté depuis quelques temps, à comprendre qu’elle a le droit à certains privilèges par rapport aux autres. Jamais Danika ne les mettra en danger, même s’ils la traitent comme un paria depuis plusieurs semaines. Il n’y a que la petite Taslyn qui semble s’en moquer éperdument ou ne pas comprendre tout ce qu’il se passe autour, mais jamais Danika n’ira le lui expliquer, pour la préserver. Elle n’ira pas non plus lui dire pourquoi elle se sent si mal depuis plusieurs jours et ce qu’elle a prévu de faire pour récupérer sa santé d’avant, pour ne pas avoir cette petite chose qui grandi dans son ventre depuis quelques semaines.

Elle relève les yeux vers la jeune femme qui vient de l’appeler par son prénom et qui lui ordonne de la suivre. Un ordre, encore. Toujours. Tous les mêmes, même les femmes. Celle-là est blonde et si Danika l’a déjà croisée plusieurs fois depuis qu’elle se trouve à Port-Victoire, elle ne sait pas grand-chose d’elle mais elle lui obéi quand même. Parce que c’est une kelownienne, parce qu’elle n’a rien d’autre à faire de toute façon et que rester là à être observée par ces femmes esclaves comme elle ne l’intéresse pas tant que cela. Alors elle se lève, sans un mot, et suis la blonde à l’extérieur jusqu’à une maison où elle n’est encore jamais allée. Une fois entrée, à l’abri de la neige et du froid extérieur, Danika observe l’habitation et la trouve bien spartiate comparée aux autres qu’elle a déjà pu voir. Elle tourne les yeux vers la femme lorsque celle-ci l’incite à s’assoir et elle hausse un sourcil, attendant de comprendre pourquoi celle-ci lui demande ça. En temps normal, les kelowniens ne lui demandent rien, ils lui ordonnent, et ils lui demandent encore moins de s’assoir. Alors Danika hésite un peu mais reste debout tout en écoutant la blonde lui dire qu’elle semble limitée sans ses plantes. Elle comprend alors que Ymir a dû l’envoyer pour lui enseigner des choses, comme il avait dit qu’il le ferait. Et peut-être même qu’elle pourrait lui procurer ce dont elle a besoin pour se débarrasser de cette petite chose dans son ventre. « Je ne suis pas limitée. » Elle relève les yeux vers la blonde. « Chez moi j’ai tout ce qu’il faut pour soigner les corps et les esprits, je connais les plantes de mon clan et je sais m’en servir. Mais quand vos amis m’ont kidnappée, ils n’ont pas pensé à prendre mes affaires. » De toute façon, ses affaires auraient sans doute été balancées pour lui prouver qu’elle n’était plus rien, plus rien d’autre qu’une esclave, qu’un objet. C’est pour cette raison qu’on lui a arraché le collier qu’elle portait à son poignet et que ce porc de Thjazi l’a marquée comme un animal. Danika attrape tout de même le sac de tissu que la femme vient de pousser vers elle et en écarte les pans du bout des doigts pour en observer le contenu. « Vous avez peur que j’empoisonne vos amis en testant n’importe quoi ? » Elle pourrait, ce serait facile pour elle de faire en sorte que les guerriers qu’elle est censée soigner ne meurent d’une infection ou d’autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 169
Inscrit le : 20/02/2018
Crédits : Ava© SYGIN. | Sign© Beylin | Gifs© Tumblr
Célébrité : Katheryn Winnick
Multi-comptes : Ligeia

Nagga
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Nous ne sommes pas du même monde - ft. Danika  Ven 16 Mar - 4:25

Nous ne sommes pas

du même monde
Danika & Nagga — Fin 03.150
L
’exotique brune ne semblait pas du tout disposée à s’installer simplement sur l’une des chaises et profiter du lousse que Nagga lui offrait. Mais qui pouvait le lui reprocher au final ? La pauvre venait de passer les pires mois de toute sa vie et sa confiance devait être complètement détruite. Elle se tenait sur le qui-vive, attendant désormais le pire de tout et surtout de tout le monde. Les souvenirs flous de l’ancienne esclave remontaient en voyant ce comportement, reflet du sien voilà des années. Quand elle avait encore une véritable personnalité, une volonté propre. Bref, tout ce qu’elle s’acharnait à oublier et étouffer, l’enfoncer dans les recoins sombres de son esprit. Le problème, c’était que depuis la mort de Laëth, affronter ces moments de faiblesse se révélaient plus difficiles qu’auparavant. Tout cela était certainement à cause de sa nouvelle liberté, cette chose pour laquelle elle avait perdu son âme sans succès.
Et l’esclave en face d’elle semblait vouloir lui torturé l’esprit – sans le vouloir – chose qui laissa un début de frustration en la blonde. Mais elle se contint, serrant les doigts en un poing et évitant les yeux bruns qui la transperçaient. Pas de décisions hâtives, ni de geste stupide. Ymir semblait avoir un intérêt pour elle et elle ne voulait pas de son courroux.

D
onc, elle laissa l’esclave se tenir debout, après tout, ce serait stupide que de se prendre la tête pour la forcer à poser son postérieur. De l’énergie dépensée pour rien. L’intéressée délia d’ailleurs sa langue pour répondre à la blonde, dont le ton l’étonna quelque peu. Et bien, celle-là ne manquait pas de caractère pour parler ainsi à quelqu’un qu’elle prenait pour une kelowniene parmi tant d’autre. Nagga savait d’avance que plus elle ferait la forte tête, plus on s’amuserait à vouloir la briser en mille morceaux. Mais ça c’était son problème. Il ne fallait pas qu’elle s’en mêle, ce n’était pas son combat. Ça ne l’était plus en tout cas. La femme du désert lui lança une forme de pique concernant son enlèvement, un nouveau sujet qui laissa la guerrière en formation mitigée. Elle ne savait pas quoi lui dire, s’excuser ne servait à rien et la consoler encore moins. Donc, elle haussa simplement les épaules et prononça platement ces mots, signe pour la brune qu’il ne servait à rien de se « lamenter » sur son sort ; « Et bien, tu ne connais pas les plantes d’ici. Et ça limite tes actions. » Voilà, clair, net et précis. Elle se félicita mentalement pour avoir gardé un semblant d’autorité sur une esclave.

F
inalement, Danika daigna s’intéresser au sac en toile et s’en empara pour fouiller son contenu. Personnellement, Nagga ne connaissait pas les propriétés de la moitié de ces plantes,  mais pour les faire pousser elle avait quelques idées. Pour ça au moins elle possédait un semblant de talent. D’un coup elle se sentit plus calme alors qu’elle laissait la brune faire, elle ne voulait pas la déranger plus qu’il ne le fallait. Mais bien sûr, il fallut qu’elle parle et sa phrase arracha un soupir à l’ancienne esclave qui cala son menton dans le creux de l’une de ses paumes. « J’imagine. » En vérité on ne lui avait pas vraiment dit pourquoi on voulait cela et elle n’avait pas non plus posé de questions. Une déformation de ces années de soumissions, elle obéissait et agissait. Nagga ne savait pas vraiment comment agir devant un comportement pareil. Elle voulait surtout lui faire comprendre qu’elle ne se faisait que du mal à agir ainsi. Mais comment faire ? Tout le monde n’avait pas sa vision de la vie d’esclavage. « Une soigneuse qui ne soigne pas ça ne sert pas à grand-chose. » Tenta-elle. « Et si tu sers à rien, tu resteras pas en vie longtemps. » Ses prunelles grises se posèrent sur la silhouette de Danika, attendant une nouvelle réaction de sa part.
Elle pouvait comprendre pourquoi Ymir l’appréciait. Elle devait le divertir juste assez pour ne pas l’ennuyer. Puis elle était jolie, très exotique pour les gens de Kelowna et même pour les esclaves qu’ils ramenaient en général. Elle voulait l’amadouer aussi, un peu. Pour au moins s’entendre un peu avec elle, sinon ce serait pénible et elle doutait de pouvoir l’endurer. « Tu ne m’as pas dit si tu avais besoin de quelque chose. À manger, à boire. Profites, je ne suis pas comme ceux que tu as l’habitude de croiser. » Bon, c’était vraiment maladroit, mais elle ne pouvait pas franchement faire mieux.  
©️ nightgaunt




_________________
they all said
crazy, monster, traitor
maybe. but i will always be her's.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
Inscrit le : 13/06/2017
Crédits : (c) Zuz
Célébrité : Aiysha Hart
Multi-comptes : Akeela, Skylar, Noomie & Isaak

Danika
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Nous ne sommes pas du même monde - ft. Danika  Dim 8 Avr - 23:00


DANIKA + NAGGA


Nous ne sommes pas du même monde


Danika est consciente du fait que si elle est toujours en vie après plusieurs mois au sein de la dissidence, c’est que Ymir sait qu’elle ne tentera jamais rien sur ses guerriers. Jamais elle n’irait en empoisonner un volontairement ou mettre sa vie en danger, l’homme l’a bien vu le premier jour de sa capture lorsqu’elle n’a pas eu le courage de se trancher la gorge. Il a bien compris ce qui l’animait, qu’elle n’irait jamais à l’encontre de son métier même pour tuer des kelowniens. Et lui apprendre les plantes qui poussent sur les terres du nord est un bon moyen pour qu’elle s’améliore dans ce qu’elle fait. Danika ne va pas rechigner à la tache vu qu’elle apprécie le fait d’apprendre de nouvelles choses - même si ce sont des plantes qu’on trouve en Kelowna – et si en plus cela lui permet de pouvoir s’occuper de la petite chose qui grandit dans son ventre, elle se montrera assidue dans l’apprentissage. Elle relève les yeux vers la blonde face à elle lorsque celle-ci lui dit que cela l’aidera à être utile et donc à rester en vie. « Tu parles d’une vie. » Elle marmonne, parce qu’elle n’oublie pas devant qui elle se trouve. Si elle était sûre de ne pas mettre la vie des autres en danger par son geste, il y aurait bien longtemps qu’elle aurait tenté de fuir ou de se tuer par elle-même. Mais Ymir l’a prévenue et elle ne doute pas qu’il mettra sa menace à exécution si elle tentait quoi que ce soit.

Danika ne peut s’empêcher de froncer doucement les sourcils devant les propositions de la femme et surtout devant sa dernière phrase. « Je n’ai besoin de rien. » En fait, elle ne dirait pas non à de la nourriture ou même à boire, mais elle en a marre de ce statut de privilégié qui lui colle à la peau et qui l’oblige à être une paria aux yeux des autres. Elle jette un coup d’œil à la femme face à elle puis se décide à s’assoir. « Tous les kelowniens sont pareils, même si certains sont pires que d’autres. » Même si celle-ci lui semble être un peu différente des autres, elle reste une kelownienne aux yeux de Danika et une membre de la dissidence, ce qui semble être encore pire finalement. Elle ne lui fera jamais confiance, malgré tout ce qu’elle pourra lui dire. Elle baisse la tête vers le sac de toile que la femme lui a donné et l’ouvre pour en sortir les premières plantes puis relève les yeux. « En quoi vous seriez différente des autres ? Juste parce qu’au lieu de frapper vous offrez de la nourriture ? » Danika est clairement hostile mais elle a déjà eu un aperçu de la brutalité des kelowniens, qu’elle soit physique ou psychologique, et elle s’attend à ce que cette jeune femme face à elle montre son vrai visage à un moment ou à un autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 169
Inscrit le : 20/02/2018
Crédits : Ava© SYGIN. | Sign© Beylin | Gifs© Tumblr
Célébrité : Katheryn Winnick
Multi-comptes : Ligeia

Nagga
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Nous ne sommes pas du même monde - ft. Danika  Mar 1 Mai - 7:12


NOUS NE SOMMES PAS DU MÊME MONDE
DANIKA & NAGGA
Elle attendait toujours que le petit animal qui se voulait menaçant se décide à se calmer un peu et s’installer pour rester tranquille. Nagga n’avait pas trop envie d’y passer le reste de sa journée, surtout si cette femme était encore dans la phase de « rébellion ». Même quand elle était toujours une esclave elle aussi, ces captives dans ce stade avait toujours eu le don de réveiller le plus mauvais en elle. Elles l’agaçaient, l’irritaient et la décourageaient, en général elle ne retenait pas un léger rictus quand elles finissaient par se faire tuer. Malheureusement, celle-là était à Ymir et elle devait donc prendre son mal en patiente. Elle espérait réussir à la calmer un peu, comme elle devrait la revoir plusieurs fois, mais jusque ici ça ne fonctionnait pas du tout. Elle avait pu entendre ce qu’elle avait marmonné tout bas. Soupirant doucement, elle ramena ses mains ensembles et s’en servit pour y appuyer son menton.

La réplique de la brune fit lever les yeux aux ciels de la nouvellement promue combattante. Plus tard elle le regrettait, elle se souvenait assez bien de sa propre expérience de la faim et la soif. Mais bon, ce serait son problème, non ? Finalement la fille du désert s’installa enfin sur le siège, mais elle continuait sur sa lancée hostile et agressive. Le fait qu’elle ose dire que tous les Kelowniens étaient les même lui fit serrer les poings de colère et surtout d’indignation. Petite sotte, sa Reine valait mille hommes et Ymir se défendait très bien aussi. Aucune comparaison n’était possible avec ces autres idiots avides de violences et de femmes sans défense. Nagga ne sut comment, mais elle put se retenir de lui griffer le visage ou de simplement se laisser aller dans sa folie de violence quand on s’en prenait à Laëth.
Elle fixait Danika alors qu’elle ouvrait le sac et en sortait les premières plantes pour les observer. L’observant faire, elle ne répondit pas tout de suite à son précédant commentaire, écoutant le second qui la laissa pensive. En quoi elle était différente ? Il était vrai qu’elle n’était plus une esclave, mais bien une Kelownienne à part entière, mais cela sa vis-à-vis ne le savait pas. À ses yeux elle devait être une ennemie de plus, juste une peu plus… calme que les autres ? Peu importait en fait.

La blonde ne répondit pas tout de suite, laissant la captive travailler quelques minutes. Finalement elle éleva doucement la voix, dénuée de toute forme d’hostilité. « En quoi je suis différente ? » Nagga se leva et fit lentement le tour de la table pour se rendre dans le dos de Danika. Délicatement, elle vint pousser les cheveux sombres de sur l’une de ses épaules et fit glisser la manche suffisamment pour dévoiler le bleu considérable qui trônait. Elle avait remarqué ces marques, elle les voyait toujours et du bout des doigts elle effleura la blessure, pensive. « Je suis différente d’eux, car je sais ce que c’est que d’avoir ces bleus. » Elle délaissa la petite chose pour continuer à marcher doucement. «  Je sais ce que c’est que de sentir son cœur cesser de battre quand on reconnait le bruit des pas qui ne peuvent signifier que des souffrances à venir. » Nagga se remémorait ses années passées autrefois à craindre les simples visites de Laeth, à la détester. Puis éventuellement, la crainte s’emparait d’elle quand la Dame revenait frustrée ou mécontente, sachant qu’elle se défoulerait sur elle. Cette peur, elle ne l’avait jamais contrôlé et ce malgré son amour pour la Cheffe décédée. Secouant doucement la tête, elle fixa l’esclave dans les yeux. « Je sais ce que tu vis, je ne t’infligerais rien de plus… sauf si j’y suis obligée. »

Ses orbes couleur tempêtes se perdirent ensuite dans le vide. Elle n’aimait pas se souvenir, ça lui embrouillait la tête et surtout, les douleurs revenaient. Elle redevenait triste et elle ne voulait pas, c’était trop dur. Ça lui faisait voir que ce monde n’était pas le sien, et ce durant un bref instant jusqu’à ce que son esprit reprenne le dessus et qu’elle redevienne une chose. Parler à Danika l’avait ébranlé et donc elle sortit sur un ton plutôt dur sa phrase. « Maintenant travaille. Fais ce qu’on te dit et tu verras, les choses seront plus simples. » Puis elle s’adossa contre un mur, zieutant Danika de temps en temps.
code by bat'phanie

_________________
they all said
crazy, monster, traitor
maybe. but i will always be her's.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 183
Inscrit le : 13/06/2017
Crédits : (c) Zuz
Célébrité : Aiysha Hart
Multi-comptes : Akeela, Skylar, Noomie & Isaak

Danika
– clan : kelowna –
clan : kelowna
(#) Re: Nous ne sommes pas du même monde - ft. Danika  Jeu 17 Mai - 0:03


DANIKA + NAGGA


Nous ne sommes pas du même monde


Danika se demande ce que cherche la jeune femme devant elle, à montrer un peu de gentillesse à son égard. Du moins à essayer de le faire, parce que l’esclave n’est pas dupe et qu’elle sait très bien que cela cache forcément quelque chose d’autre. Tous les kelowniens sont les mêmes, qu’ils soient hommes ou femmes et ça, Danika l’a bien compris après ces quelques mois de captivité. Certains sont pires que d’autres, c’est vrai, mais ils sont tous des ennemis à ses yeux. Des monstres. Ils ne montrent juste pas tous leur monstruosité de la même façon, c’est tout. Et Danika se dit que la femme devant elle essaye de se montrer gentille pour une raison bien particulière et que cela changera surement d’un coup. Les kelowniens sont imprévisibles après tout. La femme ne répond pas et Danika baisse à nouveau les yeux vers ces plantes qu’elle a apporté. Elle ne s’attendait pas à une réponse de toute façon, elle n’est pas là pour faire la conversation et c’est sans doute la façon qu’à la femme pour le lui montrer.

Mais tandis qu’elle essaye d’identifier la plante qu’elle tient entre ses doigts, celle-ci prend à nouveau la parole pour faire écho à sa question, faisant relever les yeux de Danika vers elle. Elle l’observe se lever de la table et la suit des yeux alors qu’elle passe dans son dos. Comme à chaque fois qu’un kelownien se tient à quelques centimètres d’elle, derrière elle qui plus est, Danika ne fait plus un geste et attend. Elle a l’habitude de recevoir des coups qui ne viennent pas toujours de face et la femme avec elle ne serait pas la première à la frapper dans le dos. Thjazi a cette habitude aussi, de lui tourner autour comme un morceau de viande qu’il évalue avant de laisser ses mains courir sur son corps, que ce soit plus ou moins gentiment. Alors Danika attend le contact parce qu’elle sait qu’il va venir à un moment donné. Elle sursaute toutefois en sentant les doigts de la blonde sur son épaule puis tourne la tête pour l’observer du coin de l’œil tandis qu’elle répond à sa question. Elle remonte sa manche lorsque la femme s’éloigne en donnant un peu plus de détails. Elle a bien du mal à croire à son histoire, au fait que celle-ci puisse comprendre ce qu’elle subit en ce moment et en parler aussi simplement. Mais Danika sait que certaines esclaves ont fini par avoir le cerveau tellement retourné qu’elles en sont presque devenues elles-mêmes des kelowniennes. Elle sait qu’elle ne doit pas leur faire confiance à celles-là, qu’elles n’hésiteraient pas à la dénoncer pour quoi que ce soit qui pourrait leur rapporter quelque chose. Leur captivité a fait d’elles des petits animaux domestiques, comme cela semble être le cas de cette femme qui se trouve devant elle aujourd’hui.

Danika s’apprête à répondre mais la blonde reprend dans un ton plus dur et lui ordonne de reprendre le travail en prétextant que ce sera plus simple si elle obéit aux ordres. « Ce serait plus simple s’il n’y avait pas d’ordres. » Ca n’est pas parce qu’elle est esclave qu’elle va se contenter d’obéir sans rien dire, elle sait juste où se trouvent les limites. Et puis de toute façon, les coups pleuvent quand même alors autant qu’elle dise parfois ce qu’elle pense, qu’elle ne se laisse pas faire. Danika continuera de se battre, elle ne pliera pas aussi facilement, malgré les coups et le reste. Elle ne deviendra jamais comme cette femme qui se trouve devant elle aujourd’hui, ni comme toutes les autres de la ville. « Vous vous sentez peut-être différente mais vous ne l’êtes pas. Vous n’êtes pas différente de ceux qui m’empêchent de quitter cet endroit, que ceux qui me frappent, que ceux qui abusent de moi. Peu importe ce que vous pensez, vous êtes comme eux, à me menacer, à me retenir prisonnière. » Elle hausse les épaules et reporte son attention sur les plantes devant elle. « Si vous participez à ma captivité, vous n’êtes pas mieux qu’eux dehors. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Nous ne sommes pas du même monde - ft. Danika
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: Kelowna :: Port Victoire-
Sauter vers: