AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Une erreur qui coûte cher // Silas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 36
Inscrit le : 13/04/2018
Crédits : Anesidora (sign)
Célébrité : Arden Cho
Multi-comptes : Skelt

Hestia
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Une erreur qui coûte cher // Silas  Dim 15 Avr - 17:24



Une erreur qui coûte cher

ft. Silas

Assise sur son cheval à l'arrêt, le dos bien droit, Hestia fouilla dans sa sacoche à la recherche d'un document que son voisin messager lui avait donné, tracé de sa propre main : une carte des clans. En général, tous les habitants de n'importe quel clan connaissaient plus ou moins la localisation des autres, des villes les plus importantes et des chemins y menant, mais la jeune messagère avait du mal à s'y faire. Peut-être avait-elle intégré Shisayo trop tard - à ses onze ans - et avait-elle donc passé l'âge où les informations imprégnaient facilement le cerveau. Quoi qu'il en soit, elle ne pouvait voyager sans cette immense carte aux nombreux pliages.

D'après ce qu'elle devinait, elle se trouvait plus près de Lakestreet que d'Alon, la ville où elle devait se rendre. Elle replia donc sa carte et relança son cheval d'un léger coup de talon avant de rajuster sa trajectoire. Elle avait reçu une lettre venant du clan Askhadi à destination d'un conseiller de la chef de clan Orketa qui se trouvait à la capitale. L'expéditeur avait été très clair : elle devait remettre cette missive en mains propres et dans les plus brefs délais ; c'était d'une importance vitale. Alors Hestia avait lancé sa monture au petit galop pour avancer vite sans l'essouffler et elle n'avait fait que de brèves pauses pour boire et chasser quelques écureuils.

En moins de deux journées et demies, elle aperçut la fameuse capitale où elle ne s'était rendue que rarement ces deux dernières années. Une fois, peut-être deux, pas assez pour qu'elle se lasse de la vision de l'Arbre Sacré, magnifique, gigantesque et impressionnant. C'était là qu'elle devait se rendre. Elle confia son cheval aux écuries d'une auberge aux abords de la capitale et poursuivit son chemin à pieds, s'extasiant de ce qui s'étalait sous ses yeux. Tous les arbres étaient majestueux et, pour elle qui n'en avait vu que quelques rachitiques jusqu'à ses quinze ans, c'était source d'émerveillement.

Arrivée au pied de l'arbre sacré, elle glissa une main dans sa sacoche et en tira la lettre qu'elle devait livrer ; elle voulait relire le nom du fameux conseiller. Pourtant, elle eut beau retourner le papier épais dans tous les sens, elle ne vit aucun nom, aucune indication, et la distraite qu'elle était ne savait plus qui était son client. Sentant une bouffée de panique monter dans sa poitrine, elle arrêta un passant, lui demanda s'il connaissait un conseiller et se fit rembarrer vertement - s'il n'y en avait qu'un, les poules auraient des dents, lui avait-il répondu. Se mordant la lèvre inférieure, elle fouilla dans ses souvenirs pour tenter de se remémorer le fameux nom, mais rien ne lui revenait. Alors elle prit une décision qui lui coûterait cher : elle brisa le sceau et déplia la feuille de papier.

Sans oser lire les mots qui s'étalaient sur la page, elle posa les yeux sur le haut et lu la première ligne. Cher Silas. Silas. C'était lui le destinataire. Effrayée autant que soulagée, elle replia le papier et lissa le sceau autant qu'elle pu pour recoller la cire, mais le résultat était pathétique, la marque d'un voleur qui tente d'effacer ses traces. Tant pis, elle s'expliquerait et l'homme la croirait. Non ? Inspirant profondément, elle entama la montée de l'arbre et demanda à une jeune femme de la mener à ce Silas. Bien aimable, la femme lui montra une porte avant de partir avec un regard compatissant. Pourquoi compatissant ? Avait-elle vu la lettre ? Non, Hestia la tenait trop près d'elle et la femme n'avait pas baissé les yeux.

Encore plus anxieuse que quelques secondes plus tôt, elle leva une main, frappa trois coups contre la porte et, quand on lui ordonna d'entrer, elle poussa le battant. Aussitôt, son regard se posa sur un homme assez âgé, barbu et à l'allure sévère.

Monsieur Silas ? Je m'appelle Hestia, je suis messagère et on m'a confié cette lettre pour vous depuis Nisida.

La voix chevrotante, les jambes flageolantes et la posture incertaine, elle avança jusqu'à lui pour tendre la lettre, sceau placé face au sol. Peut-être l'ouvrirait-il sans s'apercevoir que quelqu'un l'avait déjà fait ?

_________________
Hestia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 55
Inscrit le : 22/03/2018
Crédits : ÐVÆLING/Frimelda
Célébrité : Linus Roache
Multi-comptes : Muire

Silas
– clan : orketa –
clan : orketa
(#) Re: Une erreur qui coûte cher // Silas  Mar 17 Avr - 14:03

Hestia

Silas

Une erreur qui coûte cher


C’était sans doute à cause de la pleine lune, mais j’avais très mal dormi cette nuit. Il arrive un moment où ce n’est plus la peine de lutter, alors on se lève et on ne dort plus. J’avais trainé à droite à gauche dans mes « appartements », fumé la pipe, regardé Kiani dormir et enfin le jour s’était levé, sans doute quelque pars vers cinq heures du matin. Dans mon entourage, tout le comprit rapidement que j’étais, en conséquence de cette nuit, d’assez mauvaise humeur ; on ne m’adressait que très peu la parole, on se contentait de m’apporter mes vêtements, mon repas et de repartir presque aussitôt. C’était ironique : il y a de cela quelques années, cette journée aurait ressemblé à tant d’autres. J’avais ce comportement passif, n’attendant l’après-midi que pour pouvoir faire la sieste. Mais maintenant, j’avais envie d’action, de bouger, de faire et voir des choses, peut-être même rencontrer de nouvelles têtes.

Mes vœux furent exaucés lorsque l’on m’annonçât la venue d’une messagère. Lorsque celle-ci m’apparut, elle me plut immédiatement. Ses traits exotiques me rappelèrent immédiatement ceux de Kiani mais celle-ci avait avec elle une certaine innocence dans le regard qui me mit dans tous mes états. « Nisida hein ? Alors je pense savoir de qui il s’agit... Soyez la bienvenue, reposez-vous un instant, vous devez être épuisée… Avez-vous bu ou mangé ? » dis-je en m’emparant de la lettre. Elle avait l’air terriblement nerveuse, il y avait moult interprétations possibles à cela, mais j’étais assez sûr de comprendre de quoi il s’agissait lorsque j’avais voulu ouvrir l’enveloppe en passant mes doigts sur le sceau : il avait déjà été brisé. Pour quoi ? Par qui ? Il était quasiment sûr que cette très jeune messagère l’avait également repéré, d’où l’immensité de sa gêne… Pourrait-elle être même responsable de cette violation ? Je m’attelai tout de même à la lecture de ma lettre en silence.

Une fois la lecture achevée, j’allais m’assoir dans un grand fauteuil et invitait la messagère à faire de même juste à mes côtés, je voulais la garder auprès de moi le plus longtemps possible, mes yeux ne s’étaient pas encore lassés de cette beauté et de cette jeunesse. « Quel est votre nom ? Vous connaissez le mien… » dis-je en souriant. Elle paraissait déjà moins nerveuse que tout à l’heure, l’insolente : elle devait s’imaginer que je n’avais pas fait attention à mon courrier profané ! Je m’étais rapproché d’elle, jusqu’à la coller « Qu’est-ce que vous détestez le plus dans la vie ? Je vais répondre en premier : moi j’ai horreur des menteurs et des espions. Maintenant que vous avez cette information  en tête : peut-être pourriez-vous me dire pourquoi la lettre que vous m’avez apportée était déjà ouverte ? Hm ? » dis-je en la tenant par le menton. Cette peau… Si douce… Je la relâche presque aussitôt, presque surpris de la qualité de son épiderme.

_________________


To trust people is a luxury in which only the wealthy can indulge ; the poor cannot afford it. ©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Inscrit le : 13/04/2018
Crédits : Anesidora (sign)
Célébrité : Arden Cho
Multi-comptes : Skelt

Hestia
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Une erreur qui coûte cher // Silas  Mar 17 Avr - 20:04



Une erreur qui coûte cher

ft. Silas

Avant même que Silas n'ouvre la bouche, Hestia comprit pourquoi la femme qui l'avait guidée jusqu'ici l'avait regardé de cette façon. Cet homme la regardait d'un air étrange, un peu trop ravi de recevoir son courrier et la messagère se senti un peu mal à l'aise.

Nisida hein ? Alors je pense savoir de qui il s’agit... Soyez la bienvenue, reposez-vous un instant, vous devez être épuisée… Avez-vous bu ou mangé ?

Hestia retint sa respiration tandis que conseiller s'emparait de sa lettre et elle se contenta de répondre à ses questions par un hochement de tête affirmatif. Certes, ce n'était pas vrai et elle ne refuserait pas un bon repas chaud, mais elle voulait sortir de cette chambre aussi rapidement que possible. Elle n'aurait su dire pourquoi, mais cet homme était... Il était. Elle n'avait même pas de mots pour le décrire, juste cette sensation d'insécurité.

Elle relâcha son souffle quand il défit le sceau sans sembler réaliser qu'il était déjà brisé. Peut-être s'était-elle inquiété pour rien ? Peut-être ne remarquerait-il même pas que la lettre avait été ouverte ? Soulagée mais pas plus à l'aise, elle hésita à s'asseoir à Côté de Silas comme il lui demandait... mais n'avait pas le choix. Il semblait être un homme puissant à qui on ne disait pas non, et peut-être allait-il lui donner une réponse à livrer ? Alors elle s'assit à côté de lui, le dos droit et les pieds bien ancrés dans le sol, au cas où elle devrait fuir.

Quel est votre nom ? Vous connaissez le mien…

Ne lui avait-elle pas déjà dit ? Il lui semblait que si, mais peut-être l'avait-elle imaginé ou lui n'avait pas écouté.

Je m'appelle Hestia, monsieur. Il paraît que c'était le nom donné à une divinité des temps anciens, du peuple grec ou romain, je les confonds un peu...

Elle s'interrompit, réalisant qu'elle parlait trop. C'était toujours ainsi, quand elle était mal à l'aise, elle radotait à propos de n'importe quoi, que ça intéresse ou non son interlocuteur. Mais là, elle ne voulait pas discuter avec lui, elle voulait qu'il l'autorise à sortir, qu'elle puisse se rafraîchir au-dehors. Elle voulait s'éloigner de cet homme qui lui donnait la chair de poule. Malheureusement, Silas avait d'autres plans et se pencha jusqu'à la toucher, la coinçant dans le coin du fauteuil. Retenant sa respiration, elle tourna la tête de l'autre côté, craignant le pire.

Qu’est-ce que vous détestez le plus dans la vie ? Je vais répondre en premier : moi j’ai horreur des menteurs et des espions. Maintenant que vous avez cette information en tête : peut-être pourriez-vous me dire pourquoi la lettre que vous m’avez apportée était déjà ouverte ? Hm ?

Et le pire était arrivé. Il avait fait semblant de ne pas avoir remarqué, avait tenté de la mettre plus à l'aise pour... pour quoi ? La violer ? Lui faire du chantage ? Son coeur s'arrêta quand il plaça ses doigts sous son menton pour la forcer à le regarder. Elle se sentait piégée, voulait se débattre et fuir, mais elle était paralysée et dû s'y reprendre à trois fois pour lui répondre, hésitant entre un pieux mensonge et une dure vérité. Elle reprit contenance quand enfin il la lâcha, et décida de lui confier sa faute - il aurait probablement deviné qu'elle mentait, de toute façon.

Je suis navrée, monsieur... C'est moi qui ai ouvert votre courrier. Je suis assez tête en l'air et j'avais oublié votre nom. Alors je n'ai eu d'autre choix que de défaire le sceau pour le retrouver... Mais je puis vous assurer, monsieur, que je n'ai rien lu d'autre ! Je ne me le serais jamais permis.

Tremblante de peur et d'appréhension, elle se plaqua un peu plus contre le fauteuil, récupérant ainsi un minimum d'espace vital.

_________________
Hestia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 55
Inscrit le : 22/03/2018
Crédits : ÐVÆLING/Frimelda
Célébrité : Linus Roache
Multi-comptes : Muire

Silas
– clan : orketa –
clan : orketa
(#) Re: Une erreur qui coûte cher // Silas  Mer 18 Avr - 16:12

Hestia

Silas

Une erreur qui coûte cher


Elle me donnait son nom en même temps que son étymologie, c’était charmant. Pour être franc, lorsqu’elle s’était présentée pour la toute première fois, je n’avais du tout remarqué  qu’elle avait bel et bien prononcée son nom, j’étais trop occupé à penser à mon courrier et à la regarder elle. Dévisager serait plutôt le terme adéquat. « Ah ! L’ancien monde ! J’aime toujours autant imaginer à quoi il ressemblait… » Elle était venue s’installer juste à côté de moi non sans hésitations. Était-ce de la crainte dans son regard ? Si effectivement elle était espionne, elle serait bien mauvaise, si bien que j’avais d’ors et déjà écarté cette possibilité de mon esprit. À moins que ça ne fasse justement parti du stratagème pour mieux tromper ?

Telle une proie prise dans une toile d’araignée, Hestia se débattait du mieux qu’elle pouvait. Les mots peinaient à sortir de sa bouche, il fallait que je la libère autrement je n’en tirerais rien. Et enfin ce fut le moment des confessions. Elle était morte de trouille, peut-être plus effrayée par l’homme que par la faute qu’elle avait commise. Je restai pantois face à ses explications et me levai finalement du fauteuil, tournant le dos à la jeune messagère. « Je vous crois, Hestia, jeune messagère… » dis-je plutôt à moi-même qu’à elle. Le courrier en lui-même n’était pas d’une importance capitale, mais seul l’émetteur et le destinataire était au courant de son contenu ; et cette jeune fille venait tout juste d’avouer qu’elle avait brisé le sceau… Qu’il serait tellement aisé de réduire au silence mon correspondant, d’accuser publiquement cette jeune fille de trahison, de convaincre Nukka que les Shisayo étaient sur le point de briser l’Alliance ! Tout cela me faisait tressaillir de plaisir ! La guerre ! De nouveau la guerre ! Alors que je me perdais dans mes fantasmes, j’avais demandé à une servante d’amener un thé froid et quelques biscuits aux amandes.

Avant de déclencher une nouvelle guerre, avant de rêver de conquêtes et de manipulations, quelque chose me semblait bien plus important : Hestia. Probablement persuadée que j’allais la prendre de force, elle s’était quasiment recroquevillée sur le fond du fauteuil. Cela m’attristait, je voulais avoir sa confiance, son envie… En d’autres mots, je voulais la mériter. Au lieu de la rejoindre, je m’étais cette fois-ci assis en face d’elle. Je lui adressais un sourire tandis que je lui montrais les vivres qu’avait apportés la servante. « Comme je le disais, j’ai horreur des menteurs… Vous devez avoir un peu faim et soif après un tel trajet, non ? Je vous en prie, servez-vous, je ne peux souffrir de vous voir assoiffée comme cela ! Buvez ! Mangez ! » déclarais-je joyeusement. Moi-même je m’étais servi en attendant qu’elle fasse de même. « Qu’avez-vous lu exactement sur cette lettre ? Juste mon nom ? La curiosité ne vous a pas poussé à aller plus loin, à poursuivre votre lecture ? »



_________________


To trust people is a luxury in which only the wealthy can indulge ; the poor cannot afford it. ©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Inscrit le : 13/04/2018
Crédits : Anesidora (sign)
Célébrité : Arden Cho
Multi-comptes : Skelt

Hestia
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Une erreur qui coûte cher // Silas  Mer 18 Avr - 20:27



Une erreur qui coûte cher

ft. Silas

Après l'aveu qu'Hestia venait de faire, elle eu l'impression que le temps ralentissait, que les secondes s'égrenaient d'une lenteur mortelle, que son coeur finirait par s'arrêter tellement les battements étaient espacés. Elle avait peur de ce qu'il pourrait faire pour la punir, peur d'un homme qu'elle ne connaissait même pas... Elle en aurait presque honte, s'étant toujours crue plus courageuse que ça. Elle était persuadée que si c'était Clay ou sa mère qui était menacé, elle les défendrait, dégainerait le katana accroché à son dos et libérerait sa famille de leur peur. Mais, seule concernée, elle ne bougeait pas, n'osait pas lever la main vers la poignée de son arme.

Puis vint le soulagement quand, enfin, Silas se leva et s'éloigna de la messagère, la laissant respirer plus sereinement. Il lui tournait le dos, lui donnant l'occasion de sortir son arme, pourtant elle ne le fit pas. Elle n'était pas assez expérimentée avec son katana pour rivaliser avec un combattant moyen, et elle ne connaissait pas les talents cachés du conseiller.

Je vous crois, Hestia, jeune messagère…

Vraiment ? Surprise, étonnée, choquée, hébétée... Elle ouvrit la bouche, ne croyant pas ses oreilles. Elle avait plutôt imaginé avoir à subir un interrogatoire durant lequel il la forcerait à avouer quelque chose qu'elle n'a pas commis, comprenez sa stupeur ! Elle allait le remercier quand la porte s'ouvrit sur une jeune femme apportant à manger et à boire. Hestia s'efforça de ne pas la regarder et fixa ses yeux sur Silas qui se retournait. Il la regarda de nouveau et une image lui vint à l'esprit, lui arrachant un frisson d'horreur. Un serpent. Cet homme lui faisait penser à ces serpents qui tuaient des familles entières tandis que le groupe qu'elles formaient tentaient de rejoindre les clans. Vicieux, fourbes, patients... c'étaient les pires créatures qu'elle avait jamais croisées.

Comme je le disais, j’ai horreur des menteurs… Vous devez avoir un peu faim et soif après un tel trajet, non ? Je vous en prie, servez-vous, je ne peux souffrir de vous voir assoiffée comme cela ! Buvez ! Mangez !

Méfiante, Hestia baissa les yeux vers les plateaux mais n'y toucha pas. La comparaison qu'elle venait de faire entre Silas et les serpents lui donnaient l'impression que la nourriture serait empoisonnée... Soupirant, elle secoua légèrement la tête pour se remettre les idées en place. Le conseiller ne la connaissait pas, pourquoi voudrait-il lui faire du mal ? Ses instincts étaient juste déréglés à cause du manque de sommeil et elle devenait paranoïaque. Avec un sourire forcé, elle tendit la main et pris un biscuit dont elle grignota une petite bouchée.

Qu’avez-vous lu exactement sur cette lettre ? Juste mon nom ? La curiosité ne vous a pas poussé à aller plus loin, à poursuivre votre lecture ?

Elle avait déjà répondu à cette question, lui affirmant qu'elle n'avait lu que son nom, mais apparemment il ne la croyait pas autant qu'il le disait... Il espérait probablement qu'elle se trahisse en ajoutant une information dont elle n'était pas au courant.

Je vous assure que je n'ai lu que votre nom, monsieur. Je ne suis pas de nature curieuse, pas en ce qui concerne ce que je ne suis pas censée apprendre, alors non, je n'ai rien lu de plus que la première ligne.

En effet, si Hestia désirait tout connaître sur les clans, l'Alliance, les coutumes et tout ce qui allait avec, elle était du genre discrète et respectait que les autres aient des secrets et une vie privée. De plus, ses clients attendaient d'elle un professionnalisme qui incluait de ne pas lire les lettres et, jusque là, elle n'en avait jamais ouverte une. Elle avait du respect pour les autres et pour les contraintes qu'impliquait son métier - même si elles ne la dérangeaient pas.

Je m'efforce d'être une messagère exemplaire et de satisfaire mes clients du mieux que possible, ce qui les pousse à me conseiller à leur entourage. Je n'aurais plus de travail depuis bien longtemps si je lisais le courrier que je livre. D'autant que vos affaires privées ou professionnelles ne m'intéressent que peu, sans vouloir vous offenser.

_________________
Hestia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 55
Inscrit le : 22/03/2018
Crédits : ÐVÆLING/Frimelda
Célébrité : Linus Roache
Multi-comptes : Muire

Silas
– clan : orketa –
clan : orketa
(#) Re: Une erreur qui coûte cher // Silas  Sam 21 Avr - 18:09

Hestia

Silas

Une erreur qui coûte cher


Elle était bien trop apeurée pour inventer de tels mensonges, c’était pour cela que je l’avais cru. Mais je voulais la pousser dans ses retranchements, sans pour autant la faire craquer, cela aurait été bien dommage. Avait-elle vraiment lu mon nom, et rien d’autres après ? Ses yeux ne s’étaient-ils pas aventurés sur la première phrase en dessous, sans même qu’elle s’en rende compte ? Il fallait croire que oui, c’était bien le cas. J’aimais bien sa justification, je ne savais pas ci-cela était dû à de la maladresse, de la panique, mais elle me laissait la possibilité  de rebondir sur chacune de ses phrases que je me faisais un malin plaisir à sortir de leur contexte. « Pas en ce qui concerne… ce que vous n’êtes pas censée apprendre ? C’est-cela que vous avez dit ? Alors vous êtes curieuse pour quoi dans ce cas ? Qu’est-ce qui vous rend curieuse ? » dis-je en posant mon menton dans le creux de ma main.

D’un côté, j’aurais préféré qu’elle lise la lettre dans son entièreté. Elle se serait senti encore plus coupable, et lorsque j’aurais crié au scandale, à l’acte d’espionnage, qui la croirait ? Dans le scénario que je me créais au fur et à mesure, dans ma version, c’était moi que l’on croyait, car évidemment, ce courrier était en fait rempli de messages codés que la messagère n’avait pas perçu ! Il me fallait pour le moment revenir à la réalité, car je venais tout juste de remarquer qu’elle avait enfin décidé de manger un morceau. J’avais cette mine réjouie que rien ne semble pouvoir entraver. La suite fut encore meilleure : elle avait ce besoin de prouver sa valeur qu’elle manifesta par une courte tirade qui m’enchantait. À sa phrase de conclusion, je ne pus m’empêcher de rire. « Ah ah ! Je ne suis pas offensé, loin de là ! Moi aussi, pour être honnête, parfois mes…  affaires ne m’intéressent pas… Je pense que c’est pareil partout non ? Tous les métiers ont des moments intéressants et des moments ennuyants. Tenez : prenez vous par exemple : n’êtes-vous pas plus heureuse de délivrer une missive à un homme loin de chez vous tandis qu’à votre voisin ? Hm ? »

Je sentais qu’il y avait une certaine progression, ou alors était-ce mon imagination. Mais la jeune femme avait pris suffisamment de confiance pour venir me défier personnellement : car oui, elle venait de remettre en question toutes mes remarques et j’appréciai particulièrement ce trait de caractère, cette fougue ! Nul doute qu’elle avait déjà eu à se défaire d’hommes malfaisants sur son chemin, et moi-même j’imaginais assez mal une messagère couarde dans ce monde revenu quasiment à l’état sauvage. « Vous avez entièrement raison,  si l’on vous avait surprise à lire le courrier des gens, peut-être qu’une autre messagère, infiniment moins jolie que vous, m’aurait apporté cette missive aujourd’hui ! Indéniablement, il faut que je vous présente mes excuses, mais mes paroles, mon hospitalité : tout cela me semble si fade ! Je vous en supplie, dites-moi, que puis-je faire ou vous dire pour que vous me pardonniez ? » dis-je en faisait une moue triste.


_________________


To trust people is a luxury in which only the wealthy can indulge ; the poor cannot afford it. ©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Inscrit le : 13/04/2018
Crédits : Anesidora (sign)
Célébrité : Arden Cho
Multi-comptes : Skelt

Hestia
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Une erreur qui coûte cher // Silas  Jeu 26 Avr - 17:32



Une erreur qui coûte cher

ft. Silas

Pas en ce qui concerne… ce que vous n’êtes pas censée apprendre ? C’est-cela que vous avez dit ? Alors vous êtes curieuse pour quoi dans ce cas ? Qu’est-ce qui vous rend curieuse ?

Hestia reprit une bouchée de biscuit pour ne pas montrer qu'elle réfléchissait à toute allure. Enfin, elle savait bien ce qui la rendait curieuse et ce qui l'intéressait, mais elle ne voyait pas pourquoi Silas lui posait cette question. Elle n'était venue que pour livrer une lettre et repartir aussitôt, pas pour se taper la discute avec un homme visiblement influent dans son clan. Mais avait-elle d'autre choix que de le contenter jusqu'à ce qu'il la libère ? Non, à l'évidence...

Je m'intéresse aux clans en général, j'aimerais découvrir tous les territoires différents, apprendre les cultures des autres, rencontrer des personnes différentes de ceux que je côtoie en Shisayo.

Oups... Elle venait peut-être de lui tendre une nouvelle perche en affirmant vouloir rencontrer des gens. Ce n'est pas avec ce genre de propos qu'il allait la renvoyer rapidement, bien au contraire. Mais il était trop tard et elle ne pouvait pas retirer ses paroles. Elle pria juste pour qu'il ne relève pas et change de sujet.

Quand elle lui confia ne pas s'intéresser à son courrier, Silas se mit à rire franchement et se rangea de son côté en disant que lui-même était parfois désintéressé par ses propres affaires. Elle se força à lui sourire pour le contenter mais ne réagit qu'à ses derniers mots, ne voulant pas l'offenser en avouant que le métier de conseiller était le dernier qu'elle aurait aimé faire.

Il est vrai que j'aime voyager alors oui, je préfère livrer dans les autres clans que le mien. Mais, parfois, un retour aux sources est tout aussi agréable, ça me permet de revoir mes proches.

Elle parlait là de sa mère et de son jeune frère, le dernier qu'il lui restait. Elle les aimait plus que tout et s'en voulait parfois de devoir les quitter pour son travail, mais c'était principalement elle qui subvenait à leurs besoins et ne pouvait donc se permettre de refuser une course ou l'autre. Elle craignait juste de revenir et apprendre que l'un ou l'autre était parti, l'âge de sa mère et l'apprentissage de guerrier de son frère n'étant pas des plus rassurants.

Les dernières paroles de Silas firent plisser les yeux d'Hestia. Il se montrait beaucoup trop gentil avec elle, la complimentant sur son physique et voulant se faire pardonner à n'importe quel prix. En vérité, elle le suspectait de vouloir quelque chose de précis mais ne parvenait pas à deviner quoi. Elle opta alors pour une réponse humble et désintéressée, se demandant s'il s'en contenterait ou non.

Vous êtes bien aimable, monsieur, mais vous n'avez pas besoin de vous faire pardonner. Vos craintes sont tout à fait compréhensibles et je ne vous en veux pas.

_________________
Hestia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 55
Inscrit le : 22/03/2018
Crédits : ÐVÆLING/Frimelda
Célébrité : Linus Roache
Multi-comptes : Muire

Silas
– clan : orketa –
clan : orketa
(#) Re: Une erreur qui coûte cher // Silas  Mar 1 Mai - 20:41

Hestia

Silas

Une erreur qui coûte cher


Il m’était très difficile de détourner mon regard de cette jeune femme tant elle me plaisait. C’était une lutte intérieure & silencieuse dont personne ne semblait réellement prêter d’attention. Certains avaient même résumé cela à un simple refoulement de perversité. C’était honteux de me condenser de la sorte ! Le terme n’était pas franchement beau, je lui préférai infiniment celui de polyamour. Bon sang, c’est qu’elle se sentait réellement prisonnière par ici ? Elle devait être habituée à laisser les missives puis repartir aussitôt.  Oh, ça n’allait pas se passer comme ça, et puis ce n’était que sa première visite, elle reviendrait encore et encore. Lorsqu’elle déclara s’intéresser aux clans et à leurs cultures, mes yeux se mirent à briller : je ne pouvais pas passer à côté de cette occasion en or pour me valoriser. « Vraiment ? Si vous le voulez bien, je pourrais être votre ami Orketa, celui qui vous fera découvrir notre histoire, nos croyances, et bien d’autres choses encore ! » Tellement d’autres choses.

Hestia ne devenait pas encore tout à fait bavarde, mais ça allait déjà mieux. Il est vrai que nous avions eu un très mauvais départ elle et moi. Mais finalement, cette histoire de lettre avait été recalée au second plan, maintenant, nous parlions d’elle, de moi et peut-être un jour, de nous. Je savais très bien que la progression allait être très lente, mais c’était exactement ce qui me plaisait, il y avait en effet très longtemps que j’avais rencontré un tel défi dans ma vie. « Un retour au source ! Comme c’est si joliment dit ! Une famille à retrouver peut-être ? Un compagnon, un mari peut-être ? » demandais-je avec un large sourire. À mon tour je me servais en biscuits, il était clair que ça ne serait pas elle qui allait les finir.

La messagère préférait jouer la carte de la politesse, et c’était plutôt bien joué. « Ah ! Voilà qui me soulage énormément ! » dis-je en plaçant mes mains sur le cœur. J’avais accepté d’aller à son rythme, mais j’espérai cependant que cela ne s’éternisât point et que rapidement, nous arriverons à la conclusion voulue : Hestia terminera un jour dans ma couche, et si cela ne devait pas avoir lieu, c’est uniquement parce que je serais mort avant. D’un bond, je me levai en  joignant les mains. « Quoi qu’il en soit, chère Hestia, vous serez toujours la bienvenue dans ma demeure. Si vous devez passer une nuit à Alon, dites-le moi, je possède quelques établissements ici, je ferai en sorte que vous puissiez dormir gratuitement ! Encore que l’endroit le plus agréable ou passer la nuit, c’est bien dans ma chambre. J’ai fait très attention à ce qu’elle soit placée précisément à l’endroit où l’air me semble le plus pur ! C’est aussi de là que l’on peut assister aux plus magnifiques couchers de soleil, toujours selon moi, évidement. »


_________________


To trust people is a luxury in which only the wealthy can indulge ; the poor cannot afford it. ©️ FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
 
Une erreur qui coûte cher // Silas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: Orketa :: Alon-
Sauter vers: