AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
lumière sur un pv attendu :
URIAH
35 ans ▬ chef du clan Shisayo depuis 20 ans
attendu par son peuple ainsi que par Brenna, Gaya, Akeela, Skylar, Ménélas, Nukka, Priam & Karrah
avatar proposé : Jake Gyllenhaal (négociable) ▬ plus d'infos par ici
lumière sur un pv attendu :
GAYA
30 ans ▬ chef des guerriers du clan Shisayo
attendue par son peuple ainsi que par Uriah, Akeela, Skylar, Ménélas, Nukka, Priam & Karrah
avatar proposé : Ellen Hollman (négociable) ▬ plus d'infos par ici
lumière sur un pv attendu :
MENELAS
42 ans ▬ chef du clan Askhadi depuis 3 ans
attendu par son peuple ainsi que par Akeela, Skylar, Uriah, Nukka, Priam & Karrah
avatar proposé : Santiago Cabrera (négociable) ▬ plus d'infos par ici
Partagez | 
 

 And... there was a boat [Monroe & Priam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 45
Inscrit le : 27/03/2018
Crédits : BEYLIN (sign) Princess (ava)
Célébrité : Joanna Garcia
Monroe
– clan : pankara –
clan : pankara
(#) And... there was a boat [Monroe & Priam]  Jeu 29 Mar - 13:36


Monroe & Priam

And... there was a boat.

    Monroe était dans un état second. Elle avait pris une terrible décision regrettée aussitôt mais bien évidemment trop tard, et à présent elle était figée, dans l'incapacité de bouger. Elle avait pourtant tout prévu, avait demandé à Priam s'il y avait des risques, avait vérifié auprès de plusieurs marins et membres d'équipages de différents navires. Tous lui avaient assuré la même chose : elle pouvait aller sur la plage sans risquer de se retrouver dans cet état de panique et d'hystérie qui lui prenait à chaque fois. On ne pouvait dire qu'elle n'était pas au courant ; la plage était dangereuse pour elle, mais elle ne pouvait s'empêcher d'y aller. Elle aimait le sable sous ses pieds, l'odeur iodée de l'océan... S'il n'y avait pas ces crustacés qui lui pinçaient les orteils, elle irait les yeux fermés pour s'assurer de rester calme ; mais elle devait regarder où elle posait les pieds. Puis elle avait levé la tête et l'avait vu.

    Un bateau quittait le port alors qu'on lui avait assuré que tous resteraient amarrés et qu'aucun retour n'était prévu pour la journée. Elle avait pourtant prévu cette possibilité, évalué les risques, envisagé qu'un départ imprévu se ferait ou que les marins ne lui avaient pas répondu honnêtement, ne voulant pas parler de ce genre de choses avec une fille. Finalement, elle s'était dit qu'elle ne resterait qu'une demi-heure, qu'elle ne risquait pas grand chose, que les départs et arrivées n'étaient pas si fréquents... Elle avait bien entendu oublié où elle se trouvait : à Pankara, le clan des navires.

    À la seconde où son regard s'était posé sur la coque incrustée d'algues et de coquillages, son esprit avait sombré. Elle était de retour à sa quatorzième année, au beau milieu de la tempête qui avait fait naufrager le bateau de ses parents. On criait, on donnait des ordres et le tonnerre roulait dans les nuages noirs. Inconsciente de l'irréalité de la chose, elle plaqua ses paumes sur ses oreilles pour étouffer les bruits mais rien n'y faisait ; ils venaient de l'intérieur de son crâne. Puis elle se revit sur sa petite barque, en train de hurler pour que ses parents, déjà trop loin, la rejoignent ou viennent la chercher. Elle se fichait pas mal de mourir, elle ne voulait juste pas être seule, se retrouver seule au milieu de l'océan ou - si elle y arrivait - au milieu de gens qu'elle ne connaissait pas en Pankara. Elle voulait ses parents, elle voulait Papé.

    Désorientée sur sa plage de sable pourtant stable, elle tomba à genoux, ressenti une douleur cuisante à sa cheville et ferma les yeux. Elle voulait partir, se retrouver loin de cette plage, de ce clan qui lui rappelait sans cesse sa perte, mais son corps refusait de lui obéir, comme pour lui infliger une torture qu'elle ne méritait pas. Et les cris se faisaient plus fort, toujours plus déchirants. Elle entendait l'agonie de ses parents, voyaient leurs visages tordus par la brûlure de l'eau dans leur gorge. Bien sûr, elle n'avait pas assisté à ces instants, mais les avait tellement imaginés que son cerveau lui avait créé des souvenirs rien que pour ce genre de moment. Pour quand elle voyait un bateau.

    Enfin, les bruits, les images, tout se fit tellement fort, net et douloureux. Monroe cria. Sans s'en rendre réellement compte, elle ouvrit la bouche et vida ses poumons dans un horrible cri de Banshee, aigu, rauque et empli de terreur, de douleur et de supplication. Elle appelait à l'aide, mais tout le monde l'évitait, personne ne voulant se mêler des affaires d'une folle. Elle ne leur en voulait pas. Elle ne s'en rendait même pas compte. Elle voulait juste sauver ses parents...

_________________
Monroe
COUNSELLOR
When a Pankara is afraid of boats

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 373
Inscrit le : 27/05/2017
Crédits : ninielsbox
Célébrité : Zach MacGowan
Priam
– clan : pankara –
clan : pankara
(#) Re: And... there was a boat [Monroe & Priam]  Jeu 29 Mar - 17:48

Assis sur une caisse en bois, je regarde attentivement deux jeunes se battre à l'épée dans la cour du fort. Le combat n'a commencé qu'il y à peine quelques secondes mais je sais déjà qui va l'emporter rien qu'à analyser leur posture et leur façon de tenir leur arme. L'un est beaucoup trop raide sur ses jambes et ses jointures sont blanches tellement il sert fort la garde de son épée courte. L'autre est fléchit sur ses appuis et son arme se balade légèrement dans sa main. Je compte les parades et les feintes puis lorsque j'atteins 12, le bruit métallique d'une lame qui tombe au sol parvient à mes oreilles suivit par un cri de victoire. Me levant, je ramasse l'épée de l'apprenti puis la fait tournoyer dans ma main.

- Comme vous venez tous de le voir, la façon dont tenir son arme est primordiale. Ni trop fort, ni pas assez. Il faut que vous trouviez le juste milieu, une fois que c'est fait votre arme sera une extension de vous même.

Je regarde chacun des jeunes hommes et femmes présentes dans les yeux à tour de rôle avant de planter l'arme dans le sol.

- Ce sera tout pour aujourd'hui.

Dans un brouhaha, la vingtaine de jeunes Pankaras présent s’engouffre par l'immense porte du fort en direction de leur foyer, du marché ou autres destinations de leur choix. Prenant une grande respiration, j'arrache l'arme du sol et la pose sur mon épaule avant de sortir à mon tour du fort. Je décide de faire un tour par la plage avant de rejoindre Calypso.

Quand j'arrive à porter d'oreilles de la plage un cri déchirant se fait entendre, je ne tarde pas à comprendre de qui il provient. Courant dans la direction de ma conseillère, je jette l'épée dans le sable et moi aux côtés de Monroe.

- Monroe !


Je prend les mains de la jeune femme dans les miennes puis les serres doucement.

- Monroe, ouvre les yeux. Regarde moi, regarde moi, c'est Priam. Monroe.

_________________

PANKARA





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 45
Inscrit le : 27/03/2018
Crédits : BEYLIN (sign) Princess (ava)
Célébrité : Joanna Garcia
Monroe
– clan : pankara –
clan : pankara
(#) Re: And... there was a boat [Monroe & Priam]  Jeu 29 Mar - 18:19


Monroe & Priam

And... there was a boat.

    Monroe était à bout de souffle, sa gorge lui brûlait et une larme coulait le long de sa joue gauche. Elle voulu crier à nouveau mais rien ne sortait, sa voix restant bloquée au niveau de ses cordes vocales, comme si son corps se mettait enfin à riposter contre ses souffrances. Mais il ne l'épargnait toujours pas ; les cris lui donnaient envie de se percer les tympans et elle fermait les yeux aussi fort que possible pour effacer des images collées sur ses rétines. Ce n'était pas la première fois qu'elle avait ce genre de crises, mais cette fois, elle sentait qu'elle y laisserait sa santé mentale. Si ça ne cessait pas rapidement, elle ne reviendrait pas, elle resterait bloquée dans sa folie et seule une épée pourrait l'en délivrer.

    Quelqu'un attrapa ses mains. Paniquée, elle se débattit, tenta de donner des coups, de récupérer ses mains de les remettre sur ses oreilles, aussi inutile fusse le geste. Mais elle était à bout de force et la douleur dans sa cheville ne l'aidait pas. Alors elle laissait partir ses mains et une voix se fraya un chemin jusqu'à ses oreilles découvertes. Croyant d'abord à une nouvelle hallucination, elle ne l'écouta pas puis réalisa : Priam n'était pas sur le bateau. Lentement, elle ouvrit les yeux et vit le chef de clan agenouillé près d'elle. La scène était tellement dramatique qu'elle faillit se mettre à pleurer. A présent, les deux chefs de clans qu'elle avait connu l'avaient sauvée à leur échelle.

    Aussi soudainement qu'elles étaient arrivées, les voix se dissipèrent et un silence sourd lui attaqua les tympans. Le calme après la... Non ! Non, elle ne voulait pas penser à ce mot en T. Lentement, elle s'installa plus confortablement et regarda sa cheville ; elle était tombée sur un rocher et une ligne sanglante lui barrait la peau au-dessus de la malléole - rien de grave en soi, elle préférait regarder ça plutôt que reposer son regard sur l'océan et ce qui se trouvait dessus.

    ''Merci... Je savais que je n'aurais pas du venir, en plus !''

    Riant de sa bêtise, Monroe ramassa une algue et essuya le sang de sa cheville. Puis elle leva la tête et regarda autour d'elle si des gens avaient été témoins de sa crise de folie. Deux personnes la regardaient bizarrement et elle leur sourit pour montrer qu'elle allait mieux... même si ils ne semblaient pas si inquiets que ça, au final.

    ''J'espère que l'entraînement était fini ? Je m'en voudrais de l'avoir interrompu pour une bêtise pareille...''

_________________
Monroe
COUNSELLOR
When a Pankara is afraid of boats

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 373
Inscrit le : 27/05/2017
Crédits : ninielsbox
Célébrité : Zach MacGowan
Priam
– clan : pankara –
clan : pankara
(#) Re: And... there was a boat [Monroe & Priam]  Ven 30 Mar - 21:56

Toujours prise dans sa crise de panique, Monroe se débat durant quelques secondes lorsque je lui prend les mains avant de s'abandonner entre les miennes. Je m'assois en tailleur devant elle, dos à l'océan pour éviter qu'elle ne se laisse entrainer dans une seconde lorsqu'elle sortira de la première crise. Une fois, un guérisseur m'avait raconté qu'extirper une personne lors d'une crise de panique était une chose vraiment difficile à faire. En effet, la personne en question est replongé en plein cœur d'un souvenir traumatisant et douloureux qui l'envahit et qui ne laisse plus aucune place avec l'instant présent, plus rien importe à part la douleur ou la peur que l'on ressent. Alors, en cet instant, je me fais de mon mieux pour rassurer Monroe, lui intimant de suivre ma voix, d'ouvrir les yeux. Bien que cela ne semble pas avoir le moindre effet sur ma conseillère je continu sans relâche, et, enfin, elle semble se détendre avant d'ouvrir lentement les yeux.

Lui adressant un sourire bienveillant, je la laisse émerger et reprendre possession de ses moyens. Dans crise elle semble s'être entaillé la cheville, jugeant cette vilaine coupure d'un coup d’œil elle me semble peu profonde et superficielle.

- Eh inutile de me remercier, tu le sais bien.

La jeune femme n'avait pas à me remercier, elle m'avait été d'un grand secours par le passé et je ne faisais que lui rendre la pareille. Je déchire un morceau de ma tunique bleue en une longue bande avant de prendre délicatement le pied et la cheville de Monroe sur cuisse. Avec le morceau de tissus je lui noue un bandage de fortune sur sa blessure, ainsi aucun grain de sable ne pourra l'infecter.

- Ce que tu viens de dire est une grosse bêtise, ton état n'en est pas une. Mais ne t'inquiètes pas, l'entrainement était terminé. Ces jeunes ont encore beaucoup à apprendre mais l'expérience sera leur plus grand maître.

Riant légèrement suite à ma phrase.

- Voilà que je me mets à parler comme Kenway, maintenant !

_________________

PANKARA





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 45
Inscrit le : 27/03/2018
Crédits : BEYLIN (sign) Princess (ava)
Célébrité : Joanna Garcia
Monroe
– clan : pankara –
clan : pankara
(#) Re: And... there was a boat [Monroe & Priam]  Sam 7 Avr - 10:04


Monroe & Priam

And... there was a boat.

    Monroe sourit à son chef de clan quand il lui affirma qu'elle n'avait pas à le remercier. Autant elle savait que ce n'était pas sa faute, qu'elle ne pouvait rien y faire, autant elle se sentait toujours idiote et coupable quand quelqu'un devait arrêter ses activités pour l'aider à reprendre ses esprits. Depuis la disparition de ses parents, elle s'était sentie petite, inutile, en marge de la société, et devenir la conseillère de Priam lui avait apporté une certaine importance à laquelle elle ne parvenait pas à s'habituer. Souvent, elle se demandait qui serait venu l'aider si elle était toujours serveuse dans une taverne - si tant est que quelqu'un soit venu l'aider, bien sûr.

    Plongée dans ses pensées, elle ne vit pas Priam arracher un morceau de son vêtement pour lui faire un bandage et sursauta quand le tissu toucha sa plaie. Elle ne lui faisait plus si mal maintenant qu'elle ne s'appuyait plus dessus, mais le contact du pansement de fortune fit brûler sa peau. Réprimant une grimace, elle écouta les paroles de son chef et opina de la tête.

    Ils sont encore jeunes aussi, le temps est en leur faveur... Bientôt ils seront capables de te battre, ce n'est plus qu'une question de mois.

    Elle sourit pour retenir un léger rire, sachant pertinemment qu'ils en seraient bien incapables avant de nombreuses années, quand le chef serait vieux et inutile. Mais l'humour lui permettait généralement d'oublier ce qui l'avait mise dans cet état ; ça et la présence d'un mur humain qui l'empêchait de voir les bateaux. Puis elle répondit à la dernière phrase de Priam à propos de Kenway.

    Il faut bien que quelqu'un le fasse ; il n'est jamais là quand on en a besoin !

    Souriant, elle fit mine de lever les yeux au ciel. Contrairement à Mornoe, Kenway était du genre terre à terre à ne croire que ce qu'il voyait. Souvent, quand la conseillère se mettait à faire de l'esprit, c'était lui qui avait plus de mal à la suivre dans ses réflexions philosophiques, prenant tout au pied de la lettre - je vous laisse imaginer leurs conversations quand ces deux-là se mettent à débattre...

_________________
Monroe
COUNSELLOR
When a Pankara is afraid of boats

Revenir en haut Aller en bas
 
And... there was a boat [Monroe & Priam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: Pankara :: Galene-
Sauter vers: